Comment Emile Coué peut nous aider à faire face : conseils d'un "couéiste" au temps du Coronavirus

Le pharmacien de Nancy, inventeur de l'autosuggestion il y a un siècle, a longtemps été dédaigné - en tous cas en France. Il est pourtant à l'origine de multiples courants de "psychologie positive" très en vogue actuellement. Le petit père Coué peut-il nous aider à traverser la crise du Covid-19 ?

Le célèbre Emile Coué, psychologue et pharmacien, de Nancy.
Le célèbre Emile Coué, psychologue et pharmacien, de Nancy. © France 3 Lorraine

La "méthode Coué" est passée dans le langage courant pour dauber un optimisme un peu forcé : par exemple le politicien qui ne cesse de voir "le bout du tunnel" pour en persuader ses électeurs, et peut-être aussi lui-même. L'espoir, à force de répéter le mot, d'entrevoir enfin la chose. Au mieux, on imagine Emile Coué comme le Monsieur Tournesol d'une psychologie surannée.
Château de Moulinsart ? Non, c'est la maison d'Emile Coué à Nancy
Château de Moulinsart ? Non, c'est la maison d'Emile Coué à Nancy © B. de Butler, France 3 Lorraine
Pourtant, la méthode Coué n'est pas une une science fossile. Dès les années 1920, Coué était une star aux Etats-Unis, eldorado de la "pensée positive". Il a inspiré, et inspire encore, une foultitude de pratiques comme la sophrologie ou la Programmation Neuro-Linguistique (PNL).

Luc Teyssier d'Orfeuil a publié plusieurs ouvrages sur le maître et s'inspire de ses méthodes d'autosuggestion pour coacher comédiens et cadres sup. Aujourd'hui confiné chez lui, comme tout le monde, ils nous livre quelques trucs du père Emile pour tenir le coup face aux mauvaises nouvelles, à l'enfermement et à la peur.

Les mots : comme on se parle

 « Tous les jours, à tous points de vue, je vais de mieux en mieux ». Luc se répète le mantra d'Emile Coué tous les matins sur son trampoline. On peut bien sûr en choisir un autre, genre "je sortirai de ce confinement plus fort(e) qu'hier" mais c'est la base de l'autosuggestion : se parler à soi-même de manière positive. On peut en faire un jeu, y compris à plusieurs, par exemple une ritournelle rituelle avec les enfants, sur un air de comptine.

Veiller aussi à "comme on se parle" entre nous, dans l'espace réduit du cluster familial. Valoriser l'autre, se renvoyer mutuellement une bonne image de soi. Partager le positif, au moins autant que ce qui ne va pas (et qu'il faut dire aussi).

La force des images

C'est l'autosuggestion visuelle : se projeter des images positives sur son écran intérieur. Imaginez par exemple l'endroit où, une fois libéré, vous aimeriez partir en vacances. N'oubliez pas que, au moins dans votre tête, vous êtes libres. Veillez à le rester, ne vous laissez pas enfermer par l'angoisse.

Vous êtes pris d'une quinte de toux ? au lieu d'imaginer le pire tout de suite, visualisez le petit bonhomme qui nettoie l'intérieur de vos poumons. Bien entendu, si les symptômes persistent, consultez ! Ce que veut dire le coach, c'est que l'autosuggestion marche dans les deux sens. Alors, tant qu'à se faire des films, il vaut mieux qu'ils soient positifs. 
Luc Teyssier d'Orfeuil, et le best-seller d'Emile Coué (Ed. Leduc)
Luc Teyssier d'Orfeuil, et le best-seller d'Emile Coué (Ed. Leduc) © Sarah Galvan
Même chose pour les vraies images. Lâchez un peu les chaînes tout-info, regardez un film comique. Luc Teyssier d'Orfeuil a retrouvé La 7è Compagnie, vous avez le droit de choisir autre chose mais c'est l'idée. Les milliers de petites vidéos (plus ou moins) drôles qui s'échangent sur les réseaux ont le même rôle. Les "apéro-Skype" avec famille et copains aussi. Il cite également cette "EHPAD-TV" qui a permis aux anciens et à leurs familles de se retrouver par l'image.

Le corps a ses raisons

Emile Coué l'avait pressenti, les neurosciences l'ont confirmé : l'exercice physique n'est pas seulement bon pour le corps, mais aussi pour le mental, notamment via la production d'endorphines. D'où la nécessité de bouger, sortir faire son jogging  (  en   respectant   ses   distances  )  ou faire de l'exercice à la maison.

Une page entière du bouquin d'Emile Coué est dédiée à la manière de manger. On cuisine, on mange et on boit beaucoup à la maison en ce moment, gare aux excès ! Manger lentement, mâcher longuement pour savourer ce qu'on a préparé (forcément bon), on se rassasie d'autant mieux avec des quantités moindres.

L'autosuggestion par le corps c'est aussi ne pas se "laisser aller". S'habiller, prendre soin de soi, sourire, ne pas se voûter sous le poids de la misère du monde. Rire aussi !

Luc Teyssier d'Orfeuil est très clair : la méthode Coué ne vous protègera pas contre la maladie. Elle ne vous guérira pas d'un deuil. Tout au plus peut-elle aider à surmonter ces épreuves. Elle vise juste à lutter contre la déprime et l'angoisse.

Il ne s'agit pas non plus de se mettre la tête dans le sable en disant "tout va bien". Il faut s'informer, conserver son esprit critique, mais savoir positiver pour être plus fort.
 
Pour aller plus loin
Le site de Luc Teyssier d'Orfeuil dédié à la méthode Coué
L'association "Sur les pas de Coué" vulgarise à la fois la théorie et la mémoire d'Emile Coué à Nancy où il a exercé de 1910 jusqu'à sa mort. Elle fleurit chaque année le buste d'Emile Coué dans le parc Sainte-Marie (actuellement fermé pour cause d'épidémie !)
Le wiki de Coué, pour la biographie du pharmacien (1857-1926).
Livres
La maîtrise de soi par l'autosuggestion conscienteLE livre d'Emile Coué a été réédité sans cesse, et dans toutes les langues, depuis 1923. Cette édition est enrichie d'un cahier pratique par Luc Teyssier d'Orfeuil.
Du même auteur, Ma Bible de la méthode Coué, une sorte de "Méthode Coué pour les Nuls".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société coronavirus : conseils pratiques