Les Emaux de Longwy lancent un appel aux jeunes designers pour revisiter leur mythique vase boule

Pour fêter les 90 ans de la boule Art déco, la Manufacture des Emaux de Longwy propose aux jeunes créateurs de moins de 30 ans de réinterpréter sa pièce maîtresse. Le lauréat, choisi par un jury de personnalités du monde du design et de l’art, verra se création éditée en série limitée.

Carte blanche aux jeunes créateurs pour redessiner la boule Art déco.
Carte blanche aux jeunes créateurs pour redessiner la boule Art déco. © Emaux de Longwy

La toute première boule Art déco des Emaux de Longwy a été créée par Maurice-Paul Chevallier. Avec son décor de jungle luxuriante, elle a reçu la médaille d’or de l'Exposition Internationale de 1931. Depuis, le fameux vase sphérique de la manufacture lorraine a été décoré par de nombreux artistes prestigieux. Des célèbres oiseaux du peintre George Braque aux yeux très actuels de la créatrice de bijoux brodés Céleste Mogador, en passant par les motifs rouge primitifs du duo de designers Elisabeth Garouste et Mattia Bonetti.

 

Le premier vase boule en 1931.
Le premier vase boule en 1931. © Emaux de Longwy

 

Moins de 30 ans

Du 15 mars aux 15 mai 2021, les jeunes designers ou artistes de moins de 30 ans, y compris encore étudiants, peuvent soumettre leur projet. Trois gagnants se verront offrir une immersion de plusieurs jours au sein des ateliers. Le premier prix sera édité en série limitée et sa nouvelle forme intégrera le catalogue de la Manufacture.

"Dans une période où beaucoup d'événements sont annulés, on voulait aussi apporter la contribution de la Manufacture au soutien des jeunes créateurs... L'idée est de créer une histoire avec eux. On leur dit peut-être que vous ne nous connaissez pas, on vous lance un défi. Même ceux qui ne gagnent pas reviendront peut-être nous voir dans cinq ou dix ans pour des collaborations", explique, le directeur Martin Pietri.

Forme libre

Il faut penser le dessin comme un vitrail ou une BD de Tintin

Martin Pietri, directeur de la Manufacture des Emaux de Longwy

Seule règle, il faut que cela soit une pièce en biscuit de faïence et qui puisse supporter les contraintes d’une décoration en émail cloisonné. "Il faut penser le dessin à la manière d'un tatouage, d'un vitrail ou d'une BD de Tintin pour avoir un trait qui définisse le motif et qu'il puisse être rempli avec des couleurs", explique Martin Pietri. La forme boule peut donc être dynamitée. Elle restera de toute façon dans les collections de la Manufacture.

 

A Longwy, on fabrique des émaux cloisonnés depuis 1798.
A Longwy, on fabrique des émaux cloisonnés depuis 1798. © Emaux de Longwy

 

Jury prestigieux

Le jury est présidé par la célèbre designeuse et architecte d’intérieur India Mahdavi, qui rénove des hôtels de luxe dans le monde entier et a collaboré avec de nombreuses grandes marques, de Dior aux Emaux de Longwy.

 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par India Mahdavi (@indiamahdavi)

 

A ses côtés, la chroniqueuse design de l’émission Télématin sur France 2, Sylvie Adigard, la rédactrice en chef du magazine déco AD ou le directeur du Mobilier national.

L'artiste peintre Françoise Pétrovitch ne s'est pas fixé de critères de jugement, à part la surprise. "Quand on est créateur, on ne sait jamais ce qui va fonctionner sur l'objet que l'on est en train de créer avant qu'il soit terminé. L'intérêt de ce concours est de bâtir un pont entre le côté traditionnel de la Manufacture et la jeune création. Cela va peut-être permettre à des jeunes de s'intéresser à son histoire."

Le jury se réunit le 4 juin 2021. L'oeuvre du (ou de la) vainqueur sera présentée au public en janvier 2022.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine culture design artisanat économie art