L'exploit de Constance, qui gravit les plus hauts sommets du monde pour disperser les cendres de son père

Constance Schaerer a gravi l'Aconcagua, point culminant de l'Amérique du Sud à près de 7 000 mètres d'altitude, en décembre 2022. La jeune Alsacienne sort un film sur cette ascension, réalisée en décembre 2022 en hommage à son père, qui sera projeté à l'UGC de Strasbourg ce 27 février puis à Lyon et Paris.

Atteindre le point culminant de chaque continent... l'exploit est en marche. À ce jour dans le monde, moins de 500 personnes ont accompli ce qu'on appelle dans le milieu des alpinistes le "seven summits challenge". Et une Alsacienne pourrait en être d'ici quelques années. Après avoir gravi le Kilimandjaro, le plus haut sommet d'Afrique en 2021, Constance Schaerer, 25 ans, sort un film pour partager l'aventure qui l'a menée sur le toit de l'Amérique du sud, l'Aconcagua, en décembre 2022.

Le "colosse de l'Amérique" s'élève à près de 7 000 mètres d'altitude, dans la partie argentine de la Cordillière des Andes. Un exploit majuscule qui valait bien une projection sur grand écran. L'UGC de Strasbourg, partenaire de la jeune fille, proposera ainsi une projection d'un peu plus d'une heure de cette ascension, ce mardi 27 février (le film sera aussi diffusé en mars à Lyon et Paris). Vous pouvez réserver votre place via ce lien. Attention, il n'en reste plus beaucoup.

"Je travaille avec Hugo Lorentz, un vidéaste, qui m'accompagne. Les spectateurs pourront suivre notre quotidien, soit 14 jours en haute montagne, résume-t-elle. On a essayé de montrer cette expédition de l'intérieur : l'acclimatation, nos vies dans les tentes, l'avancée, les moments de doute." 

On y a cru que notre groupe n'arriverait pas au sommet [...] Après quasiment six heures de montée, les guides nous ont dit que ça allait le faire

Constance Schaerer, lors de l'ascension de l'Aconcagua

On peut s'en douter, marcher sur les flancs d'un tel géant n'est pas une promenade de santé. "Je suis passée par toutes les émotions. Le jour de l'ascension finale, il y a eu beaucoup de vent. Heureusement, la météo s'est calmée par la suite. Après quasiment six heures de montée, les guides nous ont dit que ça allait le faire", poursuit-elle.

Disperser sur ces sommets les cendres de son père

Tout cela évidemment sans compter le mal des montagnes, qui peut réduire à néant les ambitions du meilleur des alpinistes. "Aconcagua, chapitre 1", est donc le premier film (mais le deuxième sommet du challenge après le Kilimandjaro) d'une série qui, l'espère Constance, lui permettra de réaliser le rêve de son père, mort du cancer en 2007 et qui aurait eu 60 ans... le 27 février, date de sortie loin d'avoir été choisie au hasard. 

"Dans un écrit retrouvé 14 ans après son décès, il avait formulé le souhait que ses cendres soient dispersées sur le plus haut sommet de chaque continent", rappelle la Strasbourgeoise qui s'est fait la promesse d'y parvenir.

Constance Schaerer s'astreint ainsi à une heure de sport par jour, au minimum, en plus de participer à des courses et des trails aux quatre coins de la région. Elle a également créé une association, 7 sommets contre la maladie, pour venir en aide aux enfants dont l'un des parents est malade du cancer ou qui ont perdu un parent à cause de la maladie.

"On se développe surtout à Strasbourg mais on a aussi désormais des pôles dans des hôpitaux à Lyon, Lille et Paris. On espère bientôt devenir une association nationale comme la Ligue contre le cancer", explique la jeune femme. 

Accompagner les enfants dont les parents sont malades

Suivie par près de 70 000 personnes, la Bas-Rhinoise utilise les réseaux sociaux pour permettre à de nouvelles familles de la rejoindre. "Cela rassure les parents de savoir que leurs enfants sont accompagnés, c'est essentiel pour les familles. On les emmène à des événements sportifs, la SIG Strasbourg, le Tour de France, ou encore à des concerts, comme Matt Pokora ou Soprano."

Elle est aussi en recherche constante de partenaires pour gagner en visibilité et l'aider à financer son projet, dont le coût est estimé à 300 000 euros (dont 100 000 pour la seule expédition de l'Everest, programmée en 2025). Le champion alsacien de rallye Sébastien Loeb est par exemple récemment devenu parrain de la structure.

Un emploi du temps bien chargé, tout en sachant qu'elle est titulaire d'un master et commerciale pour le tournoi des Internationaux de Strasbourg... et que malgré sa détermination, la montagne se révèle parfois implacable.

En juillet 2023, Constance Schaerer, les guides et d'autres touristes ont ainsi été stoppés net dans leur ascension du Denali en Alaska, connu aussi sous le nom de mont McKingley, à 6 100 mètres d'altitude, la faute à une météo défavorable. Une immense déception sur le moment.

La jeune femme a depuis séché ses larmes et repartira à la conquête du toit de l'Amérique du nord dès cet été. "Nous serons accompagnés avec Hugo par un guide italien. On ne sera que tous les trois. On a un peu changé l'organisation", confie-t-elle, motivée comme jamais. Un nouveau défi qui en précède d'autres, en Océanie, en Antarctique et en Asie notamment, et qui devrait faire l'objet, on le lui souhaite, d'un nouveau film en cas de réussite.