Les achats des cadeaux de Noël ne devraient pas (trop) pâtir de l’inflation, "les jouets sont un peu plus chers mais je m’y retrouve"

A trois semaines de Noël, les achats des cadeaux ont démarré dans un contexte de forte inflation. Mais les vendeurs de jouets ne s'inquiètent pas d'éventuelles baisses des ventes.

Les rues et vitrines scintillent de mille feux, les enfants ont envoyé leur liste de souhaits au Père Noël : signe qu’il est temps de se lancer dans les achats de cadeaux. À trois semaines du jour J, ce n’est pas encore le rush dans les magasins de jouets, comme dans cette grande enseigne de Haguenau (Bas-Rhin). "Cela fait plusieurs années que les clients démarrent de plus en plus tard et cela semble encore être le cas cette année, constate le gérant, Olivier Ruyer. Mais maintenant que la neige a fait son apparition, ils ne devraient pas tarder à affluer".

Ce vendeur ne s’inquiète pas de l’inflation qui contraint à serrer les budgets. Et les clients rencontrés dans le magasin confirment que les cadeaux de Noël, c’est sacré. "J’ai beaucoup d’enfants et de petits-enfants, explique cette mamie venue en repérage. Je pense que je vais atteindre un budget total de 7 à 800 euros. C’est énorme mais c’est un moment important de l’année. Même si je regarde un peu plus les prix cette année, je sais que je vais sans doute dépasser d’une centaine d’euros mon budget de l’an dernier."

Croisée au rayon livres, une maman a déjà presque fini tous ses achats. "C’est vrai que les jouets sont un peu plus chers cette année, mais je m’y retrouve", confie-t-elle. Devant les rayonnages de poupées, une autre maman s’est fixé un montant de 300 euros pour ses trois enfants. "Je n’ai pas comparé les prix cette année, en revanche on a beaucoup moins de budget. Donc on est obligé de faire plus attention."

Un budget moyen à 426 euros

Le gérant du magasin constate en effet une évolution cette année : "les clients gardent le même budget global, mais ils achètent plus de choses, donc des articles moins chers". Une observation qui va dans le sens du baromètre annuel publié par l’institut Opinion Ways : il indique que les Français ne comptent pas se priver pour les cadeaux de fin d’année. Ils prévoient de débourser en moyenne 426 euros, contre 446 en 2022. Des économies modiques au regard de l’envolée de certains prix due à l’inflation.

Confiance également dans cette autre boutique strasbourgeoise spécialisée dans les jeux de société. Là non plus, on ne redoute pas de baisse drastique des ventes. "Les jeux sont un cadeau plaisir, et les gens sont prêts pour cela à dépasser l’enveloppe prévue", explique le vendeur. Un jeune couple confirme, prêt à dépenser jusqu’à 50 euros pour un seul jeu : "pour ce type d’achat, on marche au coup de cœur. Si la boîte nous plaît et que la stratégie semble sympa, on ne regarde pas trop le prix, car le jeu de société est un vrai moyen de créer de beaux moments passés entre amis ou en famille tout au long de l’année."

Autre indicateur laissant à penser que le pied des sapins devrait être – malgré le contexte économique - bien garni cette année : les Français ne prévoient pas de réduire leur nombre de cadeaux. Ils en font en moyenne sept chaque année.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité