Moselle : Sandra, Sandy et d'autres photographes posent nus pour demander la poursuite de leur activité

C'est un photographe de l'Oise qui a commencé à poser "à poil "sur les réseaux sociaux pour dénoncer son impossibilité de continuer à travailler lors du confinement. Une initiative choc qui a trouvé un écho ces derniers jours en Moselle.
Après une longue hésitation Sandra Collignon a décidé de franchir le pas et de poster sa photo sur les réseaux sociaux.
Après une longue hésitation Sandra Collignon a décidé de franchir le pas et de poster sa photo sur les réseaux sociaux. © Sandra Collignon
Dans le brouhaha de tous les mécontents face aux mesures prises par le gouvernement lors du confinement, il n'est pas forcément aisé de se faire entendre en cet automne 2020. Des photographes ont peut-être trouvé la solution en posant nu sur les réseaux sociaux. Sandy Wilhelm est une professionnelle indépendante à Yutz spécialisée dans le portrait et les photos d'animaux de compagnie. Contrainte d'arrêter son activité depuis le reconfinement elle dénonce l'injustice qui touche son secteur d'activité.
Des photos en petite tenue avec un message en direction du gouvernement
Des photos en petite tenue avec un message en direction du gouvernement © Sandy Wilhelm

"Une façon d'exprimer notre mécontentement"

"Je ne vois pas pourquoi on entasse des enfants dans des bus scolaires, pourquoi les grandes surfaces peuvent accueillir des centaines de personnes et pourquoi nous on doit cesser notre activité alors qu'on respecte un protocole sanitaire très strict et qu'on reçoit une personne à la fois. Faire des photos comme ça c'est une façon rigolote, pas méchante et pas agressive pour exprimer notre mécontentement". En guise de protestation Sandy s'est donc déshabillée et s'est photographiée avec ce slogan bien visible: "Quitte à être mise à poil par le gouvernement, je préfère le faire moi-même!"

 "Notre meilleure arme c'est l'image"

A Freistroff du côté de Bouzonville même incompréhension pour Sandra Collignon une autre photographe dont la spécialité est de faire des clichés de femmes enceintes et de bébés. Des prises de vue forcément difficiles à reporter dans le temps.
Des photographes mosellans se mettent à nu pour dénoncer la fermeture de leur activité.
Des photographes mosellans se mettent à nu pour dénoncer la fermeture de leur activité. © Sandra Collignon
"Avec cette opération sur les réseaux sociaux" explique la jeune femme "l'objectif est de capter l'attention du gouvernement". Si les photographes ont été les premiers à utiliser ce mode d'action détonnant c'est d'abord parce qu'ils maitrisent mieux que quiconque l'art de la photo. "Nous qui sommes photographes, on s'est dit que notre meilleure arme pour faire valoir nos arguments, c'était l'image". Reste que poser nu et poster les photos sur les réseaux sociaux n'est pas forcément évident."

Faire la photo ça n'a pas été un problème. Par contre, je me suis posée trois fois la question si je la partageais sur Facebook.

Sandra Collignon

"J'en ai parlé à mon mari puis je me suis lancée". Après la publication de ces photos sur les réseaux sociaux les deux photographes ont reçu de nombreux messages d'encouragement. Désormais en Moselle, d'autres professionnels comme des esthéticiennes ou des tatoueurs, ont rejoint ce mouvement national. Pas sûr pour autant que cela suffise à faire bouger le gouvernement. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie photographie culture art covid-19 santé société