Strasbourg : des étudiants réclament des menus végétaliens dans les Restos U

Publié le Mis à jour le
Écrit par Richard Duclos

Les menus végétariens, c'est bien, mais pour eux les menus végétaliens, c'est encore mieux. Plusieurs associations d'étudiants demandent au Crous de Strasbourg de mettre en place des menus sans alimentation d'origine animale dans les restaurants universitaires.

Depuis le mois d'avril, le restaurant universitaire Paul Appell, à Strasbourg, propose tous les mercredis un menu 100% végétalien. Une expérimentation que certains voudraient étendre: l’association Assiettes végétales, qui milite pour développer l’offre végétalienne dans la restauration collective, souhaiterait qu’un tel menu soit proposé non seulement tous les jours, mais aussi dans chaque restaurant universitaire d’Alsace.







Une lettre ouverte a donc été écrite à la directrice du Crous de Strasbourg. Ce texte, signé par plusieurs associations étudiantes comme l’AFGES (Association fédérative générale des étudiants de Strasbourg), l’UNEF ou encore Campus Vert, demande l’instauration d’une alternative végétalienne quotidienne. Les objectifs mis en avant sont d’agir pour le climat, car l’alimentation d’origine végétale produit moins de gaz à effet de serre que celle d’origine animale, de "sauver la vie à des millions d’animaux", ou encore de préserver la santé des étudiants, grâce à une alimentation "riche en fibres et en minéraux".



"Ce n'est pas la mer à boire"

Pour rappel, le végétalisme est un régime alimentaire plus strict que le végétarisme car il ne comporte, comme son nom l'indique, que des aliments d’origine végétale. Pas de viande ni de poisson donc, mais pas non plus de produits laitiers, d’œufs ou encore de miel.



"Puisque le Crous est d’accord pour des menus végétariens, autant aller jusqu’au bout de la logique, en mettant en place des menus végétaliens, nous explique Cyril Ernst, membre fondateur d’Assiettes Végétales. D’autant que cela permettrait d’inclure davantage de personnes et de pratiques. On ne demande pas un menu de remplacement mais bien une alternative, pour laisser le choix à tout le monde, sans imposer de manger des produits d’origine animale comme c’est le cas actuellement."



Pour ce militant, la mise en place d’un menu 100% végé ne devrait pas être trop difficile: 



Des restaurants universitaires le font déjà à Lille ou Besançon. Ce n’est pas de la science-fiction, ça existe déjà en France. Ce n’est pas la mer à boire.



Assiettes Végétales dit ne pas attendre du Crous une mise en œuvre du jour au lendemain, mais du moins une réflexion sur la question, et la mise en place d’un calendrier pour une instauration future. L’association est bien décidée à faire parler de son projet, avec une campagne de sensibilisation prévue pour la rentrée 2018, et une pétition pour interpeller les étudiants. "Nous avons déjà lancé une pétition entre novembre 2017 et février 2018, raconte Cyril Ernst. Nous avons recueilli 1.500 signatures, pas seulement de la part de végétaliens. Les étudiants dans leur ensemble sont assez sensibles à la question. A Besançon, le menu végétalien est pris par 13% des étudiants, c’est quand même une proportion importante !"



Avant le végétalien, il faudra toutefois d'abord que le végétarien se répande davantage. Récemment, un sondage commandé par Greenpeace et réalisé par l'institut BVA révélait que les 18-34 ans soutiennent à 74% l'introduction de repas sans viande ni poisson dans les cantines. Mais dans les cantines scolaires, seulement 9% des enfants mangent végétarien une fois par semaine. Et le 26 mai, lors des débats pour la loi sur l'agriculture et l'alimentation, les députés ont rejeté l'introduction de repas végétariens.







Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité