REVOIR. Grand débat national, que retenir de la "conférence citoyenne" régionale à Strasbourg ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Matthieu Mercier et Alexandra Bucur

C'est l'heure de la synthèse pour le débat national. Une "conférence citoyenne" régionale a eu lieu ce samedi 23 mars à Strasbourg. L'objectif est d'établir un diagnostic des deux mois d'échanges dans le Grand Est. Et d'entamer la phase de restitution. 

Ce samedi 23 mars, 88 citoyens de la région Grand Est étaient invités à échanger à Strasbourg suite au grand débat national. Il s'est tenu du 15 janvier au 15 mars, et il a permis d'évoquer différentes thématiques dans les villes et les villages. Fiscalité, transition écologique, démocratie et rôle de l'Etat. L'heure est désormais au bilan. Des groupes de travail se sont formés pour tirer une synthèse des débats, selon une méthodologie fixée de manière commune partout en France, et sous le regard d'un "garant", en l'occurence le politologue Pascale Perrineau. 
 

Des tables investies

Les participants, parfois sceptiques au départ, se sont mis au travail dans la bonne humeur à partir de 10 heures ce samedi 23 mars à Strasbourg. La plupart s'interrogeaient sur le devenir de leurs propositions. Pour eux, participer c'est aussi une forme d'action concrète. Ils viennent de l'ensemble du Grand Est. Et représentent chaque département. Un tirage au sort a été effectué en fonction de leur situation géographique, de leur âge et de leur catégorie socio- professionnelle. 

"Dans tous les cas des décisions viennent d'en haut et on n'a pas toujours notre mot à dire, alors que cela a des impacts sur la population. On a besoin de renverser la pyramide de décision. On s'est tous mis d'accord dans le groupe, confie l'un des participants. On vient d'horizons divers c'est ce qui donne de la richesse au débat, explique une autre. C'est très constructif". 
 

"Récupérer l'argent qui nous est dû"

Nathalie est installée à la table dédiée aux questions sur la fiscalité et les dépenses publiques. Elle a évoqué l'évasion fiscale : "on s'est mis d'accord rapidement là-dessus. Si on réglait les problèmes liés à l'évasion fiscale, pourrait récupérer de l'argent qui nous est dû. Pour une fois qu'on a la parole, on saisit cette chance. C'est aussi un acte citoyen dans l'intérêt de tous". 


VIDEO. En direct de Strasbourg, les préparatifs de la synthèse des grands débats dans le Grand Est avec des participants.
 
Conférence citoyenne à Strasbourg

Le travail de restitution s'est poursuivi dans l'après-midi. Chaque table a pu rendre compte du fruit des réflexions par la voix d'un rapporteur. Tous s'accordent à dire que cet échange a été riche, mais ils attendent désormais sa concrétisation

Claudine de Nordheim (Alsace) a planché sur la transition écologique. Cette bibliothécaire sans emploi affirme que "beaucoup de choses existent déjà dans ce domaine, nous avons relevé ce qui peut se faire de positif entre la campagne et la ville, nous avons aussi soulevé la question des des déserts médicaux, pourquoi ils se créent, car les artisans partent, les cultivateurs s’en vont aussi. C'est un cercle vicieux". 

Jean-Marie, lui, est venu de Saint-Avold en Moselle, il a hésité à participer, car il était sceptique sur les retombées. Après deux jours de travail il se dit « très satisfait, on a eu de supers échanges, des gens intéressants, je pense que ça va être utile. Grâce aux médias aussi il y aura une trace. 

Laurent, 45 ans, a réfléchi sur la démocratie citoyenne, originaire de Nancy, il exerce la profession d’accompagnateur financier. "Nous étions d’accord dans notre groupe sur le fait que les Français ne se sentent pas représentés à tous les niveaux.

On a émis l’idée d’un conseil citoyen, des gens tirés au sort, pour aider les acteurs locaux à prendre des décisions. Les gens attendent qu’on vienne les chercher, explique-t-il, et à ce moment-là, ils se sentent responsabilisés".
-Laurent, venu de Nancy - 


Nicole habite près de Thionville, en Moselle, médiatrice de profession, elle a accepté de bon coeur cette démarche citoyenne. "Les gens apprécient d’être écoutés et entendus. Au-delà du thème de l’écologie, ce qui compte c’est les échanges fournis, riches, et un consensus est sorti". 
 
Restitution du grand débat dans le Grand Est.

La synthèse du débat sera ensuite envoyée au Gouvernement. Les premiers comptes-rendus seront publiés début avril.