Mort du président du Parlement européen David Sassoli : "Strasbourg perd l’un de ses grands défenseurs"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Caroline Moreau
David Sassoli à Strasbourg lors de son élection à la présidence du Parlement européen, le 3 juillet 2019.
David Sassoli à Strasbourg lors de son élection à la présidence du Parlement européen, le 3 juillet 2019. © FREDERICK FLORIN / AFP

Le président du Parlement européen David Sassoli est mort dans la nuit du 10 au 11 janvier, quelques jours avant la fin de son mandat. Les députés du Grand Est déplorent la perte d'un président rassembleur pour l'Europe. Réactions.

C’est via twitter que le porte-parole de David Sassoli a annoncé la nouvelle (voir le post plus bas) : "David Sassoli est décédé le 11 janvier à 1h15 du matin au CRO (centre de référence d'oncologie) d'Aviano, Italie, où il était hospitalisé". David Sassoli avait été admis fin décembre à l’hôpital "en raison d'une complication grave due à un dysfonctionnement du système immunitaire". Déjà à l’automne, il avait dû être hospitalisé pour une pneumonie. Il avait par le passé souffert d’une leucémie.  

"J’ai appris son décès avec beaucoup de tristesse et de surprise, je ne le savais pas si malade, témoigne Anne Sander, députée européenne LR du Bas-Rhin depuis 2014. En tant que questeur au Parlement européen de Strasbourg, j’ai travaillé en étroite collaboration avec lui pendant les deux ans et demi de sa présidence. C’était un homme chaleureux, passionné, avec lequel on pouvait avoir des échanges musclés mais toujours teintés d’amitié.
Il a eu un mandat difficile avec la crise sanitaire. Certes, c’est sous son mandat que pour la première fois, les députés ne sont pas venus à Strasbourg. Mais il a toujours défendu le siège en Alsace. Il m’a toujours soutenue sur les différents projets de développement et de rayonnement de Strasbourg."
   

Dès l'annonce de son décès, en ce matin du 10 janvier, les témoignages d'émotion et de tristesse se multiplient. Députée européenne (LREM-Agir) depuis 2019, Fabienne Keller, l'ancienne maire de Strasbourg, confie également sa tristesse : "David Sassoli était un président très apprécié, très humain. Il était un fervent Européen, convaincu par les grands projets qu’il portait. Il a eu un mandat difficile avec le Brexit puis la crise sanitaire.

Particulièrement sensible aux questions d’immigration, il était très préoccupé face aux naufrages de migrants dans la Méditerranée. C’était un grand ami de Strasbourg, très engagé pour que la capitale alsacienne garde le siège du Parlement. Nous perdons un président rassembleur pour l’Europe. »

L'eurodéputée lorraine LR Nadine Morano était dans l'opposition face à David Sassoli. Elle salue toutefois "le vrai démocrate qu'il était, toujours respectueux avec ses collègues."

Elue européenne RN, la nancéenne Dominique Bilde ne partageait pas les idées politiques du président socialiste. "Je suis malgré tout très touchée par son décès, confie-t-elle. C’est toujours triste de voir partir quelqu’un qui défendait ses convictions, qui croyait en ce qu’il faisait. C’était un homme de qualité."

Strasbourg est endeuillée en ce mardi matin.

Jeanne Barseghian

Maire de Strasbourg

La maire écologiste de Strasbourg, Jeanne Barseghian, déplore "une grande perte pour l’Europe [et] le combat démocratique" et rappelle son engagement en faveur du maintien du siège du Parlement dans la capitale alsacienne. "David Sassoli était très attaché à Strasbourg, autant que notre ville est attachée à l’Europe. Il n’a eu de cesse de se mobiliser et de s’engager pour défendre la capitale parlementaire et démocratique de l'Union. Lorsque les sessions ont pu à nouveau se tenir dans l’hémicycle, après quinze mois d’interruption à Strasbourg, en raison de la crise sanitaire, il s'était réjoui d’un « retour dans notre maison » qu'il avait ardemment appelé de ses vœux. […] J’ai toujours eu grand plaisir à échanger avec cet homme attentionné, passionné. Il avait à cœur de faire vivre l’Europe polycentrique qui m’est chère, qui nous est chère. Strasbourg est endeuillée en ce mardi matin. »

La présidente écologiste de l'Eurométropole de Strasbourg tient elle aussi à saluer l'humanisme et la générosité de David Sassoli. "Depuis 2019, cet ancien journaliste et eurodéputé assurait ses fonctions à la tête de notre chère institution strasbourgeoise avec conviction et sincérité.  De son mandat marqué par la crise sanitaire, je retiens ses actions en faveur des personnes en difficulté et notamment des femmes isolées pour qui il avait mis les locaux du Parlement à disposition, rappelle Pia Imbs. Ce pro européen convaincu avait aussi œuvré au renforcement des liens entre le Parlement et notre collectivité et toujours prêté une oreille attentive à nos démarches en faveur du maintien des sessions du Parlement à Strasbourg. Il avait mis son intelligence et sa justesse au service de l’institution pour répondre aux plus grands enjeux internationaux."

Pour le président de la Collectivité européenne d'Alsace, Frédéric Bierry, "l’Europe perd l’un de ses plus dignes représentants." Il fait part dans un communiqué de sa profonde tristesse. "Journaliste italien, David Sassoli était connu pour sa grande gentillesse. Il savait néanmoins faire preuve de fermeté lorsque cela s’avérait nécessaire. Pendant son mandat, il a dû surmonter la crise sanitaire, un événement majeur pour lequel son institution a dû s’adapter sans cesse. Je salue [...] ce grand européen et présente mes plus sincères condoléances à ses proches."   

"Reste en paix, mon cher ami"

En guise d'hommage, la présidente de la commission européenne, Ursula von der Leyen, postait quelques heures après le décès de David Sassoli une photo où on les voit tous les deux se serrer chaleureusement les mains, accompagnée de ces quelques mots en anglais : "Stay in peace David, my dear friend" (Reste en paix David, mon cher ami).

Âgé de 65 ans, le président social-démocrate arrivait au terme de son mandat à la fin de ce mois de janvier. Il était à la tête du Parlement européen depuis 2019 où il était entré en 2009 comme député.  

Son groupe politique l'avait unanimement soutenu pour qu'il brigue un second mandat. En raison de son état de santé, David Sassoli avait laissé planer l'incertitude sur sa candidature. L'élection de son successeur doit avoir lieu le 18 janvier prochain.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.