Strasbourg : trois ans après les manifestations, les "Fridays for Future" tentent de revenir

En 2019, le mouvement "Fridays for Future", initié par la Suédoise Greta Thunberg, avait mobilisé des millions de jeunes à travers le monde. Trois ans plus tard, une branche locale vient d'être créée à Strasbourg.

Pendant de nombreux vendredis de 2019, étudiants, lycéens et collégiens se réunissaient dans les grandes villes du monde pour protester contre l'inaction climatique des gouvernements. Sauf que le Covid a coupé l'élan que ce mouvement prenait. Pour relancer la machine, une branche locale a vu le jour à Strasbourg en mars 2023.

Pour marquer le renouveau du mouvement, un rassemblement est prévu ce vendredi 10 mars. Claire Guillaume, qui dirige l'association strasbourgeoise, invite les jeunes à se réunir à 14h30 sur le campus de l'université, devant le bâtiment du Patio.

Malgré toute sa motivation, l'étudiante le sait : il n'y aura pas autant de monde qu'en 2019, lorsque des milliers de lycéens et de collégiens quittaient les cours le vendredi après-midi pour aller battre le pavé. Si le mouvement avait été beaucoup plus suivi chez nos voisins allemands, la manifestation du 15 mars 2019 avait tout de même réuni 5.000 jeunes Strasbourgeois, qui avaient terminé leur parcours devant le Parlement européen

Si on est une centaine, c'est déjà bien.

Claire Guillaume

Fondatrice de la branche strasbourgeoise de "Fridays for Future"

Pour la mobilisation du 10 mars 2023, aucune déambulation n'est prévue : "Ce sera une manifestation statique. Si on est une centaine, c'est déjà bien", glisse Claire Guillaume. Le rassemblement est d'ailleurs coorganisé avec les Jeunes Écologistes d'Alsace

Le mot d'ordre de cette mobilisation, choisi par Fridays For Future France, sera la rénovation thermique : "Nous demandons au gouvernement d'investir massivement dans une rénovation thermique globale. Si on veut obtenir la neutralité carbone du parc immobilier d'ici à 2050, il y a un million de bâtiments à rénover par an", avance l'étudiante en master de physique.

Cette dernière en est consciente, la rénovation thermique n'est pas le sujet le plus fédérateur pour relancer le mouvement : "Ce que nous voulons, c'est surtout montrer que nous sommes de retour, en partageant nos actions sur les réseaux sociaux. On veut dire 'Voilà ce qu'on sait faire' pour ensuite organiser d'autres manifestations."

Une grève mondiale le 3 mars... sauf en France

L'étudiante espère qu'à terme, le mouvement retrouvera l'ampleur des années précédentes, mais reste réaliste : "J'ai quand même l'impression que les gens sont blasés et ont l'impression que peu importe ce qu'ils font, le gouvernement ne fera rien... Pourtant, nous avons des petites victoires, comme la protection de la haute mer votée par l'ONU."

Une grève mondiale a été organisée par Fridays for Future le 3 mars 2023. Sauf qu'en raison des vacances scolaires dans la zone C, la branche française a décidé de décaler la journée d'action une semaine plus tard. Elle doit être suivie dans de nombreuses villes du pays.