Confinement : le grand casse-tête des examens de fin d'année à l'université

En amphi ou à la maison ? Quand ? Les 60.000 étudiants lorrains sont toujours dans le flou quant aux modalités de leurs examens de fin d’année. À l’exception des étudiants en droit et en économie.
Pas de grandes salles d'examens. Les étudiants lorrains ne passeront pas leurs examens du second semestre en "présentiel" mais en "distanciel".
Pas de grandes salles d'examens. Les étudiants lorrains ne passeront pas leurs examens du second semestre en "présentiel" mais en "distanciel". © Nicolas Kovarik - Maxppp
Chaque université est autonome, elle a son propre fonctionnement.
Ce qui ne rend pas forcément les choses très lisibles et compréhensibles pour tout le monde. Avec ses 60.000 étudiants, l’Université de Lorraine s’oriente vers des partiels à distance pour le second semestre, aucune neutralisation ne sera retenue selon un mail envoyé mardi 14 avril2020 aux étudiants. Traduction : aucun examen ne se déroulera dans les locaux de l'Université, aucune note plancher ne sera retenue. Pour quelles raisons? Dans quelles conditions et comment seront organisés les examens partiels à distance? Quand? Sachant que beaucoup de ces "partiels" doivent commencer début mai. Des questions que se posent légitimement de nombreux étudiants.

Partiels à distance

C’est inégalitaire. Il y a encore enormément de problèmes avec des étudiants qui n’ont pas accès au numérique.
- Hania Hamidi, Présidente de l’UNEF Lorraine 

"Il y a des étudiants qui n’ont pas d’ordinateurs, ceux qui sont encore obligés de travailler à côté de leurs études et qui sont exposés au coronavirus comme les caissiers, on a des étudiants qui sont dans des lieux ultra précaires, ou qui sont rentrés dans leur pays. Comment vont-ils faire pour passer des examens en "distanciel"? L’université de Lorraine doit mettre en place le 10 améliorable (note plancher) pour tous les étudiants de Lorraine. C’est pour limiter la casse vis-à-vis de ceux qui ne pourront pas passer leurs examens dans de bonnes conditions."
Théo Maire est étudiant en L3 de Psychologie sur le campus Lettres et Sciences Humaines de Nancy. Il est aussi représentant de sa promotion -1.500 étudiants au total- pour laquelle un sondage a été récemment effectué en interne: 76 % des exprimés sont favorables à une note plancher.

Nous sommes totalement opposés à des partiels à distance.
-Théo Maire, représentant des étudiants de L3 en psycho à Nancy

"Ce serait totalement discriminant pour les étudiants. Les conditions pour passer des examens à distance ne sont pas requises. Il y a une véritable fracture numérique. On a recueilli 300 témoignages d’étudiants qui sont bouffés par l’angoisse, qui n’arrivent pas à travailler parce qu’ils doivent garder leurs frères et sœurs, certains sont positifs au coronavirus et dans l’incapacité de travailler. D’autres doivent s’occuper de leurs parents vulnérables. D’autres encore n’ont pas le matériel pour travailler correctement. Le président de l’Université nous a envoyé un mail ce mardi, attestant du maintien des activités et des évaluations à distance." 

C’est un non-sens total qui ne tient pas compte de la souffrance des étudiants. 
- Théo Maire

"Au nom d’une continuité pédagogique, on sacrifie les étudiants. Nous souhaitons une neutralisation du semestre avec une note plancher." Des propos qu'ont tenu de nombreux étudiants avec lesquels j’ai pu m’entretenir par téléphone depuis quelques jours. Des étudiants qui se sentent bien souvent soutenus et entourés par leurs enseignants mais pas franchement par l’administration.
Les syndicats étudiants opposés aux examens à distance.
Les syndicats étudiants opposés aux examens à distance. © Alexandre Marchi - Maxppp

Pas de "note plancher"

Il ne faudrait pas qu’on revienne à la situation de 68.
- Fabienne Blaise, Rectrice déléguée pour l’enseignement supérieur, Académie de Nancy-Metz

"Je ne vois pas ce qu’une note plancher, ou un 10 améliorable apporterait en terme de valorisation de leur diplôme, poursuit la rectrice. Cela revient à banaliser l’année. Il y a de nombreuses universités étrangères qui s’organisent en distanciel. Il n’y a pas de raison que le diplôme qui a été délivré dans une université française ait pu être dévalué. Les universités ne sont pas là pour accroître les inégalités mais au contraire pour trouver toutes les solutions possibles, acceptables et concertées dans une situation exceptionnelle. L’Université de Lorraine travaille en ce sens depuis le début de la crise."
Le président de l'Université de Lorraine est fermement opposé au prinipe de la "note plancher".

C'est encore plus inégalitaire! Est-ce que tous les étudiants ont la même note à la fin d'une évaluation?
- Pierre Mutzenhardt, Président de l'Université de Lorraine

"Je n'arrive pas à comprendre qu'on puisse donner une note sans qu'il y ait une évaluation. N'est-ce pas inégalitaire de donner un 10/20 à tous alors que certains étudiants peuvent avoir une note bien supérieure?"

"Neutralisation-évaluation" en droit éco

Pour les étudiants en droit et en économie de la faculté de Nancy et de Metz, le centre européen universitaire et l’IPAG (Institut de préparation à l’administration générale) une option a été validée mercredi 15 avril par le collégium réunissant enseignants, personnels administratifs et étudiants élus : la "neutralisation-évaluation" du second semestre. Explication.
Pour les étudiants qui ont eu des colles avant le confinement (entre janvier et mi-mars), ces notes seront leur moyenne du second semestre. Si ces notes sont au dessus de la moyenne, il n’y a pas de problème. Si elles sont inférieures à la moyenne, elles seraient remontées à 10.
Les notes des colles seront prises en compte pour les étudiants de la fac de droit de Nancy.
Les notes des colles seront prises en compte pour les étudiants de la fac de droit de Nancy. © Jean-François Didier-FTV

La note de 10 ne va-t-elle pas dévaloriser la valeur du semestre? Quel avenir pour les étudiants, surtout si d'autres universités ne font pas ce choix?
- Amael Daval, représentant au conseil de formation Fédelor (Fédération étudiante de Lorraine)

Les jurys adapteront leur note en fonction du livret et du parcours de l'étudiant.
- Pierre Mutzenhardt, Président de l'Université de Lorraine

Alexian Lajoie est en première année de "double licence droit-éco" à la fac de droit de Nancy. Confiné chez ses parents dans l’agglomération nancéienne, il travaille ses cours à distance. TD et cours en visioconférence, cours magistraux en PDF. En temps normal, il aurait dû passer ses partiels du second semestre début mai, à la fac. Un scénario aujourd’hui totalement exclu.

Pour moi, passer ses examens en présentiel permettait de garantir l’égalité pour tous les étudiants, et de garantir la valeur du diplôme.
- Alexian Lajoie, étudiant en première année de droit à Nancy.

"Présentiel" pour les étudiants empêchés

Les étudiants empêchés sont les étudiants salariés, ou en situation de handicap auxquels s'ajoutent ceux qui sont en zone blanche. L'Université de Lorraine en a identifié une centaine pour lesquels les examens de fin d'année se feraient en "présentiel". 

Ces examens s'effectueront dans une temporalité que nous n'avons pas encore définie. Ce serait de toute façon avant le 30 juin.
- Pierre Mutznehardt, Président de l'Université de Lorraine

Selon le président, 800 étudiants lorrains déconnectés qui n’avaient pas les moyens de se payer un ordinateur, ou bien encore de se payer un abonnement internet ont été aidés dans le cadre du dispositif "Aides exceptionnelles Covid-19" : 300 cartes Sim 4G couvrant leurs besoins pour les mois d’avril, mai et renouvelables en juin leur ont été fournies, 150 autres cartes ont été commandées. Par ailleurs, 300 ordinateurs ont été fournis aux étudiants qui n'avaient pas de matériel. 100 autres ont été commandés par l'université. 

Premiers examens début mai

Les étudiants recevront les modalités de leur contrôle, 15 jours avant l'examen. C'est arrêté dans 90 % des formations. Il y aura une simplification des examens.
- Pierre Mutzenhardt, Président de l'Université de Lorraine

"Il reste encore des discussions concernant des diplômes mais les modalités de contrôle des connaissances sont arrêtées dans la majorité des formations. Pour les sessions de rattrapage, nous sommes également dans l'attente de consignes puisqu'il n'y aura pas de retour dans les cours avant l'été. On attend également des consignes concernant les concours qui dépendent purement du national."

Les syndicats, de leur côté, se réservent le droit d'entamer des recours devant le tribunal administratif en cas de disparités concernant les modalités de ces examens. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société covid-19 santé confinement : conseils pratiques