Agriculture bio: suppression des aides au maintien, les producteurs du Grand Est manifestent à Nancy

© Anne-Laure Chery - France 3 Lorraine
© Anne-Laure Chery - France 3 Lorraine

Venus de tout le Grand Est, ils sont environ une centaine d'agriculteurs bio ce mercredi 8 novembre sur la place Charles III à Nancy. Ils protestent contre la suppression des aides au maintien.

Par Sophie Gueffier

"On ne peut pas vouloir changer le monde agricole sans mettre des fonds pour soutenir l'ensemble des projets conversion."

C'est avec ce mot d'ordre, que les producteurs, les consommateurs, les commerçants et artisans du Grand Est se mobilisent ce matin Place Charles III à Nancy. Une centaine d'entre eux, pour l'instant, sont sur place.

© Anne-Laure Chery - France 3 Lorraine
© Anne-Laure Chery - France 3 Lorraine


Le Ministre de l'agriculture a annoncé le désengagement de l'État de l'aide au maintien, qui est pourant le seul dispositif public qui soutient les agriculteurs biologiques. Charge désormais aux régions d'en assurer la relève dès le 1er janvier 2018.
Mais le Conseil Régional du Grand Est reste dans le flou, alors que Philippe Richert, lors de la foire agricole de Chalons-en-Champagne avait même confirmé que la région ne prendrait pas le relais. 

Des paysans bio en manque de reconnaissance

Les bienfaits rendus par l'agriculture biologique aux territoires ne sont pourtant plus à prouver: préservation de l'eau, régénération des terres agricoles, préservation de la santé, et créations d'emplois. Et les agriculteurs voient dans cette suppression de l'aide au maintien un manque de reconnaissance pour tous ces effets positifs. 

Pour des produits bio accessibles aux consommateurs et rémunérateurs pour les paysans 

© Anne-Laure Chery - France 3 Lorraine
© Anne-Laure Chery - France 3 Lorraine

Alors que les belges et les allemands soutiennent activement la filière bio, les producteurs du grand Est craignent que ce manque à gagner vienne plus encore les défavoriser en terme de concurrence régionale. 
Ils refusent que les prix soient répercutés sur le consommateur seul, car celui-ci bien que prêt à payer un surprix pour un produit vertueux et de qualité, ne doit pas assumer l'effort d'un mode de production plus respectueux de l'environnement. 


 

Sur le même sujet

Axe Saint-Dizier - Troyes : les riverains veulent détourner les camions en transit

Près de chez vous

Les + Lus