Coronavirus : PSA Mulhouse se lance dans la production de masques pour l'ensemble des salariés du groupe

Alors que le masque devient obligatoire en entreprise, le groupe PSA dit pouvoir assurer les besoins en équipement pour ses salariés en lançant sa propre production de masques chirurgicaux. Pour ce faire, une ligne d'assemblage d'une capacité de 12.000 masques par heure a été installée à Mulhouse.

La ligne de production de masques chirurgicaux installée sur le site mulhousien de PSA permet d'équiper l'ensemble des salariés.
La ligne de production de masques chirurgicaux installée sur le site mulhousien de PSA permet d'équiper l'ensemble des salariés. © Stéphane Gaudry, France Télévisions
A l'heure du port obligatoire du masque en entreprise, effectif depuis ce 1er septembre, le groupe PSA peut se targuer d'avoir pris les devants en l'imposant sur tous ses sites juste après le déconfinement. Avec quelque 200.000 salariés à travers le monde et à raison de 2 à 4 masques par jour, les besoins sont évalués à dix millions de masques par mois. Une facture non négligeable pour l'entreprise et surtout un défi pour trouver un fournisseur fiable.

Pour garantir les besoins en équipement, le constructeur automobile a fait le choix de lancer sa propre production de masques. C'est une ligne d'assemblage installée sur le site industriel de Mulhouse qui se charge de produire les masques chirurgicaux de type 1. "On a cherché l'autonomie et l'indépendance pour être prêt à équiper nos salariés en permanence sans dépendre d'autres fabricants ou d'autres pays", explique Franck Mannessier, chef de projet de fabrication de masques à Mulhouse.

Une machine française

La ligne automatisée fonctionne depuis le 3 août dernier. Après la décision prise par le groupe début mai, il aura fallu un peu moins de trois mois pour l'installer au sein de l'unité de peinture. Une salle blanche en surpression a été créée spécialement pour recevoir la machine. L'air y est filtré et renouvelé à raison de 25.000 m3 par heure.

"Notre cœur de métier c’est de fabriquer des automobiles avant tout, donc le défi a été de trouver les bons partenaires, qui ont le savoir-faire aussi bien sur la conception que la fabrication sur les machines", explique le chef de projet. Avoir recours à des partenaires français, que ce soit pour la ligne de fabrication ou pour l’acquisition des compétences, c'était une priorité pour le groupe PSA. Ici, tout est Français, sauf les élastiques...
 
Une équipe de 12 personnes fait fonctionner la machine, de conception et de fabrication entièrement française.
Une équipe de 12 personnes fait fonctionner la machine, de conception et de fabrication entièrement française. © Stéphane Gaudry, France Télévisions

Une équipe spécialement formée

Une équipe de 12 personnes, prises sur l'effectif de l'usine mulhousienne, assure le fonctionnement et l'entretien de la machine. "C’est aux antipodes de ce qu’on fait habituellement à PSA, alors on a eu recours à un partenariat avec une entreprise française pour former nos salariés, sur une durée de 2 à 6 semaines entre juin et juillet", précise Franck Mannessier.

Une autonomie en masques garantie

Le constructeur a investi un million d'euros dans cette unité, en mesure de produire six millions de masques par mois. A terme ce sont dix millions de masques qui pourront être produits mensuellement à Mulhouse, avec l'arrivée d'une deuxième ligne d'assemblage d'ici un an. La capacité de production couvrira alors les besoins du groupe et lui permettra même d'avoir deux mois de masques en stock. Les masques produits à Mulhouse sont redistribués sur l'ensemble des sites PSA depuis la plateforme logistique de Vesoul.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
psa mulhouse économie entreprises psa coronavirus/covid-19 santé société