Fusillade de Villerupt : après l'arrestation de l'auteur présumé, le maire dénonce l'abandon du territoire par l'Etat

durée de la vidéo : 00h00mn24s
Le maire de Villerupt, Pierrick Spizak dénonce l'abandon de son territoire par l'Etat ©Yves Kreidl/ France3 Lorraine

Fusillade de Villerupt : l'homme interpellé tôt ce lundi 15 mai 2023 a déjà été condamné à de multiples reprises pour des faits de violence aggravées. Le maire et le président des commerçants exigent plus de moyens de police pour juguler l'insécurité sur fond de trafic de drogue.

Suite à l'interpellation lundi 15 mai 2023 de l'auteur de la fusillade sur fond de trafic de drogue à Villerupt ( Meurthe-et-Moselle ) samedi 13 mai, Stéphane Javet, Procureur de la République-adjoint apporte de nouvelles informations: "Je vous indique que l’auteur présumé de la fusillade de Villerupt a été interpellé sans incident tôt ce matin à 06H05 par les services de police. Il s’agit d’un homme âgé de 38 ans, né à Villerupt. Son casier judiciaire fait état de nombreuses condamnations pour des infractions de droit commun, de nature délictuelle (notamment des faits de vols aggravés et de violences volontaires aggravées). A ce titre il a connu plusieurs périodes d’incarcération." L'interpellation a eu lieu à proximité du domicile de ses deux frères.L'homme a été imédiatement placé en garde à vue du chef de tentatives de meurtres.

Le Maire Pierrick Spizak ( PC ) monte au créneau pour dénoncer l'abandon de son territoire par l'Etat. Selon l'édile, la situation concernant l'insécurité liée au trafic de drogue est connue depuis longtemps mais les effectifs de police ne sont pas à la hauteur pour protéger la population locale en plein développement du fait de sa proximité avec le Luxembourg.

Patrick Glaser, le président des commerçants villeruptiens ne dit pas autre chose. Son constat est identique. Il note que le trafic de drogue existe depuis longtemps dan le nord meurthe-et-mosellan. Seule différence, aujourd'hui, le trafic se fait en plein jour au vu et au su de tous : 

" les jeunes sont là en permanence. Ils attendent le consommateur et la sortie du bus des gens qui travaillent au Luxembourg. Il y en a qui vont au supermarché acheter douze œufs et trois tranches de jambon et puis vous en avez d'autres qui s'arrêtent là pour acheter de la drogue. Les tarifs sont même inscrits sur les murs: tant pour un gamme, tant pour 10 g ! "

Patrick Glaser est pessimiste face à cette situation délétère. Il craint qu'il ne soit pas possible de revenir en arrière : " c'est malheureux à dire ça va être compliqué, il faudrait vraiment que les forces de l'ordre mettrent plus de moyens pour arriver à reprendre la situation en main parce qu'on sent vraiment que maintenant il y a plus aucune gêne."

Faut-il des morts pour que le ministre de l’Intérieur décide de tenir les promesses ?

Martine Etienne, députée ( LFI ) de la 3e circonscription de Meurthe-et-Moselle rappelle dans un communiqué qu'elle avait déjà alerté en septembre 2022 le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin sur la situation d'insécurité qui règne dans le nord du département frontalier avec le Luxembourg. Elle demande la pérennisation des effectifs de police : " faut-il des morts pour que le ministre de l’Intérieur décide de tenir les promesses faites aux élus locaux lors de sa visite le 29 mars 2021 ? En effet, il avait promis le passage de 79 à 104 agents."

Selon les informations du Procureur François Capin-Dulhoste, 20 étuis de cartouches 9 milimètres ont été retrouvés ce qui laisse à penser que l'arme utilisée est un pistolet-mitrailleur, ce calibre est celui d'une arme de guerre.

L’état de santé de trois des victimes est en voie d’amélioration et stationnaire pour les deux autres.