Cet article date de plus de 3 ans

Ludovic, apprenti plâtrier devenu compagnon du tour de France: "une ouverture d'esprit à 360 degrés"

A 21 ans, Ludovic Colin vient de devenir compagnon du devoir et du tour de France, un titre qu'il a obtenu après sept années de formation en alternance et en contrat de professionnalisation. Et qui lui permet de continuer à voyager tout en travaillant.
Ce n'est pas encore tout à fait officiel, mais le 7 juillet à Angers aura lieu la cérémonie pour les compagnons plâtriers-plaquistes, et Ludovic sera le seul Strasbourgeois présent. Il deviendra ce jour-là un compagnon du devoir et du tour de France. Une reconnaissance de tout son travail et des compétences acquises au fur et à mesure des années. 

Plâtrier en alternance

Tout commence en 2011, Ludovic est embauché en alternance chez les compagnons. Il alterne entre le travail au sein de l'entreprise Artec à Lyon (une petite entreprise de deux personnes qui fait de l'artisanat) et sa formation chez les compagnons de Lyon, 6 semaines / 2 semaines sur deux ans. "Au début, quand je me suis lancé dans l'apprentissage, je pensais pas forcément partir sur le tour de France. J'ai fait mon apprentissage en temps qu'interne à Lyon, j'ai vu la vie dans les maisons, et ça m'a tout de suite attiré." La vie dans la maison des compagnons, c'est un des avantages pour ces jeunes.


Ludovic n'a alors que 15 ans et se retrouve loin de sa famille et de sa ville d'origine. La "maison" est cet endroit chaleureux et convivial qui permet aux jeunes de rencontrer d'autres jeunes dans la même situation, de partager les repas et le quotidien en internat. Loin de leurs racines mais concentrés sur leur métier et le vivre-ensemble. A l'issue de son alternance, il obtient un CAP de plâtrier-plaquiste.

J'ai fait mon apprentissage en temps qu'interne à Lyon, j'ai vu la vie dans les maisons, et ça m'a tout de suite attiré.
 

Son tour de France

Il commence alors son tour de France en 2013. La première année, il est en contrat de professionnalisation : il est désormais à 90% dans une entreprise de 100 personnes à Bordeaux, et les 10% de temps restant en formation chez les compagnons de Toulouse. La deuxième année, il continue sa formation à Toulouse et travaille désormais à Nantes, dans l'entreprise MGP Staff, une structure qui emploie 80 personnes. A l'issue de ces deux années, il obtient son brevet professionnel à Nantes en 2015.

On voyage tous les ans, et tous les ans notre routine change : on a une nouvelle entreprise, une nouvelle ville, [...] de nouveaux collègues, de nouvelles formations. [...] C'est une aventure formidable.

 

Médaille d'excellence

Son brevet professionnel en poche, le voilà pendant un an en CDI à Toulouse, chez un artisan. Puis il est sélectionné pour le concours des olympiades des métiers. Il arrive premier au niveau régional en 2016, et reçoit la médaille d'excellence au niveau national en 2017 (l'équivalent de la quatrième place).


Sur les routes

En 2017, le revoilà parti. Il est en contrat de professionnalisation près d'Albi, sa formation a lieu chez les compagnons de Strasbourg. Il est en première année de DEUST et l'entreprise artisanale pour laquelle il travaille est spécialisée dans les escaliers. La deuxième année, il la passe dans une entreprise strasbourgeoise. Et c'est cette même année qu'il se met au travail, sur son temps libre, pour préparer et réaliser son chef-d'oeuvre : un travail qui permet de juger s'il est apte à devenir compagnon. Il a réalisé, dans un couloir de la maison des compagnons un plafond amovible et décoratif, éclairé par-dessus. La réception a été corrigé il y a quelques semaines, et c'est positif : il sera compagnon, après avoir été aspirant depuis 2013. Et il n'a pas fini de voyager : il va continuer son tour de France pendant deux ans, sans doute à Lille l'an prochain. Puis il espère pouvoir aller travailler en Angleterre ou en Ecosse, ce qui est aussi possible avec les compagnons.
 


Son expérience en alternance

Pour Ludovic, l'alternance est indissociable du compagnonnage : "c'est une ouverture d'esprit à 360 degrés, c'est tout simplement génial, on voyage, tous les ans notre routine change : on a tous les ans une nouvelle entreprise, une nouvelle ville, de nouvelles personnes dans une nouvelle communauté, de nouveaux collègues de travail, de nouvelles formations aussi. Tout change tous les ans, et c'est une découverte à chaque fois. [...] c'est une aventure formidable."

Ascension professionnelle

Depuis son CAP, il en a fait du chemin. Au sens propre, en découvrant des maisons de compagnons et des entreprises dans la France entière. Et au figuré, en amassant les diplômes et les reconnaissances, toujours plus loin, toujours mieux. Il pourra bientôt travailler en bureau d'études et faire de la conduite de travaux, ce qui l'intéresse d'ailleurs beaucoup. Pour les compagnons, rien d'impossible. Certains accèdent à des licences et des situations qu'ils n'auraient pas envisagé en commençant par un apprentissage d'un métier manuel. Et c'est encore pas assez connu des jeunes qui se lancent dans des voies professionnelles vers 15 ou 16 ans. Chez les compagnons, on va loin et on voit loin.


Pour aller plus loin


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
apprentissage artisanat économie éducation société portrait sorties et loisirs