Forbach : faut-il raser les tours bleues ?

Publié le
Écrit par Benoît de Butler
Deux des tours "paraboliques" du quartier du Wiesberg
Deux des tours "paraboliques" du quartier du Wiesberg © B. de Butler, France 3 Lorraine

Elles sont presque l'emblème de Forbach. Les tours de l'architecte Emile Aillaud sont d'ailleurs labellisées "patrimoine du 20e siècle". Elles pourraient pourtant disparaître dans la vaste opération de rénovation urbaine prévue au Wiesberg.

Construit entre 1960 et 1973, le quartier du Wiesberg était à l'origine destiné à loger les mineurs et autres salariés des Charbonnages. Emile Aillaud s'était vu confier par les Houillères du Bassin de Lorraine (HBL) la réalisation de plus de 1200 logements. La cité compte 135 petits blocs de 4 étages, disposés en "rubans", et 15 tours de 10 étages. L'architecte y a aussi bâti une école et une église. Le tout sur trente hectares de terrain paysagé.

L'ensemble est reconnu pour sa qualité architecturale et, en 2013, s'est vu attribuer le label "Patrimoine du XXe siècle". Dans les années 60, le Wiesberg offrait aux nouveaux résidents l'accès au confort moderne.

Mais le quartier a connu le même destin que beaucoup de "grands ensembles" de cette époque. Ségrégation sociale, appauvrissement, dégradation progressive du bâti, développement de la délinquance... Aujourd'hui, même si la moitié des habitants sont enore des retraités de la mine (ou des ayant-droits), le Wiesberg a l'image d'un quartier "sensible" et fait fuir ceux qui en ont les moyens.

En 2014, il est inscrit au programme national pour la rénovation urbaine : l'Etat met sur la table 5 milliards pour les banlieues. Le maire de l'époque, le socialiste Laurent Kalinowski, envisage de "décloisonner le quartier" en ouvrant un axe tranversal vers le centre ville. Le projet prévoit la démolition de 170 logements - deux tours et quelques barres - et la réhabilitation de 515 autres. En juin 2020, l'Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU) acte le feu vert de l'Etat pour ce programme à 50 millions d'euros. 

Demain, on rase gratis

Mais le jeune maire élu quelques jours plus tard, Alexandre Cassaro (Les Républicains), souhaite aller beaucoup plus loin. Il est vrai qu'entre temps, Emmanuel Macron a doublé le budget national consacré à la rénovation urbaine. Il y a de l'argent pour les villes qui ont des projets. 

En septembre 2021, le maire déclare vouloir raser "toutes" les tours de la cité (quinze au total) qui concentrent selon lui mal-logement, trafics et incivilités. Annonce qui suscite un tollé, moins chez les amoureux du patrimoine que chez une partie des habitants du quartier. Pour eux, les tours bleues sont un peu l'âme du Wiesberg, et quelles que soient les difficultés du quotidien, ils sont attachés à leurs cages d'escalier. 

Beaucoup plaident pour une rénovation de l'existant, et un meilleur suivi de l'entretien des bâtiments au quotidien. Et bien sûr, pour le retour des services publics, de la police et... de l'emploi dans le quartier. Vaste programme, qui est d'ailleurs aussi celui de la mairie : un plan de rénovation urbaine ne se limite pas, et de loin, à des démolitions / reconstructions.

Venue au Wiesberg le 10 janvier pour "se faire sa propre idée", la ministre de la Ville Nadia Hai n'a pas eu le temps de rencontrer les habitants. Elle a trouvé le quartier "surprenant" mais ne s'est pas engagée outre mesure dans le débat sur les tours. Alexandre Cassaro, lui, a mis un peu d'eau dans son vin : il prévoit désormais d'en conserver trois, en guise de "témoignage" patrimonial. 

Le dernier mot reviendra au ministère de la Culture. Une étude y est en cours sur le patrimoine architectural du Wiesberg, et devrait aboutir au printemps à des préconisations sur ce qu'il convient de conserver. Il s'agit de concilier la valeur patrimoniale, l'intérêt des habitants,les contraintes des bailleurs sociaux... Tout cela ne fait que retarder encore le projet de rénovation, mais tous les acteurs sont d'accord pour dire qu'il ne faut pas "se louper" sur un chantier aussi lourd. 

Les choix définitifs, et l'enveloppe financière, seront donc arrêtés au mieux cet été. Les travaux pourraient enfin commencer en 2023. Un programme comme celui-ci s'étale en général sur une dizaine d'années. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.