Colère des agriculteurs : le conseil départemental de la Haute-Marne renverse son logo en guise de soutien

Alors que des opérations de blocage des routes ont lieu un peu partout dans l'Hexagone, le département de la Haute-Marne, affiche sa solidarité vis-à-vis des agriculteurs sur les réseaux sociaux.

Un logo renversé, pour une action de solidarité. A l'heure où la mobilisation des agriculteurs s'enracine et s'étend en Champagne-Ardenne et dans toute la France, certaines collectivités rurales montent au créneau. 

C'est le cas du conseil départemental de la Haute-Marne, qui depuis mardi 23 janvier affiche un logo renversé sur son compte Facebook. 

Action symbolique 

"C'est une opération symbolique, en référence à une autre opération des syndicats agricoles qui retournent les panneaux de certaines villes depuis des mois" explique Pierre Schaegis, directeur de cabinet au conseil départemental de la Haute-Marne. Un geste à l'initiative de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs, au mois de novembre 2023.  "C'est une réalité, mais dans le monde agricole, on marche sur la tête" blame-t-il. 

Un soutien loin d'être anecdotique, quand on sait que depuis le 1er janvier 2016 et la loi portant sur la nouvelle organisation territoriale de la République (loi NOTRe), les départements ne peuvent plus apporter leur soutien financier aux organismes agricoles. "Dans le même temps, les objectifs à l'échelle nationale et européenne sont de plus en plus ambitieux" poursuit Pierre Schaegis, regrettant ainsi "les injonctions contraires" imposées par les pouvoirs publics, et qui "privent les acteurs locaux d'agir." Exception faite en Haute-Marne, où une convention a été passée avec la région Grand Est, et qui permet au département d'investir financièrement dans le domaine agricole. 

174 hectares par exploitation en moyenne

Une telle convention existe car le territoire est majoritairement agricole. L'activité occupe 51% des 625 032 hectares qui font le département. Si l'on s'en tient à cette donnée géographique, la Haute-Marne est le département où l'agriculture est la plus présente, avec une moyenne de 174 hectares par exploitation.  

"C'est un département qui se mobilise fortement sur le milieu agricole" souligne le directeur de cabinet de Nicolas Lacroix, le président du conseil départemental. "On va par exemple inaugurer un abattoir cette année, financé à 90% par le conseil" détaille Pierre Schaegis. "On a aussi entamé [depuis le mois de septembre 2023, ndlr] une nouvelle action au sein des cuisines des collèges, avec l'arrivée du 100% local". 

C'est une réalité, mais dans le monde agricole, on marche sur la tête

Pierre Schaegis, directeur de cabinet au conseil départemental de la Haute-Marne

Sur la présence du loup dans le département, là aussi, Pierre Schaegis réaffirme l'aide apportée aux agriculteurs. "On a créé un dispositif d'aides pour indemniser les ravages causés par les bêtes" sur les exploitations agricoles. "Là aussi, il y a une injonction contraire : on veut soutenir les agriculteurs, mais on réintroduit le loup ? Ca n'a pas de sens.

Les réponses au problème des agriculteurs, comme la faible rémunération ou la complexité des normes environnementales, sont attendues d'ici le salon de l'agriculture (24 février - 3 mars à Paris), date jusqu'à laquelle le logo du conseil départemental de la Haute-Marne restera renversé. 

"Les agriculteurs attendent surtout de la reconnaissance, et de la reconnaissance dans le prix juste" conclut Pierre Schaegis. 

Les agriculteurs haut-marnais vont d'ailleurs lancer leur campagne de mobilisation, avec des opérations escargot et des blocages de routes. A partir du jeudi 25 janvier, ils ont notamment appelé à bloquer pendant 24H l'Y autoroutier de Beauchemin, l'échangeur entre l'A31 et l'A5. Un blocage qui s’inscrit dans un cadre national à l’appel de la FNSEA et des JA.

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité