Haute-Marne : pourquoi un projet d’éoliennes en bois et métal divise

Voici un exemple de mât en bois d'éolienne créé par Innovent auquel s'ajoutera un poteau en métal. / © Innovent
Voici un exemple de mât en bois d'éolienne créé par Innovent auquel s'ajoutera un poteau en métal. / © Innovent

Les précédentes préfectures auraient donné leur accord d’après les constructeurs basés dans le nord de la France, mais actuellement les autorités administratives s’opposeraient à la construction d’éoliennes en bois et métal, en Haute-Marne. 

 

Par AT

Tout a commencé en 2004 quand la société InnoVent, entreprise de développement éolien et solaire créée et implantée à Villeneuve d’Ascq dans le nord de la France a souhaité développer un parc éolien en Haute-Marne, mais un parc un peu particulier.

"Notre directeur de l’époque avait été à la rencontre de Jean-Paul Celet, préfet de l’époque pour discuter avec lui d’un projet d’éolienne en bois, explique Camille Verhaeghe, chargée de communication pour la société InnoVent. Nous en étions aux balbutiements du Parc National de Forêts mais ce projet tenait particulièrement à coeur au préfet et nous avions donc imaginé une sorte de projet commun, qui permettrait d’utiliser le bois français et plus précièsement haut-marnais pour fabriquer des éoliennes écoresponsables. Nous avons longtemps travaillé sur les permis à déposer, et les prototypes, avant de nous rendre compte qu’un mât d’éolienne tout en bois n’était pas la solution."

 

Des mâts hybrides en bois et en acier

Le temps de ses recherches et de la construction de ses prototypes, les préfets en place ont changé, après Jean-Paul Celet, c’est Françoise Souliman qu’InnoVent a rencontré pour lui expliquer son projet et finalement proposer des éoliennes hybrides mêlant métal et bois, les prototypes en bois n’étant pas concluant. Un accord de principe lui aurait alors été donné, mais là encore la création d’un prototype et la vérification de son état de marche ont pris du temps à InnoVent. 
Voici une simulation d'Innovent du visuel des éoliennes hybrides marquées par les traits bleus, vues depuis l'A5 entre Orges et la Forgé. / © InnoVent
Voici une simulation d'Innovent du visuel des éoliennes hybrides marquées par les traits bleus, vues depuis l'A5 entre Orges et la Forgé. / © InnoVent

"Au départ, nous souhaitions créer un parc éolien de 7 éoliennes en bois. Quand nous avons compris que ce serait impossible, nous avons revu notre projet. Nous avons décidé de faire quatre éoliennes classiques en métal et trois éoliennes avec des mâts hybrides mêlant métal et bois. Nous avons pu installer nos autres éoliennes classiques, mais nous n’avons pas pu installer les éoliennes hybrides, car entre temps, la préfète avait de nouveau changé et la nouvelle actuellement en place est contre ce projet. Mais je ne comprends pas pourquoi il est plus écologique. 

Avec un mât hybride en bois et en métal, vous divisez par huit la quantité de béton à produire pour une éolienne, le transport serait aussi plus facile et réduit puisqu’il serait possible produire en Haute-Marne et on ferait vivre l’économie locale. 
Camille Verhaeghe, société Innovent

 

Le dialogue est totalement rompu avec la préfecture qui dans un mail nous a dit que nous pouvions présenter un nouveau dossier de demande de permis, mais aussi que nous étions blacklistés pour n’importe quel projet éolien dans le département", déplore Camille Verhaeghe. 

Avant d’ajouter : "Ce que nous voulons, c’est renouer le dialogue avec la DREAL et la préfecture de Haute-Marne pour pouvoir mettre en place ce projet plus écoresponsable et produit 100 % en France, et que notre travail sur plus de dix ans et nos gros investissements financiers ne soient pas balayés d’un revers de main !" 

La préfecture que nous avons contactée nous a renvoyé vers la DREAL (direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement) qui n’a pour le moment pas donné suite à nos sollicitations. 

Sur le même sujet

Les + Lus