• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Metz: elle crée des serviettes hygiéniques éco-responsables, tendances et réutilisables

Depuis deux ans, Marie-Sabine est devenue auto-entrepreneuse et propose des créations zéros-déchets et éco-responsables, comme ces serviettes hygiéniques réutilisables et tendances ! / © Pierre Thillot.France3Lorraine
Depuis deux ans, Marie-Sabine est devenue auto-entrepreneuse et propose des créations zéros-déchets et éco-responsables, comme ces serviettes hygiéniques réutilisables et tendances ! / © Pierre Thillot.France3Lorraine

Auto-entrepreneuse depuis deux ans à Metz, Marie-Sabine Stroh dirige la société Englishstyle. Fine couturière, elle propose des produits éco-responsables. Parmi ses créations à succès, les serviettes hygiéniques réutilisables qui rencontrent un succès grandissant.
 

Par Pierre Thillot

Ancienne infirmière, Marine-Sabine Stroh, 59 ans, s’est reconvertie dans la couture il y a deux ans, en tant qu’auto-entrepreneuse, en créant "Englishstyle". Autant dire que les aiguilles, elle connaît. Dans son appartement à Metz, toute la décoration est réalisée à la main et par elle. Dans une des chambres, sa trousse de couture, sa table à repasser et sa machine à coudre prennent la quasi-totalité de la pièce. "C’est un peu le bazar, mais c’est ici que je travaille", explique-t-elle un peu gênée. Un bazar plutôt joli.
Tous les jours, Marie-Sabine coud à un rythme effréné, dans son petit atelier. / © Pierre Thillot.France 3 Lorraine
Tous les jours, Marie-Sabine coud à un rythme effréné, dans son petit atelier. / © Pierre Thillot.France 3 Lorraine

Dans une des boîtes, on distingue du tissu avec des petits pingouins et des pandas. "Voilà les serviettes hygiéniques que tout le monde me commande". En effet, ce qui a fait connaître les créations de Marie-Sabine, ce sont des serviettes hygiéniques éco-responsables et réutilisables qu’elle crée depuis un an environ.
 

Eco responsable et économique

"Depuis petite je construis toute genre de chose. Puis, il y a quelques temps, j’ai commencé à faire des produits zéro-déchets. C’est une amie à moi qui m’a donné l’idée de faire des serviettes hygiéniques réutilisables. Au départ, je n’étais pas convaincue, puis je me suis laissée tenter" indique Marie-Sabine.

Si ses premières confections sont ratées, l’auto-entrepreneuse s’est perfectionnée avec le temps et ses serviettes sont devenues parfaites. Ce sont les femmes qui lui commandent, qui lui indiquent les changements à apporter.
Une fois toutes les couches cousues entre elles, Marie-Sabine appose sa marque "Englishstyle" / © Pierre Thillot.France 3 Lorraine
Une fois toutes les couches cousues entre elles, Marie-Sabine appose sa marque "Englishstyle" / © Pierre Thillot.France 3 Lorraine

En présentant des échantillons, elle explique le procédé qu’elle suit pour créer ses serviettes. "Au-dessus, vous avez du tissu en coton bio. Au milieu, vous avez ce que l’on appelle du Tencel. C’est un tissu créé avec de la pulpe d’eucalyptus (ce tissu est créé et pensé à travers des normes éco-responsables), il est garanti sans produit toxique, tout comme la dernière couche, qu’on appelle le PUL, qui permet une étanchéité de la serviette" précise la couturière messine.

Les seuls éléments qui ne sont pas éco-responsables et qui chagrinent la créatrice, ce sont les boutons pressions en plastique, qui permettent d’accrocher la serviette pour éviter qu’elle ne bouge durant les mouvements de celle qui la porte.

Il n’y a pas d’odeur, car ce sont des tissus qui respirent et qui retiennent les odeurs à l’intérieur
- Marie-Sabine Stroh, créatrice d'Englishstyle -

Mais alors, comment laver sa serviette hygiénique ? "C’est simple, il faut la mettre dans un bain froid et la nettoyer avec du liquide vaisselle. C’est une étape importante sinon le sang tâche et reste. Ensuite, vous la mettez dans le lave-linge, à 40°".

Les serviettes sont déclinées dans plusieurs tailles. Marie-Sabine créé également sur commande. Comparés au marché des serviettes hygiéniques réutilisables, ses prix sont très abordables : 8, 10, 11 ou 13€ en fonction des tailles. Au-delà de l’aspect financier, la créatrice assure que les serviettes ont une durée de vie de quatre à cinq ans. "Souvent, les femmes m’en prennent quatre ou cinq pour pouvoir les changer. Ce qui fait un total d’environ 50€" indique la créatrice. Les économies sont vite faites.
 

Adepte des magasins éphémères, Marie-Sabine Stroh a proposé ses produits lors de la période de Noël 2018 à Metz, dans l’un d’eux. "En deux mois, j’ai vendu entre 100 et 150 serviettes hygiéniques" s’exclame-t-elle. Il faut dire que son produit rencontre un succès fou.
 

Briser le tabou des règles

L’aspect réutilisable est très apprécié par les personnes qui viennent lui acheter les serviettes, mais le design a un effet encore plus fort auprès de la gent féminine. "J’ai beaucoup de jeunes femmes qui viennent acheter les serviettes pour offrir en cadeau. C’est la première fois que les femmes craquent sur des tissus, les serviettes hygiéniques dans le commerce sont majoritairement blanches" explique la créatrice.

La serviette hygiénique devient donc plus qu’une simple protection contre les menstruations, c’est désormais une protection tendance.
Les serviettes avec des motifs pingouin ou panda sont celles qui se vendent le mieux ! / © Pierre Thillot.France3Lorraine
Les serviettes avec des motifs pingouin ou panda sont celles qui se vendent le mieux ! / © Pierre Thillot.France3Lorraine
"Certaines mamans prennent ces serviettes pour les premières règles de leur fille" se réjouit Marie-Sabine. Bien que le tabou autour des menstruations soit encore fort dans la société, la créatrice souhaite, à travers ses productions, montrer aux gens "que ça n’est que du sang et que lorsqu’on met un pansement, on ne dit pas que c’est dégoûtant !"

Mais l’une de ses plus grandes fiertés, n’est pas que des femmes viennent acheter ses serviettes hygiéniques, mais que des hommes se renseignent pour en offrir. "Durant le village éco-citoyen pendant le G7 à Metz, j’avais un stand. J’exposais six serviettes, elles se sont toutes vendues. Un homme est venu m’acheter des serviettes pour sa femme. Il a trouvé ça joli et a décidé de lui offrir". Un geste qui, selon elle, participe à briser le tabou des règles dans l’inconscient collectif.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

EDR - le mouvement anti-spéciste

Les + Lus