Elections départementales 2021 dans la Collectivité européenne d'Alsace (CEA) : les résultats du premier tour

Les premières élections départementales de la nouvelle Collectivité européenne d'Alsace (CEA) ont lieu ce dimanche 20 juin, jour du premier tour. À l'issue de ces élections, 80 conseillères et conseillers d'Alsace siègeront pendant six ans.

Bureau de vote localisé dans l'école Edouard Branly, canton de Strasbourg-4, dans la Collectivité européenne d'Alsace (CEA).
Bureau de vote localisé dans l'école Edouard Branly, canton de Strasbourg-4, dans la Collectivité européenne d'Alsace (CEA). © Vincent Ballester, France Télévisions

La Collectivité européenne d'Alsace (CEA), département le plus récent, dispose de compétences élargies. Elle gère les collèges, routes, allocations... et le bilinguisme. La CEA, fusion du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, connaît ses premières élections départementales. Le premier tour a lieu ce dimanche 20 juin 2021.

Ce scrutin est historique. La majorité actuelle, de droite et du centre, est emmenée par Frédéric Bierry (LR). Il est candidat à sa réélection. Jusqu'au mois de janvier 2021, il dirigeait le conseil départemental du Bas-Rhin.

La CEA abrite 40 cantons, qui éliront au total 80 conseillères et conseillers d'Alsace : avant la fusion, 46 siègeaient dans le Bas-Rhin, et 34 dans le Haut-Rhin. Il leur reviendra de déterminer le siège de la CEA, pour le moment provisoirement basé à Strasbourg. Une décision qui sera scrutée...
 

Les forces en présence

La droite emmenée par Les Républicains (LR) et l'Union des démocrates indépendants (UDI) va tenter de conserver sa majorité, expliquait Frédéric Bierry au cours du débat organisé par France 3 Alsace. Le Parti socialiste (PS) souhaite garder ses sièges, et La République en marche (LREM) en acquérir (ce parti n'existait pas aux dernières départementales).
 


Europe Écologie Les Verts (EELV), alliée au Parti communiste français (PCF), veut poursuivre sa percée, après ses municipales victorieuses de juillet 2020. Le parti autonomiste alsacien, Unser Land, explique vouloir défendre la langue et la culture de l'Alsace. Le Rassemblement national (RN, ex-FN) a axé sa campagne sur la sécurité.
 

Les tendances après le scrutin

Fait remarquable de cette soirée électorale : dans son canton de Mutzig, le binôme du président sortant de la CEA, Frédéric Bierry, a écrasé la concurrence. Jouissant d'une forte visibilité locale, il est en tête du premier tour avec près de 63% des voix. Il souligne que "le système de vote a l'avantage de permettre à nos concitoyens d'identifier leurs élus, en proximité, et d'être des élus à portée d'engueulade. Si on n'est pas au rendez-vous, on n'est pas réélu."
 


"Aujourd'hui, si je constate qu'il y a beaucoup de [nos] élus qui se retrouvent en ballotage favorable, c'est parce qu'ils ont fait le travail. Ils ont été en proximité, ils ont mouillé le maillot, au contact du quotidien."
 

Le très bon score du président de la CEA dans son canton de Mutzig.
Le très bon score du président de la CEA dans son canton de Mutzig. © Kévin Konrath, France Télévisions


Élue sénatrice à l'automne 2020, Sabrine Drexler (DVD) et son binôme sont en tête du premier tour à Altkirch, avec 57% des voix; idem avec le binôme de la sénatrice (LR) Laurence Muller-Bronn à Erstein, avec 54% des voix. Même chose avec le député (LR) Raphaël Schellenberger dans le canton de Cernay, en tête avec 46% des voix.

À Colmar-2, le binôme emmené par le maire (LR) Eric Straumann et la ministre (LREM) Brigitte Klinkert suscitait l'étonnement. Il s'agit d'une alliance départementale entre deux partis opposés aux régionales (Klinkert mène la liste LREM face à celle LR de Jean Rottner). Ce binôme est pourtant arrivé en première position avec quasiment 60% des voix (voir publication Facebook ci-dessous).
 


Les premiers résultats à parvenir ont été ceux des trois cantons mulhousiens, où le vote est électronique et donc rapidement connu. Dans le premier, la droite et une alliance Génération.s/écologiste se talonnent. Dans le deuxième, c'est le binôme emmené par Fatima Jenn (DVC) qui est suivi de près par celui de Christelle Ritz (RN). 

Dans le troisième, le binôme emmené par Lara Million (LREM) est devant les écologistes et la droite, rare succès macroniste de ces départementales car le parti présidentiel est peu implanté localement. À noter que Fatima Jenn et Lara Million s'étaient opposées Michèle Lutz (LR) lors des municipales, ainsi que Christelle Ritz. Plusieurs adjoint(e)s de la maire s'opposaient à elles durant ces départementales, mais le succès n'a pas toujours été là.
 

Le binôme de la macroniste Lara Million est en tête dans le canton de Mulhouse-3.
Le binôme de la macroniste Lara Million est en tête dans le canton de Mulhouse-3. © Kévin Konrath, France Télévisions


Dans le canton de Bischwiller, le binôme écologiste, à quasiment 40%, devance de peu le binôme Les Républicains. Duel Les Républicains/Europe Écologie Les Verts également dans le canton de Molsheim. Dans celui d'Ensisheim, le Rassemblement national fait son meilleur score en CEA en arrivant en deuxième position (33% des voix), juste derrière la droite.

D'après les premières analyses, le Rassemblement national fait moins bien qu'espéré. "On a perdu des plumes", reconnaît Laurent Gnaedig (RN) du canton de Reichshoffen (son binôme est en deuxième position), précisant toutefois : "la population qui partage nos idées n'a pas disparu. Je lui en veux un tout petit peu de ne s'être pas plus déplacée." Reprenant un argument de Marine Le Pen, très discuté

La droite a bien résisté. Les écologistes en alliance avec la gauche ont fait une petite percée. Unser Land n'a pu se qualifier qu'à un seul second tour (deuxième position à Saint-Louis). 
 

Il s'agissait de candidat(e)s du renouvellement, qui n'ont aucun autre mandat et se sont présentés pour la première fois.

Jeanne Barseghian, maire (EELV) de Strasbourg


Les résultats à Strasbourg étaient particulièrement attendus (tombés après une heure du matin), car l'ensemble des six conseillères sortantes et conseillers sortants socialistes viennent des cantons strasbourgeois. Leur réélection n'est pas assurée. Mathieu Cahn (PS), bien établi dans le paysage politique a même été éliminé dans son fief de Strasbourg-1. Les écologistes sont en bonne position dans les six cantons strasbourgeois (malgré le "chagrin remontant de certains quartiers" qui serait leur responsabilité selon Pascale Jurdant-Pfeiffer (UDI), "surprise").
 


Jeanne Barseghian, la maire (EELV) de la ville, a déclaré : "Je crois qu'on voit ce soir que l'écologie continue de s'implanter dans les territoires urbains - et aussi ruraux -  et qu'il s'agissait de candidats et de candidates du renouvellement. Qui n'ont aucun autre mandat et se sont présentés pour la première fois : c'est le choix du non-cumul." Avant de regretter une abstention massive.
 

Les chiffres de la participation

Dans le Bas-Rhin, la préfecture a annoncé une participation 9.63% à midi (18.17% en 2015), qui a grimpé à 19.52% à 17 heures (contre 42.50% en 2017). À Strasbourg, siège provisoire de la CEA, la participation atteint 21.16% à 17 heures.

Dans le Haut-Rhin, la participation atteignait 9.73% à midi, puis 21.14% à 17 heures. Les chiffres définitifs sont connus à 20 heures, heure de fermeture des bureaux de vote dans les grandes villes (dans les petites villes, c'est 18 heures).

Au final, l'abstention pour ces départementales a atteint 70.94% dans la CEA. La jeunesse, sans doute peu concernée, n'a pas beaucoup voté...
 


En attendant, l'abstention serait estimée à 70.8% en Grand Est, ce qui pourrait constituer un record national. Philippe Breton, politologue consulté par France 3 Alsace, explique : "Ce qui fait une grande participation aux élections, c'est une bonne campagne électorale. [...] Il y a un effet sociologique profond : les partis n'ont plus beaucoup de militants aujourd'hui. Une vraie campagne électorale, ce sont des militants qui font du porte-à-porte, qui distribuent des tracts sur les marchés. On a tous constaté qu'il y en avait beaucoup moins aujourd'hui. Ce délitement fait que les électeurs ne se sont pas sentis concernés." Mickael Kugler (EELV, qui ne sera pas au second tour à Brumath) abonde : "Cette campagne a été très difficile. Il y a eu des problèmes avec la distribution des professions de foi. Ça représente le premier contact des électeurs avec nous."
 

Les électeurs ne se sont pas sentis concernés.

Philippe Breton, politologue


Autre raison possible de l'abstention : "le masque qui suscitait des regards scrutateurs, empêchait de sourire", pour Pascale Jurdant-Pfeiffer (UDI). Ou selon Hombeline du Parc (RN) : les "électeurs d'Alsace ont été perdus par la Collectivité européenne d'Alsace", le scrutin départemental (sous un nom alsacien) se confondant avec le scrutin régional (Grand Est). Frédéric Bierry, par ailleurs "père" de la CEA, reconnaît et regrette cette "confusion". Il est "déçu" du manque de participation car "les élus travaillent 80 heures par semaine, ils se donnent aux autres". Quoi qu'il en soit, en raison de cette faible participation, aucun binôme n'aurait remporté directement son élection au premier tour selon les premiers retours des urnes.
 

Les résultats, canton par canton

Les élections se font par binômes, et non par listes. Les cartes interactives (ci-dessous) vous permettront de savoir précisément et en direct quels binômes sont en tête dans tous les cantons :
 

Canton de Bischwiller

Canton de Bouxwiller

Canton de Brumath

Canton de Erstein 

Canton de Haguenau

Canton de Hoenheim

Canton de Illkirch

Canton de Ingwiller

Canton de Lingolsheim

Canton de Molsheim

Canton de Mutzig

Canton de Obernai

Canton de Reichshoffen

Canton de Saverne

Canton de Schiltigheim

Canton de Sélestat

Canton de Strasbourg-1

Canton de Strasbourg-2

Canton de Strasbourg-3

Canton de Strasbourg-4

Canton de Strasbourg-5

Canton de Strasbourg-6

Canton de Wissembourg

 

 

Canton de Altkirch

Canton de Brunstatt

Canton de Cernay

Canton de Colmar-1

Canton de Colmar-2

Canton de Ensisheim

Canton de Guebwiller

Canton de Kingersheim

Canton de Masevaux

Canton de Mulhouse-1

Canton de Mulhouse-2

Canton de Mulhouse-3 

Canton de Rixheim

Canton de Saint-Louis

Canton de Sainte-Marie-aux-Mines

Canton de Wintzenheim

Canton de Wittenheim

 


Le second tour aura lieu le dimanche 27 juin.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales 2021 politique élections