Covid-19 : avant l'allocution d'Emmanuel Macron, où en est l'épidémie en Champagne-Ardenne ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Matti Faye
Illustration.
Illustration. © FRANCOIS DESTOC / LE TELEGRAMME / MAXPPP

Le président de la République Emmanuel Macron a prévu de s'adresser aux Français mardi 9 novembre à 20h. Une prise de parole qui doit notamment porter sur la situation sanitaire du pays. Faisons le point sur l'état de l'épidémie de Covid-19 dans l'Aube, les Ardennes, la Marne et la Haute-Marne.

La Marseillaise va de nouveau retentir à 20 heures. Mardi 9 novembre, le président de la République Emmanuel Macron a prévu de s'adresser aux Français lors d'une allocution. Il n'avait plus pris la parole de cette manière depuis le 12 juillet dernier. Il avait alors notamment annoncé l'extension du pass sanitaire.

Mardi, son allocution doit porter sur la situation épidémique mais sera aussi l'occasion d'"un point sur la reprise économique, les réformes qui sont conduites dans notre pays et sur l'ensemble des sujets qui traversent notre pays", selon le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

La situation épidémique s'est dégradée dernièrement. Le taux d'incidence, qui correspond au nombre de cas positifs de Covid-19 pour 100 000 habitants, est désormais de 65,6 au niveau national.

Un taux d'incidence en hausse

Dans la région Grand Est, ce taux remonte depuis la mi-octobre. Il a presque doublé en passant de 32 cas positifs pour 100 000 habitants le 10 octobre, à 59 le 3 novembre.

C'est dans les Ardennes qu'on retrouve le taux d'incidence le plus élevé de la région : 91,5 au 3 novembre. En Haute-Marne, il est de 49,0 à la même date. Dans l'Aube et la Marne, il se situe pour l'instant à un niveau inférieur, avec respectivement 28,4 et 26,4 cas pour 100 000 habitants. 

Retour du masque à l'école dans les Ardennes

Le gouvernement a fixé le seuil d'alerte à 50 cas positifs. Ce seuil détermine notamment la rigueur du protocole appliqué dans les écoles.

Dans les Ardennes, le rebond de l'épidémie de Covid-19 va se traduire par un retour du port du masque sur les visages des écoliers dès lundi 8 novembre. Cette mesure s'applique aussi dans d'autres départements de la région Grand Est : la Moselle, le Haut-Rhin et le Bas-Rhin.

Protocole appliqué au sein des établissements scolaires

Le détail des différents niveaux du protocole établi par l'Éducation nationale est consultable ici.

Le préfet des Ardennes a également annoncé un renforcement des mesures sanitaires dans les salles de spectacle où le public est debout ainsi que dans les salles de danse et discothèques. Il faudra désormais respecter une jauge maximale de 75 % de la capacité d'accueil du lieu. 

De nombreux rendez-vous pris pour des rappels de vaccin

Selon l'AFP, qui cite le Premier ministre Jean Castex, l'exécutif réfléchit en priorité à la piste d'un pass sanitaire conditionné à une troisième dose de vaccin.

Alors que rien n'a encore été officialisé sur ce sujet, les Français sont nombreux à prendre rendez-vous pour réaliser un rappel de vaccin contre le Covid-19. Celle-ci vise pour l'instant les personnes âgées de 65 ans et plus, les personnes à risque et les professionnels de santé. 

Sur la plateforme Doctolib, les prises de rendez-vous pour des troisièmes doses se multiplient ces derniers jours. Dans la région Grand Est, presque 9 000 réservations ont été enregistrées vendredi 5 et samedi 6 novembre. C'est deux fois plus qu'une semaine plus tôt.

Au 4 novembre, 285 199 personnes ont bénéficié d'un rappel de vaccin dans la région Grand Est. Cela correspond à 6 % des personnes éligibles à la vaccination (âgée de 12 ans et plus). Dans le même temps, 13 % de ces personnes n'ont reçu aucune dose, selon Santé publique France.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.