Bure : fin de l'enquête d'utilité publique sur le projet d'enfouissement des déchets nucléaires

C'est une étape de plus pour le lancement du projet controversé d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse). Une enquête publique a été menée du 15 septembre et au 23 octobre. Les opposants au projet se sont rassemblés samedi 23 octobre dernier jour de l'enquête d'utilité publique.

L'enquête publique sur le dossier, qui a débuté le 15 septembre dernier, s'achève le samedi 23 octobre 2021. Cette procédure officielle pourrait déboucher sur une déclaration d’utilité publique de Cigéo. Conduite par une commission indépendante, elle est composée de cinq membres nommés par le tribunal administratif de Nancy.

Fin de l'enquête

Cette enquête est une étape préalable à une éventuelle déclaration d'utilité publique du projet controversé piloté par l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra).
Pendant cinq semaines, la commission a recueilli les avis des personnes intéressées ou opposées au projet. Un site internet dédié a même été créé.

Manifestation à l'occasion de la fin de l'enquête

Des militants antinucléaires se sont réunis samedi devant la mairie du village de Montiers-sur-Saulx (Meuse). En fin de matinée, symboliquement, ils ont déposé des produits de Meuse et de Haute-Marne. 

C’est important d’être là pour dire que non on n'a pas participé au projet.

Juliette Geoffroy, collectif contre l'en fouissement des déchets.

Pour ce dernier jour de consultation les militants anti-Cigéo ont décidé de se faire entendre et dénoncer le projet. Selon eux cette consultation publique manque de transparence. "C’est important d’être là pour dire que non on n'a pas participé au projet", dit Juliette Geoffroy du collectif contre l'enfouissement des déchets (CEDRA). "Même si l'enquête est publique, on ne croit plus à ses processus participatif et que le seul message que nous avons à faire passer aujourd’hui c’est que nous ne voulons pas que notre terre soit polluée et contaminée".

Et elle ajoute : "On a apporté des produits locaux car oui c’est important le côté festif de la manifestation. Des agriculteurs et des paysans ont accepté de venir aujourd'hui en soutien à notre mouvement". 

Au mois de septembre, après plusieurs jours de contestation, les opposants espéraient bloquer la consultation et remettre en cause le démarrage industriel du projet.

 

 

En 2035 le projet Cigéo vise à enfouir, dans la Meuse, à 500 mètres sous terre, 85.000 m3 des déchets les plus radioactifs du parc nucléaire français.

 


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nucléaire environnement société social économie justice