Des travailleurs de l'Esat en vendanges près de Sézanne

A Saudoy, dans le sud-ouest marnais, un vigneron fait appel à des travailleurs en situation de handicap pour cueillir son raisin. Une collaboration qui date de près de 30 ans.

© Sophie Dumay / France 3 Champagne-Ardenne
Ne leur dites pas qu'ils sont handicapés, ils veulent juste être considérés comme des travailleurs. A Saudoy, dans le sud-ouest de la Marne, une vingtaine de personnes de l'Esat (Etablissement et service d'aide par le travail) de Sézanne récoltent le raisin dans les vignes de Jean-Philippe Vignier.

Cette collaboration dure depuis près de 30 ans. C'est grâce au père du vigneron que l'histoire a commencé, sur une petite parcelle. Aujourd'hui, presque 5 hectares sont confiés à l'Esat de Sézanne. Et la famille Vignier ne le regrette pas. Le viticulteur vante "le calme et le professionnalisme" de ses vendangeurs. 
 

Diplômés d'Avize

La moitié d'entre eux a suivi un cursus diplômant au centre de formation professionnelle viticole d'Avize, près d'Epernay. "J'ai passé mon diplôme de taille, explique William. Apprendre la technique de la taille, le liage, le relevage jusqu'à la bouteille de champagne, c'est enrichissant."

Durant cette semaine, des travailleurs de l'Esat de Lille vont venir grossir pendant quelques jours les rangs des vendangeurs. Une expérience agréable selon Marie-Madeleine : "C'est bien les vendanges, on prend l'air".

Mais surtout, cela donne de nouvelles perspectives d'emploi à ces travailleurs plutôt motivés. "Je demande aux maisons de champagne qu'elles nous donnent du travail, réclame Bernard, travailleur de l'Esat. Si elles peuvent embaucher, ce serait bien, parce qu'il faut nous ouvrir la porte."
 

Voir notre reportage




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
champagne gastronomie sorties et loisirs agriculture économie viticulture vendanges