Nancy : le "doggy bag" est désormais obligatoire dans les restaurants pour lutter contre le gaspillage alimentaire

Les restaurateurs ont désormais l'obligation de vous proposer un "doggy-bag" à la fin du repas depuis le jeudi 1er juillet. Peu répandue en France, cette mesure a pour objectif la lutte contre le gaspillage alimentaire.
A la fin du repas les restaurateurs ont désormais l'obligation de vous proposer un "doggy-bag". Ici les cuisines d'un restaurant à Nancy.
A la fin du repas les restaurateurs ont désormais l'obligation de vous proposer un "doggy-bag". Ici les cuisines d'un restaurant à Nancy. © Yves Quéméner, France télévisions

Au restaurant, les restes d'un bon cassoulet, la fin d'une bonne bouteille de rosé, un tiramisu à peine entamé que vous ne voulez pas jeter : la solution, le doggy- bag. Depuis le jeudi 1er juillet 2021, c'est une obligation. 

Bon ici, bon chez vous 

Arnaud Poirot est responsable du restaurant Le Bureau à Épinal (Vosges). Il nous explique : "On a mis en place ce système depuis cinq ans. On a des boites où des sachets que l’on remet au client en papier recyclé. Ça n'arrive pas très souvent car les clients mangent tout. Peut-être une fois par jour et c’est souvent pour des assiettes à partager".

Un doggy-bag est un mot anglais qui désigne l'emballage dans lequel le client d'un restaurant peut emporter les restes de son (bon) repas. Ainsi, depuis le jeudi 1er juillet 2021, la loi du 11 février 2016 votée en commission de l’Assemblée nationale, oblige désormais, tous les restaurateurs, à mettre, à la disposition des clients, des boîtes pour emporter leurs restes. 

Lutter contre le gaspillage alimentaire

Cette initiative a été inscrite dans la loi Agriculture et alimentation pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

L’objectif fixé en avril 2017 par le Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire est de diviser par deux le gaspillage alimentaire, d’ici à 2025.

 

Les établissements de restauration commerciale et les débits de boissons à consommer sur place mettent à la disposition de leurs clients qui en font la demande des contenants réutilisables ou recyclables permettant d'emporter les aliments ou boissons non consommés sur place, à l'exception de ceux mis à disposition sous forme d'offre à volonté.

Article L541-15-7, code de l'Environnement

Selon une étude de l'Ademe parue en 2016, la consommation finale, c'est-à-dire celle du consommateur, est responsable de 33% de la quantité de nourriture gaspillée. 
Les pertes de nourriture sont en effet cinq fois plus élevées en restauration commerciale qu’à domicile.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
alimentation société économie social