• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Grand Est: devenir famille d'accueil pour la protection judiciaire de la jeunesse, ça vous tente?

Un contexte familial et rassurant pour ces jeunes / © Ministère de la Justice
Un contexte familial et rassurant pour ces jeunes / © Ministère de la Justice

La protection judiciaire de la jeunesse lance ce 26 mars une campagne nationale de recherche de familles d'accueil. Qui sont les jeunes à placer? Qui peut les accueillir et sous quelles conditions? 

Par Sophie Gueffier

C'est une campagne nationale qui débute ce mardi 26 mars 2019 pour trouver des familles d'accueil pour des jeunes. Le ministère de la Justice et plus précisément la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) est à l'origine de cette campagne de recrutement. 

Qui sont les jeunes à accueillir?

Il s'agit de jeunes mineurs délinquants. Des jeunes, ayant commis une infraction et qui font l'objet d'une mesure de placement suite à une décision de justice. Ces jeunes ont besoin d'un cadre de vie familiale sécurisant, pour une durée temporaire. 

Qui peut accueillir un mineur placé par la PJJ? 

À peu près tout le monde. Deux conditions préalables cependant : 
  1. Avoir un casier judiciaire vierge.
  2. Pouvoir offrir une chambre privée au jeune accueilli.
Ces deux conditions réunies, chaque personne peut prétendre à l'accueil d'un jeune. Vous êtes en couple ou célibataire, avec ou sans enfant. Vous vivez en appartement, en maison à la ville ou à la campagne, toutes les situations sont acceptées. Il suffit d'avoir quelques qualités relationnelles, de savoir écouter, d'être patient et de faire preuve d'autorité. Le lot de chaque reponsable d'enfant. Avec la conscience que ces jeunes ont été confrontés à des difficultés qui peuvent les rendre parfois difficile à appréhender.

On a tous la compétence pour être famile d'accueil, il suffit d'être ouvert et humain.
- Linda, famille d'accueil


L'accueil est quotidien et temporaire, mais il peut être modulable et adapté à vos contraintes familiale (semaines, weekends ou vacances scolaires uniquement).

Toutes les candidatures seront les bienvenues, mais toutes ne seront pas acceptées. Chaque demande sera étudiée et fera l'objet d'entretiens avec la PJJ et les éducateurs. Et c'est à l'issue de ces entretiens que les familles sauront si elles pourront accueillir un jeune. 
Il n'y a pas de besoin chiffré. Il est évidemment impossible de connaître par avance le nombre d'enfants à placer, puisque le placement est décidé à l'issue d'une procédure judiciaire. Aussi plus il y a de familles d'accueil, plus vite chaque jeune le nécessitant pourra être placé. 

Pourquoi prendre la responsabilité d'accueillir un jeune de la PJJ?

Il s'agit selon les cas d'une histoire de seconde chance ou d'un engagement citoyen envers une partie de la jeunesse moins favorisée ou en quête de repères. Les témoignages des familles d'accueil vont dans ce sens. 

Tout le monde a sa place dans la société, on ne peut pas fermer les portes à un jeune de 15 ans qui a commis une erreur. 
- Linda

ou encore : "Être famille d’accueil c’est contribuer à une réussite " déclarent Cyril et Isabelle, famille d’accueil depuis plus d’un an.

Il s'agit aussi parfois de bousculer ses préjugés et de se remettre en question. Il arrive que les familles d'accueil se rendent compte qu'elle apprennent autant aux jeunes qu'elles n'en apprennent d'eux. 

Quels supports pour mener à bien l'accueil ? 

Les familles bénéficient d'un accompagnement de la PJJ jour et nuit. Elles peuvent contacter l'équipe éducative à tout moment. Elles signent une convention et doivent colaborer avec les éducateurs. Elles participent aussi à des groupes de paroles avec les autres accueillants, afin d'échanger expériences et difficultés. 
Enfin, les familles reçoivent une indemnité journalière, et les dépenses de soins, de transport ou d'habillement sont prises en charge par le ministère de la Justice. La famille a un statut de bénévole.

Les contacts de la PJJ dans les Grand Est 

Si vous souhaitez devenir famille d'accueil, voici par département, les numéros à appeler.
  • Aube/Haute-Marne : 03 25 31 10 30
  • Marne/Ardennes : 03 24 33 87 20
  • Moselle : 03 87 56 06 95
  • Meurthe-et-Moselle/Meuse/Vosges : 06 87 48 76 89
  • Bas- Rhin : 03 88 32 37 05 
  • Haut-Rhin : 03 89 86 18 60 

Attention ne pas confondre famille d'accueil PJJ et famille d'accueil ASE!

Il existe plusieurs types de familles d'accueil pour enfants.

  • Celles de la PJJ, comme on vient de l'expliquer ci-dessus prennent en charge des enfants, des adolescents ayant commis une infraction. Ces jeunes sont placés sur décision judiciaire les concernant directement. 
  • Les familles d'accueil gerées par les conseil départementaux à travers les services de la Protection Maternelle Infantile et de l'Aide Sociale à l'Enfance, ont un statut d'assistant familial. Les conditions pour obtenir ce statut sont strictement encadrées : il faut obtenir un agrément de 5 ans (renouvelable) suivi d'une formation diplômante de 60 heures dans un premier temps et de 240 heures ensuite. L'assistant familial a un statut de salarié, calculé sur la base du Smic en fonction du nombre d'enfants accueilis et de la durée de leur accueil. 

Sur le même sujet

Interview du doyen de la faculté des sciences de Nancy

Les + Lus