Un enfant sur dix souffre d'obésité : face à cette épidémie, un programme tente de "casser cette dynamique"

C’est une épidémie, un enfant sur quatre est en surpoids en Alsace, un sur dix est obèse. La région Grand Est est la plus touchée après les Hauts de France. Pour aider les patients, il existe sur tout le territoire des dispositifs de prise en charge pluridisciplinaire, soutenus par l'Agence régionale de Santé. Le programme PRECCOSS lancé à Strasbourg il y a 10 ans fait figure de modèle.

Le constat est alarmant. En Alsace : un enfant sur quatre est en surpoids. Un sur dix est obèse. Triste record, la région Grand Est est la plus touchée après les Hauts de France.

"Depuis 2012, on a augmenté de 50% le nombre d’enfants et d’ados en obésité, on a progressé beaucoup plus que le national. On n'a pas réussi à gérer cette épidémie de surpoids et d'obésité chez les enfants et donc on se retrouve avec des adultes maintenant. On a besoin de casser cette dynamique", explique Laure Pain, référente sur les maladies chroniques à l'Agence Régionale de Santé (ARS) Grand-Est.

Une épidémie qu'il faut absolument combattre. Il y a 10 ans, la Ville de Strasbourg a mis en place le dispositif PRECCOSS, une prise en charge globale et pluridisciplinaire. Médecin, nutritionniste, éducateur sportif, psychologue se relaient pour accompagner les enfants et adolescents en surpoids.

 "On sait qu'être enfant obèse peut prédisposer au diabète, aux cancers, aux maladies cardiovasculaires, c'est très important d'intervenir le plus tôt possible", rappelle le Dr Alexandre Feltz, initiateur du dispositif.

Un accompagnement pluridisciplinaire et bienveillant

PRECCOSS inclut notamment une heure de sport adapté le mercredi à la piscine ou encore des ateliers animés par une nutritionniste pour apprendre à décortiquer les étiquettes des produits industriels.

"On a une approche bienveillante, on part des problématiques des familles dans leur environnement quotidien pour proposer des objectifs atteignables sur l'alimentation, le sommeil, l'activité physique et sur les écrans qui est un sujet prioritaire pour nous", explique François Jouan, le directeur de PRECCOSS.

Le programme est gratuit et accessible sur prescription de son médecin traitant. 200 enfants et adolescents en bénéficient en 2024. 

Des dispositifs comparables soutenus par l'ARS Grand Est existent à Colmar et Mulhouse, mais aussi en dehors des centres urbains. Au total, 22 Maisons de Santé Pluriprofessionnelles volontaires ont déployé le programme « Mission Retrouve Ton cap » pour les enfants de 3 à 12 ans.

Le repérage et l’accompagnement des enfants sont devenus une priorité pour l'ARS Grand Est qui a lancé un grand plan de formation pluriprofessionnelle. Médecin, infirmier, pharmacien, kiné, psychologue peuvent se former à l'éducation thérapeutique des enfants. Objectif : multiplier les possibilités de prise en charge au plus près des patients.