Mulhouse : l'agresseur de deux femmes pour un short jugé "trop court" condamné à de la prison avec sursis

Un Mulhousien de 18 ans a été interpellé mercredi 23 septembre après avoir agressé deux jeunes femmes à hauteur du centre commercial Porte Jeune, en plein centre-ville. Il reprochait à l'une d'entre elles de s'habiller "trop court". L'homme a été condamné à deux mois de prison avec sursis.

L'agression a eu lieu devant le centre commercial Porte Jeune, à Mulhouse, en plein centre-ville.
L'agression a eu lieu devant le centre commercial Porte Jeune, à Mulhouse, en plein centre-ville. © MaxPPP/Vincent Voegtlin
Deux jeunes femmes de 18 et 20 ans ont été violentées par un Mulhousien de 18 ans, mercredi 23 septembre 2020, dans le centre-ville de Mulhouse à l'entrée du centre commercial Porte Jeune. L'agression s'est déroulée aux alentours de 16h45. Le jeune homme a été interpellé le même jour sur place par une patrouille.

Après sa garde à vue, il a été déféré ce jeudi 24 septembre au parquet de Mulhouse. A l'issue d'une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), il a été condamné à une peine de deux mois de prison avec sursis, 75 heures de travail d'intérêt général et à l'obligation d'effectuer un stage de citoyenneté.

Le jeune homme reprochait à l'une des deux amies de porter un short "trop court" : il lui aurait lancé "tu veux pas t'habiller plus court ?". Le ton est alors monté, la jeune femme a répliqué "qu'est-ce que ça peut te foutre ?". "Il s'est retourné, nous a suivies jusqu'à l'arrêt de tram où on attendait et s'est mis à nous insulter", indique Coline, l'une des deux victimes. L'agresseur a giflé, puis poussé la jeune fille vêtue d'un short au point de la faire tomber au sol. Il a ensuite saisi par le cou son amie qui avait cherché à s'interposer.

Inconnu des services de police, il a indiqué avoir fait une remarque à la jeune femme, selon lui une "connaissance", et cette dernière l'aurait alors insulté et giflé. La jeune fille, transportée à l'hôpital pour une douleur au genou et qui s'est vu prescrire trois jours d'ITT, soutient au contraire ne pas connaître son agresseur et a déposé plainte.
 Les deux amies, domiciliées dans les environs de Mulhouse, se disent choquées : "Pour moi, les femmes s'habillent comme elles veulent, ça ne regarde personne. Ma copine portait des collants, des bottes et un short, je ne vois pas en quoi c'est un problème", témoigne Coline. Son père, en colère, dit vouloir médiatiser l'agression "car il faut maintenant que ça cesse". 

Cette affaire intervient moins d'une semaine seulement après l'agression dont a été victime une étudiante strasbourgeoise de 22 ans, vendredi 18 septembre, près du canal de la presqu'île André Malraux à Strasbourg. Elle avait été insultée et frappée par trois jeunes hommes pour le seul motif de porter une jupe.

Une manifestation, "Promenons-nous en jupe", est prévue pour "soutenir toutes celles qui se font harceler et maltraiter parce qu'elles portent tout simplement une jupe ou une tenue qui ne conviennent pas à certains esprits tordus". Elle aura lieu mercredi 7 octobre à 16h30, place Kléber à Strasbourg. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers violence