Metz: le nouveau maire réclame dans une tribune plus de pouvoirs pour la police municipale

Le nouveau maire de Metz François Grosdidier a signé une tribune ce dimanche 25 juillet avec 17 autres maires de droite demandant l'augmentation des pouvoirs des villes dans la lutte contre l'insécurité, et notamment une extension des pouvoirs des policiers municipaux.

François Grodidier, nouveau maire LR de Metz, devant la mairie
François Grodidier, nouveau maire LR de Metz, devant la mairie © Guillaume Robin - FTV
Avec 17 autres maires de droite dont celui de Nice, Christian Estrosi, et ceux de Mulhouse et Reims dans le Grand Est, le nouveau maire de Metz a signé une tribune parue dans le JDD ce dimanche 25 juillet 2020 réclamant plus de pouvoirs pour la police municipale.

Les maires militent pour que leurs policiers puissent avoir accès notamment aux fichiers des véhicules volés par exemple, ou pouvoir réaliser des contrôles d’identité. « On est dans un système très jacobin où on oblige la police municipale à passer par la police nationale pour des démarches administratives de base alors que celle-ci est déjà saturée : l’état leur doit 25 millions d’heures supplémentaires non payés et non récupérables », insiste François Grosdidier. Cédric Michel, président du syndicat national de défense des policiers municipaux (SNDPM) réfute cet avis : « On a besoin d’une police de proximité qui assure la sécurité sur l'espace public, au quotidien, dans la rue, au plus près de la population. On ne veut pas avoir des compétences qui nous enfermeront dans un bureau à taper des procédures. » Le problème n’est pas au niveau juridique selon lui, « la priorité avant de vouloir étendre les compétences des policiers municipaux c’est le volet social: un policier municipal perçoit entre 500 et 1000 euros de moins pour le même travail qu’un gardien de la paix de la police nationale", ajoute le responsable syndical.

Du côté de la police nationale, on accueille favorablement ces revendications même si le problème de l'insécurité ne se situe pas à ce niveau selon Michel Corriaux, secrétaire Grand Est du syndicat Alliance: "C’est pas parce que demain on donne des pouvoirs supplémentaires aux polices municipales qu’il faut oublier les problématiques de la police nationale: problématiques d’effectifs, de moyens matériels, de moyens juridiques, le chantier est énorme".

Lors d'un déplacement à Nice, samedi 25 juillet, à la suite de nombreuses violences, le Premier ministre Jean Castex a annoncé l'extension des pouvoirs des policiers municipaux par expérimentation.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité société police violence faits divers
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter