"Pour ne pas oublier" : 20 ans après, la mère de Julie assassinée par Pierrot le Fou rend hommage à sa fille

Ce samedi 15 juin à Barembach ( Bas-Rhin), un peu plus de 200 personnes ont participé à une marche en mémoire de Julie Scharsch, assassinée en 2004 par Pierre Bodein, alias Pierrot le Fou. Cet hommage était organisé par l'association "Fondation Julie".

Il y a 20 ans, Julie Scharsch disparaissait en Alsace. Ce samedi 15 juin 2024, une marche en son hommage a eu lieu dans la vallée de la Bruche, à Barembach (Bas-Rhin). Elle a réuni un peu plus de 200 personnes. Parmi elles, la maman de Lina, disparue en septembre dernier. Dans la lignée de son combat, Florence, la maman de Julie, a planté des panneaux sur la route où sa fille a disparu. Pour ne pas que ça arrive à d'autres familles. Les participants à la marche ont déposé des fleurs à cet endroit même.

Cette affaire avait défrayé la chronique par la nature des faits et la personnalité de Pierre Bodein, alias Pierrot le Fou, multi-récidiviste condamné en 2007 à la réclusion criminelle à perpétuité incompressible pour ces trois meurtres.

Trois disparitions en trois jours

Les faits remontent au début de l'été 2004. En une semaine, trois disparitions sont signalées : Jeanne-Marie Kegelin, 10 ans, Julie Scharsch, 14 ans, et Hedwige Vallée, 38 ans. Elles sont retrouvées dans des ruisseaux, leurs corps dénudés, mutilés et les deux plus jeunes ont été violées.

Pierre Bodein est rapidement interpellé, son ADN est retrouvé sur le vélo de l'une de ses victimes. Il venait tout juste de sortir de prison et se trouvait en liberté conditionnelle après avoir été condamné à 20 ans de réclusion pour une cavale sanglante en 1992.

Un long passé judiciaire et psychiatrique

Aussi appelé Pierrot le Fou, cet homme a un long passé judiciaire et psychiatrique. Il a également de multiples visages, apparaissant handicapé, délirant ou coopératif, provocateur ou obséquieux. "Il est vraiment fou. Il se fait enfermer dans des hôpitaux psychiatriques, où il est en situation de ne plus marcher pendant des années, en chaise roulante, mangeant ses excréments. On ne peut que surjouer ce qu'on est vraiment, donc un fou", avait déclaré son avocat de 2008, Renaud Bettcher, décédé en 2022, à France 3.

Depuis 20 ans, la maman de Julie, Françoise, se bat sans relâche contre les risques de récidive. "C'est toujours la même incompréhension face à la libération d'un individu qu'on savait dangereux. Malheureusement, ça continue, pas grand-chose n'a été fait depuis", déplore la maman de l'adolescente. Elle ajoute : "Cette personne n'aurait jamais dû sortir de prison. Ce qui me gène le plus c'est quand on a connaissance de la dangerosité et malgré tout on les libère. C'est contre ça qu'on voudrait agir. Il ne faut pas oublier ce qu'il s'est passé, il ne faut pas que le temps efface". Aujourd'hui, elle craint que les tueurs en série qui pourraient bientôt être libérables sortent de prison. 

Condamné à deux reprises

Pierre Bodein a été condamné à deux reprises : en 2007 et 2008. Il a écopé de la peine maximale, la réclusion criminelle à perpétuité, avec une période incompressible de 30 ans. À ce moment-là, il est le premier détenu en France à se voir infliger une telle condamnation. 

Il n'a jamais renoncé à clamer son innocence. Il a tenté la Cour de cassation en 2010, la Cour européenne des droits de l'homme en 2014 et la Cour de révision en 2019. Cette condamnation n'a pas calmé la douleur de la famille. "Ce qui me rassure surtout, c'est qu'il soit en prison. Il a fait les deux tiers de sa peine. Maintenant, on verra en 2034. Je comprends qu'il fasse tout pour sortir de prison, surtout qu'il ne reconnaîtra jamais et qu'il se sent innocent. Heureusement que la justice, pour l'instant, ne lui a pas donné raison. Ce serait totalement incompréhensible", précise Florence. Aucun aménagement de peine ne sera possible pour lui avant cette année-là. Il aura 87 ans.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité