Marne : dans le Parc naturel de la Montagne de Reims, un projet vinicole inquiète et scandalise

" C'est scandaleux ! " s'indigne Stéphane Lang. L'adjoint au maire de Reims et conseiller départemental (LR) de la Marne a mis en ligne une pétition  afin d'alerter sur un projet concernant le domaine de Commétreuil. Son titre : " Stop au projet d'industrialisation de domaine de Commétreuil ".

 

Le château de Commétreuil dans la Marne
Le château de Commétreuil dans la Marne © FTV
A Bouilly, dans la Marne, le domaine de Commétreuil est depuis une trentaine d'années, la propriété du Parc naturel régional de la Montagne de Reims." En 2013, à la demande du Conseil Général de la Marne et de la Région Champagne-Ardenne, il a été fermé, à cause de son déficit chronique ", indique Dominique Lévêque, Président du Parc naturel régional de la Montagne de Reims, par ailleurs maire (PS) d'Aÿ-Champagne et conseiller départemental. " Il faut bien sûr continuer à l'entretenir, mais depuis cette date, le Parc coûte au département de la Marne et à la région Grand-Est, 100.000 euros par an. Cela ne peut pas durer. On cherche à le vendre. "
  

Un projet ralenti par la Covid 19

" En décembre 2019, le comité syndical du Parc, a signé un accord d'exclusivité de six mois, avec la société ARTESTATE, installée à Bréviandes, dans l'Aube, afin qu'elle procède à des études pour l'installation d'une structure oenotouristique sur le site. A l'époque, le conseil syndical du Parc avait voté largement en faveur de cet accord (un contre et deux abstentions) ". Seulement, la Covid 19 a entravé le bon déroulement des opérations. Résultat, ARTESTATE a demandé le prolongement de ce délai. " Seize membres du conseil syndical ont voté pour. Un s'y est opposé, Stéphane Lang, à l'origine de la pétition ", regrette Dominique Lévêque. Il précise par ailleurs que le projet correspond à la charte du Parc.
Le domaine de Commétreuil vu du ciel.
Le domaine de Commétreuil vu du ciel. © FTV
L'intérieur du château.
L'intérieur du château. © FTV
La vaste salle du hall de Commétreuil.
La vaste salle du hall de Commétreuil. © FTV



Une exploitation vinicole et un hôtel

Simon Bliard est le directeur technique et commercial d'ARTESTATE, qui doit mener les études. " C'est un projet global, à la taille familiale d'une maison de champagne", indique-t-il. " On veut mettre en valeur un domaine, le développer pour un client que l'on protège. Il s'agira d'une exploitation vinicole de la réception des moûts, à la vinification, à la mise en bouteilles et à l'expédition.  Ce n'est pas industriel. Il ne s'agit pas de produire deux-cent mille bouteilles comme certains le craignent". Un hôtel de vingt-cinq à trente chambres est également prévu. " Artestate entend ne pas dénaturer le site, on prévoit de reconstruire sur l'implantation existante avec un travail sur archives. Une marque va s'implanter sur la gamme haute, le but étant de mettre en avant le côté premium", poursuit-il.


Un magnifique domaine

Stéphane Lang, à l'origine de la pétition, est consterné. " C'est un patrimoine historique. Je souhaiterais stopper ce projet. Il va falloir modifier le P.L.U. ( Plan Local d'Urbanisme ), et le passage des camions abîmera les routes. On va défigurer, privatiser ce lieu pour un projet élitiste. C'est scandaleux".
Le maire de Bouilly, récemment élu, Claude Mauprivez, doit très prochainement évoquer ce projet avec son conseil municipal. Ensemble, ils doivent décider si l'opération est compatible avec le Plan Local d'Urbanisme. S'ils n'y sont pas favorables, c'est la fin de cette ambition.

A la fin de la semaine prochaine, on saura donc, sans doute, si une marque de champagne bio peut poursuivre son projet d'implantation sur le domaine de Commétreuil. En quelques heures, la publication de Stéphane Lang a été " appréciée " par plus de cent-soixante personnes.




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie tourisme patrimoine champagne culture gastronomie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter