Zoo d'Amnéville : le tribunal valide la prise de contrôle par le fonds Prudentia Capital

Le fonds Prudentia Capital a pris le contrôle du zoo d'Amnéville / © Catherine Reggianini, France 3 Lorraine
Le fonds Prudentia Capital a pris le contrôle du zoo d'Amnéville / © Catherine Reggianini, France 3 Lorraine

Le fonds Prudentia Capital va prendre le contrôle du zoo d'Amnéville. Le tribunal de Metz a validé la décision vendredi 3 janvier. Une prise de contrôle à hauteur de 10 millions d'euros avec effacement de la dette de 42 millions a été autorisée par le tribunal, selon un avocat proche du dossier. 
 

Par Yves Quemener

La décision de la chambre commerciale du tribunal de grande Instance de Metz a été rendue vendredi 3 janvier 2020.
Selon un avocat proche du dossier, le fonds Prudentia Capital pourra prendre le contrôle du parc zoologique mosellan. La dette du zoo a été effacée à hauteur de 42 millions d'euros.

Dans un communiqué, Roland Germain, Président de Prudentia Capital explique que "l’un des plus importants zoo français est sauvé, c’est une excellente nouvelle pour le rayonnement de toute une région. C’est un soulagement pour son personnel, dévoué au bien-être animal et à la protection des espèces, et dont les représentants élus ont approuvé ce projet de redéploiement". 

Le tribunal fait droit à la demande de modification du plan avec l'entrée de Prudentia dans le capital. La scop va être transformée en société commerciale. 

"Notre objectif est de positionner ce parc parmi les plus visités d’Europe en valorisant son rayonnement, sa réputation et sa fréquentation. Notre philosophie reste celle de ses fondateurs, la protection d’espèces magnifiques évoluant en totale harmonie dans un environnement préservé", dit
Dominik Zwerger, Directeur Général de Prudentia Capital.
 

"Ce partenariat va aider à améliorer la gestion du Parc par l’apport de compétences nouvelles, et permettra à l’équipe du zoo d’agir encore plus efficacement sur l’amélioration continue de la qualité de vie des animaux, sur la sensibilisation et l’éducation du public, et sur la conservation de la biodiversité", ajoute Michel Louis, fondateur du Parc Zoologique d’Amnéville.

L'avenir du zoo

" Je dirais continuité et progrès. On va faire une nouvelle filtration pour les bassins des otaries par exemple, un deuxième vivarium avec des espèces venimeuses", explique Michel Louis à l'issue de l'audience.
"Il y a un certain nombre de choses à améliorer. On a besoin de faire des investissements nouveaux.
L'entretien du parc à toujours été parfaitement suivi. Le nouvel actionnaire Prudentia compte sur moi pour la gestion et la communication du site. Il y a une confiance réciproque"
, confirme Michel Louis. 

Les juges devaient se prononcer sur la modification du plan d’apurement de la dette de l'établissement.
Deux options : soit le zoo d'Amnéville était placé en liquidation judiciaire, soit l'accord de reprise par un fonds d'investissement était validé.

L'ensemble des emplois était en jeu. Pour l'instant rien n'est confirmé à ce sujet.
L'établissement était plombé par une dette de 52 millions d'euros.
 

Selon les informations de France Bleu Lorraine Nord, 120 salariés ont saisi le conseil des prud’hommes de Metz.

Une enquête avait révélé des dysfonctionnements graves au Zoo d'Amnéville : suspicion de fichage des employés. Des animaux enterrés sur place. Le directeur Michel Louis décrit comme colérique. Des eaux d'évacuation qui auraient été déversées dans la forêt proche.

Sur le même sujet

Les + Lus