Metz : 1.500 personnes rassemblées contre les violences policières, le procureur de la République blessé par un pavé

Samedi 6 juin, pour protester contre les violences policières et le racisme, un rassemblement a été organisé place de la République à Metz. Après des violences en fin de journée, treize personnes ont été interpellées. A Nancy, 400 personnes se sont retrouvées pour manifester. 

Un "Rassemblement pour la justice et contre les violences policières", non autorisé pour des raisons sanitaires, a été organisé samedi 6 juin 2020 par le collectif Metz en lutte. Les 1.500 manifestants (selon la police, 800 selon les journalistes sur place) se sont réunis statiquement place de la République à 14h00 avant de défiler en direction de la préfecture.

Procureur blessé

Divers slogans sont lisibles sur des pancartes et entonnés par les manifestants, en majorité des jeunes : "Justice pour Adama", "Adama", "Blacks lives matter", "être noir ne devrait pas être une cause à défendre", "On est tous égaux".

Le cortège, qui a déambulé pacifiquement au départ, a été bloqué par les forces de l'ordre avant sa destination. Les manifestants, en nombre plus réduits se sont alors dirigés vers le palais de justice. C'est là qu'en fin de journée, le procureur de la République, Christian Mercuri, sorti de l'enceinte du tribunal, a été blessé au visage par le jet d'un pavé descellé. Quatre membres des forces de l'ordre ont également été blessés. Treize personnes ont été interpellées.

400 personnes à Nancy

300 à 400 personnes se sont également réunies à Nancy, Cours Léopold, avant d'avancer en direction de la Place Stanislas. Le groupe a été ensuite bloqué par les CRS. En tête de cortège, plusieurs jeunes se sont allongés sur le sol pour imiter le placage ventral, technique policière décriée par Amnesty International depuis 2011 et interdite dans certains pays du fait de sa dangerosité (risque de mort par asphyxie). 

"Pas de justice, pas de paix", "Justice pour Adama", "Police raciste, Etat complice"  ont résonné dans la capitale des ducs de Lorraine. Par ailleurs, aucun débordement n'est à déplorer. 

Depuis le meurtre de George Flyod à Minneapolis (Etats-Unis), des manifestations contre les violences policières et le racisme se déroulent dans de nombreux pays, dont la France. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire adama traoré faits divers police société sécurité