Les rafles de Nancy expliquées aux jeunes

Les Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation et l’Amicale Mauthausen organisent rue Raugraff mercredi 2 mars 2016 un parcours mémoriel des rafles de la Gestapo des 2 et 5 mars 1943 à Nancy.

Chaque année, l’association Les Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation et l’Amicale Mauthausen organisent, en partenariat avec la Ville de Nancy, un parcours mémoriel des rafles de la Gestapo des 2 et 5 mars 1943 à Nancy.

Un dépôt de gerbes et un moment de recueillement ont eu lieu 12, rue Raugraff, ce mercredi 2 mars à 11h, en présence des élus locaux et des autorités civiles et militaires.


Des collégiens, lycéens et étudiants de Nancy et du Grand Nancy ont été invités à suivre ce parcours de mémoire. L'objectif est double : rappeler le déroulement des événements historiques, mais aussi rendre hommage aux personnes raflées et à toutes les victimes du nazisme en général. Près de 400 jeunes et leurs accompagnateurs devraient y participer cette année. Ils étaient 350 en 2015.

Chaque année, l’association Les Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation et l’Amicale Mauthausen organisent, en partenariat avec la Ville de Nancy un parcours mémoriel des rafles de la Gestapo des 2 et 5 mars 1943 à Nancy. ©FTV Lorraine



Quelques repères historiques
Le 5 mars 1943 à Nancy, un important dispositif de bouclage du quartier de Saint-Sébastien a été mis en place dès l’aube et des perquisitions ont été réalisées pour interpeller des jeunes dans le créneau d’âge requis pour le Service du travail obligatoire.

Déjà le 2 mars, des arrestations sous forme de rafles de groupes de jeunes répondant aux mêmes critères, et qui avaient été invités à se présenter à la mairie de Nancy pour y suivre une sorte de conseil de révision bis, avaient eu lieu. Ils se trouvaient en attente dans des établissements de la place Stanislas où ils discutaient et buvaient un verre.

Au cours de ces deux journées d’opérations, environ 300 jeunes seront arrêtés. Les jeunes arrêtés le 2 mars sont enfermés à la prison Charles III et les jeunes arrêtés le 5 mars sont transférés à Ecrouves. Un grand nombre d'entre eux sera ensuite acheminé vers Compiègne pour être interné au camp de Royallieu : un centre de rassemblement des hommes appréhendés et en attente d’être déportés dans un camp de concentration nazi.

Les jeunes de Nancy partiront dans un convoi à destination de Mauthausen en Autriche.