Plus de 500 enfants âgés entre 9 et 11 ans pour le plus gros événement lié au Jeux olympiques en Haute-Marne. Le district de football a organisé, ce samedi 20 avril, les "Jeux du Foot". Cet événement d'ampleur concrétise le dynamisme de l'association qui a franchi cette saison la barre des 8 000 licencié(e)s.

Cinq anneaux imbriqués vu du ciel. Sur la terre ferme, 500 enfants, main dans la main, forment le sigle multicolore des Jeux olympiques. Ils s’apprêtent à participer aux "Jeux du Foot", ce samedi 20 avril. Organisé par le district Haute-Marne de football, l’événement a eu lieu au complexe des Lavières, à Brottes, auquel ont pris part 48 équipes d'U-11 de tout le département, et quelques équipes d'U-13 féminines.


"Cette journée s’axe sur trois aspects : les valeurs sportives, festives, et surtout éducatives. C’est vraiment cette dernière notion que nous voulions mettre en avant au regard de l’ampleur de l’événement", souligne Jordan Simon, directeur du district. "L’objectif est de toucher un maximum d’enfants sur cette question, toucher toute une génération. La catégorie U-11 est l’âge le plus adéquat quand on parle d’apprentissage."


Sur l’ensemble des terrains, de multiples ateliers sont mis en place. Les footballeurs en herbe ont tapé dans le ballon à huit contre huit et à cinq contre cinq, ou encore s’essayer au footgolf et au cécifoot (adaptation du foot pour les non-voyants). Pas le temps de se reposer un instant, ils ont ensuite enchaîné les performances sur des ateliers plus techniques. Avant d’avaler les distances sur le lancer de javelot-vortex, les enfants ont chronométré leur vitesse de course sur un parcours d’obstacles, puis flashés par un radar à l’arrivée. 

"Pour nous, c’était évident d’organiser cet événement. Faire moins aurait été une déception. Nous sommes la première association olympique du département de la Haute-Marne."

Jordan Simon

Directeur du district Haute-Marne de football

Pas de quoi s’ennuyer lors de cette journée. Quand il s’agissait de récupérer, les petits sportifs ont été conviés à se rendre au village éducatif. Les activités sont plus sérieuses, mais tout aussi importantes. En effet, l’association mosellane d’action éducative et sociale en milieu ouvert a amené les licenciés haut-marnais à réfléchir sur la question du harcèlement et du cyberharcèlement ; deux faits qui deviennent - là encore - de plus en plus prégnants dans le monde du football et du sport. D’autres sujets ont été abordés par le biais du programme éducatif fédéral (PEF) : la santé, l’environnement, la culture football, l’engagement citoyen, le racisme, et le fair-play.

Les "Jeux du Foot" s’inscrivent dans le cadre des actions menées par la Ligue de Football Grand Est dont son dispositif "Le Foot entre en Jeu" ; une plateforme où il est proposé aux clubs de sensibiliser leurs licencié(e)s aux Jeux olympiques et paralympiques. Les neuf districts de la région organisent ce type de journées exceptionnelles, mais seuls les districts de la Moselle et de la Haute-Marne ont fait le choix d’un événement de cette ampleur.

"Pour nous, c’était évident d’organiser cet événement. Faire moins aurait été une déception", précise Jordan Simon. "Nous sommes la première association olympique du département de la Haute-Marne et depuis quelques années, nous bénéficions d’un nouveau souffle, un nouvel élan qui se caractérise aujourd’hui par d'excellents chiffres au sein de notre structure". Ces Jeux du Foot concrétisent cette évolution positive.


Car les districts de football font partie des premières associations à avoir été créées. Elles souffrent bien souvent de cette image poussiéreuse. Le district de Haute-Marne ne déroge pas à cette règle, lui qui a fêté ses 101 ans. Mais depuis huit ans, l’équipe autour du président Patrick Leiritz s’est profondément rajeunie, apportant un peu plus de modernisme au sein même de la structure. "En seulement quatre ans, le budget de l’association est passé de 230 000 euros à 350 000 euros, tout en augmentant notre masse salariale. Aujourd’hui, nous avons les moyens financiers et humains pour mener à bien nos projets, et les rendre plus réguliers", explique le directeur. 

La barre symbolique des 8 000 licencié(e)s franchie

Il y a des chiffres qui ne trompent pas. Cette saison, le district passe la barre des 8 000 licencié(e)s pour la deuxième fois de son histoire. La première fois était en 2014. Pourtant, le nombre de clubs haut-marnais a drastiquement diminué en l’espace de 30 ans, passant de 118 à seulement 75. Ils ont fusionné pour mieux se structurer. Autre chiffre significatif : le district a enregistré l’adhésion de 680 licenciés depuis le 4 avril 2023. Jordan Simon se félicite : "Nous estimons aujourd’hui que 10 % de la population haut-marnaise est impactée par le football. Et surtout, le taux d’engagement au sein de notre structure est le plus élevé des districts de la ligue Grand Est".


Les femmes aussi montent en puissance dans le football haut-marnais. Elles représentent 1000 licenciées sur l’ensemble des effectifs. Cette hausse est significative depuis 2010, grâce à la médiatisation du football féminin avec l’Équipe de France en fer de lance, et le développement progressif des écoles de foot féminin.


Pour autant, le district assume le fait que des choses sont encore à améliorer sur ce point. Un objectif est prioritaire : que de plus en plus de femmes prennent des places à responsabilité au sein de l’association de football. Des actions en ce sens ont déjà été mises en place comme le "Club des 52 femmes", où des licenciées, des éducatrices, et des arbitres femmes se rencontrent et débattent des enjeux footballistiques de demain. 

De nouvelles priorités déjà déterminées


Autre axe d’amélioration : la violence sur les terrains. "Il y en a toujours eu", constate Jordan Simon. "Le nombre d’incidents n’a pas augmenté. Cela représente environ 3 % des matches. En revanche, ce qui est réellement nouveau, c’est la gravité des incidents et surtout des faits qui gagnent de plus en plus les catégories jeunes. Encore une fois, tout est une question d’éducation. Et c’est toujours 3 % de trop."

Une convention a été signée, en 2023 avec le parquet et la Préfecture de Haute-Marne. Le but est de traiter plus efficacement et plus rapidement les plaintes liées à des comportements violents. Apporter une réponse aux victimes tout en dissuadant les éléments déclencheurs.

"Nous avons bien conscience que nous sommes dans un virage important, plusieurs petites vagues sur lesquelles nous surfons. Nous avons cette volonté d’être précurseur dans les enjeux de responsabilité sociétale et d’éducation." Fort du soutien de nombreux partenaires, le football haut-marnais ne s’est jamais aussi bien porté.

Les travaux amorcés il y a plusieurs années se concrétisent aujourd’hui. Alors qu’un nouveau mandat du Conseil administration commencera d’ici quelques mois, cinq piliers prioritaires ont été retenus : l’inclusion, la santé et le bien-être, l’éducation et la formation, l’efficacité énergétique, la consommation et la production durable. De nouveaux objectifs inscrits dans l’unique but d’être précurseur du football de demain, et de faire de la Haute-Marne, une terre de football.