Laboratoire Cigéo de Bure : la requête déposée par les opposants rejetée par le Conseil d'État

© Jean-Christophe Verhaegen / AFP
© Jean-Christophe Verhaegen / AFP

Ce mercredi 11 avril 2018, le Conseil d'État a rejeté la requête déposée par des associations d'opposants au laboratoire Cigéo de Bure, concernant le coût du projet d'enfouissement de déchets radioactifs. Décryptage.

Par S.G. et Eric Molodtzoff

C'est une requête qui avait été déposé le 3 Mars 2016 par plusieurs associations d'opposants au laboratoire Cigéo de Bure:Ces quatre associations ont saisi le Conseil d'État et réclamé l'annulation de l'arrêté du 15 Janvier 2016 de Ségolène Royal, alors ministre de l'Environnement. 
Cet arrêté établissait le "coût objectif" du projet Cigéo à 25 milliards d'euros. 

Les associations ont estimé que ce montant était sous-évalué, de manière à être"complaisant(...) envers les producteurs de déchets radioactifs".

Depuis le coût a été réévalué d'abord dans un rapport de la cour des comptes puis par un cabinet d'audit, le cabinet PwC  dans une fourchette comprise entre 39,1 et 43,6 milliards d'euros. 

Le conseil d'État , par la voix de sa rapporteuse, Madame Mireille Le Corre n'a pas jugé que Ségolène Royal avait commis une erreur manifeste d'appréciation en fixant le montant minimum de 25 milliards d'euros. Selon elle, il s'agit d'"une évaluation inférieure qui reste dans la fourchette de l'Andra".

D'ailleurs une nouvelle réévaluation des coût est prévue pour 2019. 

Les associations d'opposants dénoncent à la fois un "compromis qui n'a pas lieu d'être (...)et qui aggrave le fardeau pour les générations futures" et "des incertitudes (qui) laissent présager une hausse des coûts plutôt qu'une optimisation". 


Elles appellent à une réactualisation d'urgence de l'évaluation des coûts de Cigéo. 

Elles envisagent de saisir la Commission Européenne pour dénoncer une aide déguisée à EDF.


Sur le même sujet

Philippe Martinez à Baccarat

Près de chez vous

Les + Lus