Le Crémant d'Alsace, un vin festif à la conquête de nos tables

Le Crémant d'Alsace, de plus en plus populaire, est plébiscité en fin d'année. Cantonné à l'apéritif il y a encore quelques années il est devenu incontournable sur nos tables. On dit même qu'il pourrait rivaliser avec le Champagne.

Xavier Baril, du domaine Fernand Engel,  prépare le conditionnement du Crémant pour les fêtes de fin d'année
Xavier Baril, du domaine Fernand Engel, prépare le conditionnement du Crémant pour les fêtes de fin d'année © Nicolas Meyer, France 3 Alsae
Le Crémant d'Alsace, vin mousseux d'appellation d'origine contrôlée, est produit selon la même méthode d'élaboration que celle du Champagne. Il est en général plus accessible en prix et "parfois meilleur", comme le disent certains clients au sommelier Gilles Haeffelin, copropriétaire du restaurant "Au Bon Coin" de Wintzenheim. Sa carte des vins, aux 550 références, et sa cave aux 15.000 bouteilles fait la part belle aux crémants d'Alsace, surtout en cette période de fin d'année où la demande explose.

« La période de décembre est propice aux bulles et a ce côté festif », explique Gilles Haeffelin. « Notre gamme va du crémant rosé au crémant brut et il y a des gens maintenant qui demandent des crémants demi-sec ».

Face à une demande toujours croissante, les viticulteurs ont adapté leur production en quantité et en qualité. « C'est devenu un des moteurs de la commercialisation. Il faudrait juste faire attention à ce que notre Crémant d’Alsace ne devienne pas ce que le Beaujolais nouveau est pour la région du beaujolais : juste un cash machine », explique et redoute Gilles Haeffelin.

Une tentation qui semble en tous cas ne pas effleurer Xavier Baril, œnologue de formation et viticulteur au domaine Fernand Engel à Rorschwihr : « Ici on ne rajoute pas de sucre pour la fermentation mais on ramasse un peu plus mûr », aime t-il dire à dire aux touristes de passage qui viennent déguster ses crémants dans sa cave. « Le crémant représente entre 15 et 20.000 bouteilles en décembre et par an à peu près 150.000 donc 10% sur cette période, le Crémant c’est vraiment le vin des fêtes. Il y a 5 ans on vendait trois fois moins, je pense que c’est parce que le produit devient de plus en plus crédible et que petit à petit le Crémant d’Alsace prend ses lettres de noblesse », précise Xavier Baril.
 
Le reportage de France 3 Alsace
 
Le Crémant d'Alsace, un vin festif à la conquête de nos tables

Résultat, autrefois cantonné à l'apéritif, le Crémant d'Alsace accompagne aujourd'hui les repas au même titre qu'un vin rouge : « On peut faire de très beaux accords sur des volailles, des viandes blanches, des sauces crêmées, c’est tout à fait possible et sur tous les produits de fête : foi gras, chapon », explique Gille Haeffelin.

Pour s'en convaincre et se mettre la bulle à la bouche il suffit d'écouter Gilles Haeffelin déguster un Crémant d'Alsace : « Il a un nez délicat, subtil, on va aller sur une pointe briochée, du pain frais légèrement beurré, toasté. On a ce côté aussi un peu fruit jaune, une bulle vraiment onctueuse, c’est vraiment un Crémant d’une très belle luminosité ».





 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
viticulture agriculture économie