Strasbourg : quatre cas de méningite déclarés, dont un mortel, depuis début novembre

Publié le
Écrit par Catherine Munsch .

Son seul nom inquiète, même lorsqu’on n’a pas de connaissances en médecine : la méningite. Tout le monde sait qu'elle peut être dangereuse, voire mortelle. Mais qu’est-ce que la méningite, comment l’attrape-t-on et comment se soigner ?

En quatre semaines, depuis début novembre, quatre cas de méningite ont été décelés à Strasbourg. Une des personnes touchées est décédée, les trois autres ont pu être soignées. Mais une méningite c'est quoi exactement? Le docteur Nicolas Lefebvre, chef de service infectiologie répond à nos questions. 

La méningite est une inflammation des méninges, les trois membranes qui enveloppent et protègent le système nerveux central, composé par le cerveau, le cervelet, le tronc cérébral et la moelle épinière. A l’origine de l’infection, il peut y avoir un virus, une bactérie, un champignon ou un parasite. Dans le cas des quatre patients atteints à Strasbourg, il s’agissait de la bactérie Neisseria meningitidis.

Le professeur qui les a soignées dans son service du NHC de Strasbourg explique : "Cette bactérie s'installe dans la sphère rhinopharyngée et elle est transmissible d’homme à homme. Elle se transmet par un contact proche et prolongé, sans masque. Elle peut être très invasive, parfois elle passe dans le sang et peut atteindre le cerveau. Cette infection est très rapide et si elle est très virulente, on peut en décéder."

Les personnes touchées ont toutes fréquenté un même établissement de vie nocturne, le bar Le live-club à Strasbourg.  L'une d'entre elle est décédée, les trois autres ont pu être soignées grâce à un traitement antibiotique. 

"Quand nous allons voir les malades qui font une méningite, nous portons un masque chirurgical. C'est une barrière très efficace."

Docteur Nicolas Lefèbvre, service infectiologie du NHC de Strasbourg

Quels symptômes et quelle prévention ?

Maux de tête très forts, des boutons rouges sur la peau, sensibilité à la lumière, vomissements, douleurs abdominales sont des symptômes d'infection par méningocoque. (Attention, la varicelle, la rougeole, les oreillons, une primo infection au VIH entre-autres peuvent créer ces mêmes symptômes.)

Il existe des méningites aiguës et des méningites chroniques (beaucoup plus rares), Sur son site, l’assurance maladie précise « les méningites chroniques persistent plus d’un mois et sont causées par des maladies inflammatoires ou cancéreuses, ou par des pathologies infectieuses prolongées survenant chez des personnes immunodéprimées." Il existe aussi des méningites non infectieuses, liées par exemple à une maladie auto-immune ou à un cancer métastasé.

"Quand nous allons voir des cas ou suspicion de méningite, nous portons un masque chirurgical," indique Nicolas Lefèbvre,"c'est une barrière très efficace et sinon nous avons la possibilité de vacciner contre les épidémies de méningocoque. Aujourd'hui, la population touchée est celle du milieu festif nocturne du centre de Strasbourg, on pourrait donc envisager une vaccination d'une population très ciblée pour prévenir l'apparition de cette bactérie."

Mais on en n'est pas là, pour l'heure, des mesures de prévention simples semblent suffisantes selon ce spécialiste : "La bactérie se manifeste par un tableau qui ressemble à une grippe, parfois associé à des maux de tête très intenses et l'apparition de boutons qui ne s'effacent pas quand on appuie dessus. Donc, si on a une inquiétude, il faut contacter son médecin en urgence ou appeler le 15."

Il faut aussi savoir que l'épidémie peut progresser silencieusement pendant la période de latence où les porteurs sains peuvent la transmettre. Porter le masque et être attentif à d'éventuels symptômes, pour réagir rapidement est donc recommandé, d'autant que le traitement est très efficace, s'il est administré rapidement.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité