• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Grand-Est : vers une hausse des recrutements dans les entreprises en 2018

© James Hardy, M. Houet, Bruno Levesque / MaxPPP
© James Hardy, M. Houet, Bruno Levesque / MaxPPP

Pôle Emploi publie son enquête annuelle sur les besoins en main d'œuvre. L'établissement national prévoit une hausse des recrutements de près de 17% sur l'ensemble de la région avec plus de 172.000 intentions d'embauche pour 2018.

Par Raphaël Doumergue

D'après son enquête sur les besoins en main d'oeuvre, Pôle Emploi prévoit une embellie record pour l'année à venir dans le Grand-Est : plus 16,8% de prévisions d'embauches par rapport à 2017 soit 172.090 projets. Il faut remonter à 9 ans pour retrouver de tels chiffres. Une augmentation qui suit les tendances nationales (+18,7%). 

Comme au niveau national, ce sont les activités de service qui recrutent le plus. Plus d'une intention d'embauche sur deux dans le Grand-Est (52,8%) se situe dans ce domaine. C'est, selon Pôle Emploi, une augmentation de plus de 13.000 projets par rapport à 2017.

Avec l'Alsace et la Champagne, la région dispose d'un vaste secteur viticole et agricole. C'est logiquement que les besoins des entreprises se font sentir dans ce domaine d'activité. Sur les 34.041 projets d'embauches, 25.000 concernent la viticulture. Mais attention, il ne s'agit pas d'emplois perenne : 96,9% de ces intentions sont des projets saisonniers.

Du côté des projets de recrutement à caractère permanent, on recherche particulièrement des aides à domicile, aides ménagères (4.087 projets) ou des aides soignants (3.152). Mais le métier rassemblant le plus grand nombre de projets de recrutement de manière permanente est celui d'agent d'entretien de locaux (y compris ATSEM). Plus de 6.000 postes seraient à pourvoir pour l'année 2018 dans la région. C'est aussi, selon les employeurs, un des métiers jugés difficiles au niveau du recrutement. Temps partiel, horaires décalés, prétentions salariales… font partie des critères qui incitent les entreprises à classer les embauches pour ces métiers comme "difficiles".

Depuis 2002, l'établissement public chargé de l'emploi en France mène cette enquête auprès des employeurs. Elle permet " de mesurer les volumes d’intentions d’embauche et les difficultés pressenties par les employeurs pour concrétiser leurs projets de recrutement".

Au niveau national, sur l'année 2017, Pôle Emploi estime que 80% des entreprises qui ont déclaré vouloir recruter ont embauché au moins une personne.

Arnaud Bourdaire, de Pôle Emploi Grand-Est réagit aux 172.000 intentions d'embauche pour 2018 :


 

Sur le même sujet

EDR - le mouvement anti-spéciste

Les + Lus