Strasbourg - Un an après l'attentat : “Le 11 décembre ne sera pas l'anniversaire de la haine”

La stèle est en verre, et fait apparaître un dessin conçu par l'une des victimes. / © Grégory Fraize, France Télévisions
La stèle est en verre, et fait apparaître un dessin conçu par l'une des victimes. / © Grégory Fraize, France Télévisions

Strasbourg a commémoré, le mercredi 11 décembre, l'attentat qui a fait 15 victimes il y a un an, en 2018. Des cérémonies et des rencontres avec les familles étaient prévues.

Par Vincent Ballester

C'était il y a un an. Strasbourg a commémoré, le mercredi 11 décembre 2019, l'attentat qui avait endeuillé la capitale alsacienne en 2018. Le programme annoncé est riche, et doit couvrir une grande partie de l'après-midi. Quinze victimes avait été tuées ou blessées par le terroriste, sans compter les personnes traumatisées

Une marche organisée par le grand public a débuté vers 13 heures pour rallier, à pied, chacun des lieux où a péri l'une des cinq personnes assassinées le 11 décembre 2018. Roland Ries, le maire de Strasbourg, a ensuite reçu les familles des victimes à 14 heures.
 

Parallèlement, le Parlement européen, alors en session à Bruxelles, a organisé une minute de silence en hommage aux victimes du 11 décembre (voir tweet ci-dessous). Le siège du Parlement européen se trouve à Strasbourg, et les eurodéputé(e)s avaient été coincé(e)s à l'intérieur quand l'existence d'un attentat avait commencé à se propager en décembre 2018. 
 

Une stèle commémorative gravée sur verre d'après le dessin d'une des victimes a été installée sur la place de la République, à 15 heures, sous la pluie. Un événement que nous avons retransmis en direct sur Facebook (voir publication ci-dessous). 
 
La stèle est en verre, et fait apparaître un dessin conçu par l'une des victimes. / © Grégory Fraize, France Télévisions
La stèle est en verre, et fait apparaître un dessin conçu par l'une des victimes. / © Grégory Fraize, France Télévisions

Roland Ries, le maire de Strasbourg, a prononcé un discours, rappelant notamment les autres villes françaises endeuillées par des attentats (Montauban, Paris, Nice, etc.) : "Nous ne cesserons jamais de prôner l'échange et le dialogue, qui sont constitutifs de notre identité." Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, était également présent et a cité par leur nom chacune des victimes : "Un an est passé, mais rien n'est oublié : nos coeurs sont encore lourds. [...] L'attentat du marché de Noël de Strasbourg est une meurtrissure, une cicatrice encore vive. [...] Le 11 décembre ne sera pas l'anniversaire de la haine."
 


Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, a profité de sa présence à la cérémonie pour rencontrer les familles des victimes et échanger avec elles. Cela s'est passé à la préfecture.

À 19 heures, une cérémonie oecuménique est prévue en la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg. Les cloches de toutes les églises de l'Eurométropole de Strasbourg doivent aussi sonner à 19h45, et ce pendant un quart d'heure. Il sera possible à la population strasbourgeoise d'allumer une bougie (ou tout autre lumière) à sa fenêtre pour participer à cet instant.

À noter que le concert hommage qui devait se tenir au Zénith de Strasbourg a dû être annulé pour "raisons techniques et financières". L'annonce de l'annulation a eu lieu le 10 décembre. Un événément pourrait être organisé à la place au cours du premier trimestre de l'année 2020.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus