De nouvelles habitudes de consommation liées au coronavirus selon une étude universitaire

Depuis le 24 mars, des chercheurs de l’Université de Lorraine ont lancé une enquête pour recueillir et décrypter nos modes de consommation. Les résultats publiés montrent que dans le Grand Est, de nouvelles habitudes sont apparues avec la crise du coronavirus.

La grande distribution choisie pour respecter le confinement dans le Grand Est.
La grande distribution choisie pour respecter le confinement dans le Grand Est. © Yves Kreidl / France Télévisions

Le Loterr est un laboratoire de l’Université de Lorraine. Parmi ses champs de recherche figure celui de la géographie du commerce. Le 24 mars 2020 il a lancé une enquête intitulée "Confinement et consommation" afin de décrypter nos nouvelles habitudes de consommation depuis la mise en place du confinement.

La méthode pour enquêter

Plusieurs phases d’enquêtes ont été prévues :
  1. En début de confinement
  2. A mi-parcours
  3. A la veille du déconfinement
  4. Après cette période
En raison des circonstances particulières, les répondants sont principalement sollicités via internet et les réseaux sociaux et sont pour la plupart résidents dans le Grand Est.

Phase 1 : en début de confinement

L’enquête concerne la consommation des ménages du 17 au 23 mars 2020. 2500 personnes y ont répondu. Le tableau ci-dessous montre la surreprésentation des "cadres et professions intellectuelles supérieures" et des "étudiants" dans la participation. Un biais statistique qui s'explique par les conditions particulières de l’étude, réalisée en confinement.
 

Les données les plus intéressantes collectées par le Loterr portent sur nos choix pour consommer. 

Avec 49%, c'est la grande distribution qui figure en tête des lieux choisis pour faire ses courses, des chiffres qui n'ont pas augmenté.
En revanche, les commerces de proximité (boulangeries, boucheries...) tirent leur épingle du jeu avec 24% de visites soit dix points de plus qu'avant le confinement.
 

Ce que disent les chiffres en phase 1

Le laboratoire explique ces chiffres : "En moyenne, chaque foyer a fréquenté 1,4 points de vente, mais dans leur majorité, les foyers se sont restreints à un seul point de vente. Dans moins d’une centaine de foyers, les répondants ont déclaré s’être rendu dans plus de 3 points de vente différents."

Les petits commerces sont plus fréquentés car ils sont plus proches et concentrent moins de clients, des facteurs rassurants
- Mathias Boquet, Maître de conférence et chercheur à l'Université de Lorraine


Le samedi n’est plus le jour privilégié pour faire ses achats, les sorties sont réparties sur la semaine, avec un groupe constitué par les "jeudi, vendredi et samedi".
 
Phase 2

L’enquête concerne la consommation des ménages du 30 mars au 6 avril 2020. 1000 personnes y ont répondu. Comme lors de la première phase, le tableau ci-dessous montre la surreprésentation des "cadres et professions intellectuelles supérieures" et des "étudiants" dans la participation.
 

Ce sont toujours les supermarchés qui figurent en tête des lieux fréquentés avec 46%. La fréquentation des commerces de proximité (boulangeries, boucheries...) augmente d’un point et passe à 25%.
 

Ce que disent les chiffres en phase 2

Le laboratoire constate une évolution dans les modes de consommation : "En moyenne, chaque foyer a fréquenté 1,6 points de vente : +0,2 point de vente par foyer. Mais dans leur majorité, les foyers se sont restreints à un seul point de vente. Dans 184 foyers, les répondants ont déclaré s’être rendu dans plus de 3 points de vente différents, ce qui est sensiblement plus élevés que dans l’enquête précédente : 18% des foyers contre 4% lors de la première semaine de confinement."

Plus d'achats, plus de points de vente, ce sont les signes d'un besoin de sortir, un léger relachement
- Mathias Boquet, Maître de conférence et chercheur à l'Université de Lorraine


Les consommateurs sont à nouveau plus nombreux les samedis, jour "roi" pour les supermarchés avant le confinement. Le trio "jeudi, vendredi, samedi" reste en tête de fréquentation.
 
Les phases à venir

Le troisième volet de l’enquête menée par le Loterr devrait débuter le lundi 4 mai prochain. Son objectif : voir l’évolution à la veille du déconfinement. "Le travail de recueil des modes de consommation devrait se poursuivre au delà de cette période, une fois la situation revenue presque à la normale" explique Mathias Boquet.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université coronavirus santé société consommation économie éducation
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter