"Côtes à côtes" le tout nouveau slogan qui réunit les vins de Lorraine

Côtes de Toul, Côtes de Meuse et vins de Moselle se regroupent pour créer une nouvelle entité, "Vins de Lorraine". Pas une nouvelle appellation, mais bien une nouvelle identité pour partir à l'assaut d'autres marchés et faire du vignoble le plus septentrionale de France, un terroir viticole reconnu partout dans l'hexagone. Concrètement, il n'y aura pas de vin de Lorraine sur les tables, mais une campagne de communication pour installer l'identité du vignoble et donner envie de se commander un petit vin de Lorraine.

Certes, il faudra du temps pour identifier la Lorraine à la Bourgogne, la Champagne, l'Alsace ou encore le Bordelais en tant que vignoble d'envergure internationale. Mais l'ambition est là, poussée par la région Grand Est pour favoriser le développement de trois vignobles encore trop méconnus au-delà de ses propres frontières. C'était aussi la condition sine qua non au financement d'actions de communication par la collectivité régionale.

Pas une appellation, mais une marque 

Contrairement aux grandes appellations "vins de Bourgogne" ou "vins d'Alsace", "vins de Lorraine" ne sera pas une "sur-appellation" mais une marque chapeau pour partir à la conquête de nouveaux marchés : "on garde notre identité" prévient Norbert Molozay, le président du syndicat des viticulteurs de Moselle. Grâce à un pot commun, l'objectif est donc de se regrouper pour communiquer afin d'assoir une identité au niveau national et international : "je vais souvent faire des salons en Bretagne, à Lyon ou ailleurs. Les gens, quand ils voient "Côtes de Toul", ils me demandent tous où c'est !", explique Stéphane Vosgien, vigneron et président de l'appellation "Côtes de Toul".  "L'idée, c'est de dire qu'on est là, qu'on existe, qu'on fait des bons vins et des grands vins !" renchérit Norbert Molozay. 

À l'exemple du val de Loire où les appellations Reuilly, Quincy ou Menetou-Salon avaient du mal à exister seules, "Vins de Lorraine" devrait donc permettre de situer les appellations "Côtes de Meuse", "Côtes de Toul" et "Vins de Moselle" sur la carte de France. 

Un logo et une charte graphique

"Nous faisons tous des vins secs, légers et fruités, essentiellement en Pinot noir et en Auxerrois. C'est notre trame commune. Après, chacun a sa typicité" résume Stéphane Vosgien. Plus fort ensemble donc tout en préservant ses différences, d'où la punchline "côtes à côtes", un slogan commercial joliment trouvé pour la circonstance.  

Aujourd'hui, 80 % de la production est consommée en Lorraine, pour seulement 10 % au niveau national et 10 % qui partent à l'exportation. Les appellations lorraines se vendent bien avec des vins qui ont énormément progressé depuis un quart de siècle et qui se trouvent désormais en bonne place sur les cartes des restaurants et des cavistes lorrains. 

Un avenir en commun 

Mais pas question de s'endormir sur ses lauriers du côté des vignerons lorrains. Il reste encore un potentiel de développement important et de nouveaux territoires à conquérir.

Aujourd'hui, sur les 600 hectares d'appellation "Côtes de Toul", seulement 120 sont exploités. Surface identique pour l'appellation Moselle, mais avec juste 80 hectares en exploitation. "L'idée, c'est de ne pas rester dans notre coin, mais d'augmenter la surface du vignoble exploité et d'installer des jeunes" s'enthousiasme le représentant du Toulois. 

Au-delà de la campagne de communication, une autre réalisation concrète du groupement va voir prochainement le jour. Une Indication Géographique Protégée (IGP) "Vins de Lorraine" commune au trois terroirs pour commercialiser des vins mousseux de qualité produit sur le territoire.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité