Tout ce qu'il faut savoir sur les élections législatives 2022 avant le vote de ce dimanche 12 juin

Plus sur le thème :

Le premier tour des élections législatives de 2022 a lieu le dimanche 12 juin. Elles vont permettre de départager les candidates et candidats voulant siéger à l'Assemblée nationale, où sont votées les lois.

Le dimanche 12 juin 2022, la population française va voter à l'occasion du premier tour des élections législatives. Les bureaux de vote en Champagne-Ardenne ouvrent en général de 08h00 à 18h00, y compris à Reims (Marne). Ces élections visent à garnir les 577 sièges (pour autant de circonscriptions électorales) de l'Assemblée nationale, un mois après l'élection présidentielle.

En 2017, le taux national d'abstention a atteint les 51,3 % pour le premier tour. Pour accéder au second tour, il faut remporter au moins 12,5 % des suffrages des électeurs inscrits, donnant lieu à des duels, triangulaires, ou quadrangulaires. Selon la circonscription où vivent celles et ceux qui votent, il est possible de découvrir, pour les candidates et candidats :

Le "deuxième pouvoir"

L'Assemblée nationale est une institution politique détenant une partie du pouvoir législatif (on parle du deuxième pouvoir, en opposition au pouvoir exécutif). Il s'agit de la chambre basse du Parlement, lequel est chargé de voter la législation proposée par le gouvernement (on parle de projets de lois), selon un processus très codifié.

Mais l'Assemblée nationale (qui siège au palais Bourbon, situé sur la carte ci-dessous) a aussi le pouvoir de créer la législation (ce sont les propositions de lois). Ainsi que de contrôler l'action des ministres (via les questions au gouvernement ou les commissions d'enquêtes parlementaires).


Les différents départements sont divisés en circonscriptions : 13 sont champardennaises, dans lesquelles 118 candidates et candidats se présentent, parfois peu connu(e)s, dont la plus âgée de France. France 3 Champagne-Ardenne a organisé une série huit débats dans certaines d'entre elles :

Leur rôle

Les député(e)s ne siègent pas en permanence dans l'hémicycle. Leur présence peut être requise en commission permanente (l'une est dédiée aux Lois, une autre à la Défense... celle des Finances est traditionnellement présidée par l'opposition). Ou encore dans leur circonscription électorale, où la population peut se rendre dans leurs permanences pour exprimer leurs doléances. L'une de leurs prérogatives est aussi de visiter les prisons, ou encore d'exercer des voyages diplomatiques à l'étranger.

Le vote solennel des lois (une fois qu'elles sont complètes) réunit la plus grande partie de l'Assemblée nationale. Mais pour le vote de chacune de ses parties (on parle d'amendements), les député(e)s se réunissent au prorata de leur représentation, ce qui explique parfois que de nombreux sièges paraissent vides. 

Leur rémunération

Le mandat de député(e) donne droit à une indemnité personnelle de 5.300 euros nets. Mandat qui permet de prétendre à un remboursement de ses frais jusqu'à 5.800 euros (sur présentation de notes de frais, contrôlées de manière indépendante). Et de disposer d'une enveloppe pouvant aller jusqu'à 9.500 euros pour rémunérer des assistantes ou assistants parlementaires (il y a là aussi un contrôle pour empêcher des emplois dits "fictifs). 

Certaines retenues financières sont prévues en cas d'absentéisme trop poussé. Être député(e) ne donne pas droit à un logement de fonction, mais seulement à un bureau (qui peut être équipé d'une couchette).

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité