INSOLITE - Haut-Rhin : bruit des cloches et chant du coq, Mulhbach-sur-Munster défend son patrimoine sonore

Chant du coq, clarines des vaches et cloches des églises font partie de la vie campagnarde. Celui que ces bruits dérangent n'a qu'à passer son chemin. C'est en substance le message délivré à Muhlbach-sur-Munster via un panneau tricolore très explicite installé sur la place du village.

A Muhlbach-sur-Munster un panneau interpelle les visiteurs: tolérons les bruits de la campagne!
A Muhlbach-sur-Munster un panneau interpelle les visiteurs: tolérons les bruits de la campagne! © S. Gaudry / France télévisions
Qu’on se le dise : à Mulhbach-sur-Munster (Haut-Rhin), il y a des coqs et des vaches avec leurs clarines, et des cloches aussi à l’église et au temple. Et même des agriculteurs avec des tracteurs. Et tous ces bruits font partie de la vie campagnarde. Touristes, citadins, si cela vous dérange, passez votre chemin ! Voilà ce qu’indique le panneau placé récemment au centre du village. Un panneau à l’inscription « Attention ici vous êtes en campagne » aux couleurs bleu-blanc-rouge. "On ne cherche pas la polémique, ce panneau c’est de la sensibilisation, pas un avertissement", explique Patrick Althusser, le maire du village, "sensibilisation parce que certaines personnes qui viennent en villégiature ou en vacances chez nous oublient qu’il y a ce genre de bruits qui font partie de notre patrimoine." Le premier magistrat a décidé de prendre les devants pour la défense de son village de moyenne montagne qui compte 800 habitants, quatre fermes et quelques basses-cours. 

Le coq Maurice a marqué les esprits

Car l'histoire du coq Maurice a marqué les esprits campagnards. Pas question de se laisser embarquer dans une telle affaire à Muhlbach-sur-Munster. "Ici aussi on a eu des échos de réclamations sur le chant des coqs. J’ai eu la visite à plusieurs reprises d’une personne qui ne supportait pas ça, je lui ai proposé des boules Quiès ! Dernièrement j’ai également entendu que dans un village voisin une personne qui habite à côté d’un enclos à vaches s’est levée la nuit et a enlevé les cloches. C’est un peu bizarre quand même d’avoir ce genre de réaction."
 
Alors c’est avec un brin d’humour que le village a décidé de se protéger des mauvais coucheurs. Ceux qui dorment mal à cause des bruits normaux de la campagne. Et les habitants en rigolent comme cette dame abritée sous son parapluie: "Le coq des voisins nous réveille tous les matins et c’est très bien. Si on ne veut pas entendre ce bruit eh bien il faut rester en ville !" Et un autre habitant de renchérir: "Une vache sans cloche c’est vraiment monotone. Nous on est nés dans ce contexte-là. Ce panneau c’est génial pour rappeler aux gens qu’on est à la campagne et que les touristes que ça dérange peuvent rester chez eux." Haro donc sur les conflits de voisinage.

Le chant du coq protégé par la loi

Si le panneau de Mulhbach n’empêchera pas d’éventuels procès contre les nuisances sonores ou olfactives, la République vient de voler au secours ce patrimoine rural. Une loi visant à protéger le « patrimoine sensoriel des campagnes » a été adoptée en première lecture à l'Assemblée Nationale. Les odeurs de moût de raisin, de crottin, de fumier devraient être bientôt protégées par un code de l’environnement modifié.

De quoi rassurer Mathieu Hunzinger dont la ferme est située au centre de Muhlbach. Vosgiennes et brunes des Alpes y produisent du lait depuis quatre générations d’agriculteurs. Alors pourquoi faudrait-il quitter le village ? "C’est hors de question ! Ça coûterait beaucoup trop cher. Et puis on a toute notre place ici. Les gens doivent accepter certaines réalités. A partir du moment où on vient à la campagne on sait à quoi s’attendre. On fait un peu bruit, ça a toujours été comme ça. On ne crée pas des nuisances énormes à ce que je sache. Et puis un troupeau c’est agréable à voir dans le paysage".

Plus que cela, les vaches façonnent ce paysage tant apprécié des touristes et des néoruraux. Alors à Muhlbach-sur Munster les humains sont priés de se retenir de râler. Quand les coqs peuvent eux vocaliser à leur aise. Et les cloches tinter joyeusement au cou des vaches.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ruralité société agriculture économie tourisme