“Non, le Racing Club de Strasbourg ne se maintiendra pas” (et cinq autres prédictions pour 2018)

Racing, Grand Est, Miss Alsace, chômage, vous saurez tout tout tout ... sur 2018. Je me suis prêtée au jeu des traditionnelles prédictions pour la nouvelle année et j'en ai eu pour mon argent.

Par Cécile Poure

Evidemment je n'ai pas de boule de cristal, je ne suis hélas même pas très clairvoyante. Non, j'ai un téléphone, et pour cet exercice, cela suffit largement. J'ai donc contacté deux médiums alsaciens, un homme et une femme (pour la parité) et leur ai posé exactement les mêmes questions. Chez nous, on dit "croiser ses sources". Je suis journaliste quand même. Enfin j'essaie.

Lui, son truc, c'est la voyance directe. Un don héréditaire qu'il tient de sa maman, elle même voyante à Strasbourg. En gros, dans la famille, on a des flashs, des visions. Ne vous étonnez donc pas si Philippe utilise souvent cette phrase "on me dit que". Moi, en journalisme, on m'a toujours appris qu'"on" est un con. Là, pas du tout : ce sont des guides spirituels. Philippe en a trois qui lui soufflent les réponses. Moi j'avoue, ça me fout la chair de poule.

  • Avec Alice, on joue plutôt cartes sur table.
Astrologue et voyante depuis 1999, Alice tient, elle aussi, ses dons des ses aïeules. Changement de méthode ici, elle, tire les cartes et plus précisément le tarot de Marseille. Elle complète ses prédictions au niveau "vibrations" avec la numérologie. Ne m'en demandez pas plus s'il vous plaît. Les présentations faites, entrons dans le vif du sujet. L'année 2018.

1 - Le chômage, cette courbe imprévisible

Là, nos voyants ne sont pas d'accord. A vous de voir quel parti vous prenez. 

Pour Alice, Emmanuel Macron va faire une bonne année. C'est le moins que l'on puisse dire. Dans tous les domaines : économie, international, chômage, écologie et même langues étrangères. Je ne suis pas médium ni mentaliste, mais je la sens un tantinet macroniste cette dame. 

"Les politiques de tous bords vont beaucoup communiquer, dans un brassage d’idées, et il serait bon de ne pas se laisser endormir. Pourtant, la côte de Macron va grimper, au fur et à mesure qu’il tient ses promesses …les bonnes et les moins bonnes. Il en tiendra beaucoup, et réussira à maintenir, voir à inverser la courbe du chômage."

"Grâce à sa bonne connaissance de l’anglais, ses rapports avec les USA vont permettre de solutionner partiellement la question de climat. Il parlera longuement d’écologie, prendra des mesures populaires pour retirer du parc les voitures anciennes, isoler les habitations, et promouvoir des énergies propres. La tendance de baisser les aides, mais de baisser aussi les charges, montrera son bien fondé, une meilleure compréhension de cette mesure la rendra plus populaire. Sans parler de satisfaction générale, la grogne sera moins présente, et les manifestations seront moins nombreuses."

Pour Philippe, autre son de cloche. Plus libérale la cloche. L'année 2018 en France sera celle de la stagnation ou plus exactement du maintien. Beaucoup de réformes, mais pas de résultats. Zut. "On me dit qu'on va tourner en rond". Quant au chômage : "On me dit que le gouvernement Macron ne va pas redresser la courbe du chômage. Les six premiers mois de l'année, pas d'amélioration. Une embellie en juin et juillet. Puis la rechute".

Philippe me dit par contre qu'on lui dit que le RSI est une bonne chose. Il en sait quelque chose, lui même est travailleur indépendant. Il me précise que c'est son avis personnel certes, mais largement conforté par ses flashs. Ah d'accord, ça va alors. A moins que ses guides n'aient été eux mêmes auto-entrepreneurs dans une autre vie. "La réforme du RSI va beaucoup améliorer la situation des travailleurs indépendants. Faut dire que c'était vraiment pas pratique. Là, Macron va tenir ses promesses et ce sera efficace." 

Pour l'anecdote people, Emmanuel Macron restera avec Brigitte. Une Brigitte "très impliquée et qui va l'apaiser tout au long de l'année".



2 - Trump : jusqu'au bout, mais "il ne foutra pas le bordel"

Y'a pas photo, avec ou sans flash, on va se payer le Donald jusqu'au bout de sa mandature. Les avis de nos experts sont catégoriques.

Pour Alice, pas de destitution, pas du tout. "Trump saura faire une volte face" . Comment ? mystère et boule de cristal. Elle précise tout de même que le président des Etats Unis a une qualité : " il sait se faire épauler par des gens de confiance".

Philippe lui aussi voit clair. Trump finira son mandat. Mais qu'on se rassure "il ne foutra pas le bordel, ça va se stabiliser". Non " tout ne finira pas dans un boum mondial " avec la Corée du Nord. Autre nouvelle, Donald ne sera pas réélu. "On me dit que les Etats Unis voteront totalement à l'opposé aux prochaines élections, je vois de la douceur, de l'apaisement". Une femme démocrate ? L'avenir nous le dira. 



3 - Pas d'autonomie pour l'Alsace, mais "une noblesse économique"


Là encore unanimité. Le destin de l'Alsace est scellé. "Alea Jacta Est" comme dirait l'autre. "L’Alsace ne retrouvera pas son autonomie, même si on va beaucoup en parler, et beaucoup promettre ! Ce qui est fait est fait, aucun politique n’a envie de revenir sur ces mesures. Quelques manifestations sont possibles, mais localisées, et peu efficaces." C'est net et sans bavure pour Alice.

Pour Philippe même constat. "NON, l'Alsace ne reviendra pas comme avant. Ni autonomie. Ni indépendance." Philippe voit lui aussi beaucoup de protestations. Puis le médium prend sa casquette de comptable "Le Grand Est ne va pas améliorer les finances. Il n'y aura pas dans les prochaines années d'impacts économiques réels". Mais qu'on se rassure l'Alsace s'en sortira bien économiquement. "L'Alsace restera dans son cadre bourgeois, dans sa noblesse économique". Olé!


4 - Le Racing relégué


Pas la peine de tourner autour du pot. Le Racing va redescendre en L2 cette année. Les cartes et les voix sont une fois de plus unanimes. Carton rouge.

Pour Alice, "Le racing club de Strasbourg aura du mal à se maintenir". En cause : "des promesses fallacieuses, et des blessés". Aïe aïe aïe.

Pour Philippe aussi on est loin de la rencontre triomphale contre le PSG même s'il avoue n'être pas "du tout foot". Au début, il n'ose pas trop s'avancer " ils ne resteront pas forcément en première division" puis les choses se corsent. Et c'est carrément la débandade. "Il n'y aura pas de grande gloire, je vois une rétrogradation." Mais décidément Philippe est optimiste (ou gentil) :  "Le Racing remontera en L1 en 2019." Que d'émotions en perspective.



5 - Miss Alsace ne sera pas Miss France

Décidément, les Alsaciens ne seront pas trop en veine cette année. Miss Alsace ne sera pas Miss France 2019. Alice et Philippe sont catégoriques. Même si tous les deux ne voient pas la même Miss élue.

Alice : "Je ne sens pas que la prochaine miss France soit alsacienne, et de toute façon, cette institution a du plomb dans l’aile." Bon, pas besoin d'être médium pour voir ça, je vous l'accorde. La suite par contre est davantage paranormale. "Chaque année des rumeurs éclaboussent les candidates. De nouvelles idées vont germer : un concept de miss virtuel, avec un profil idéal?" Là j'avoue je vois pas trop trop bien le truc. Mais je ne suis pas clairvoyante, c'est ptete ça.

Pour Philippe, pas de miss virtuelle. Bien au contraire, c'est du concret. Très concret. Pas de Miss Alsace. Non, Miss France viendra du sud et plus exactement du sud ouest. Du bord de mer. C'est précis ça dis donc. Mieux: "elle aura les yeux bleus et les cheveux blonds." 


6 - Et France 3 Alsace ?

Là je prêche un peu pour ma paroisse ok. Mais c'est normal non? Vous n'auriez pas fait pareil ? Et encore je ne leur ai pas parlé de ma gloire perso ou de mon compte en banque.
Ben justement, j'en ai eu pour mon compte.

Alice, elle, "ne sent absolument rien" pour France 3 Alsace. Merdouille alors. C'est mauvais signe ça peut être non ? 

Et Philippe, lui, il voit des trucs, mais c'est pas la grosse marrade. Nosaudiences vont une peu augmenter en début d'année pour chuter violemment à la fin. " Vous serez quand même mieux placés qu'Alsace 20". Ben dis donc j'espère bien ! Et de rajouter, gentil décidément: "Vous existerez toujours en 2018, vous vous maintiendrez." C'est pas folichon folichon tout ça dites-moi.

Bon la prochaine fois, je fermerai ma bouche voilà tout. De toute façon, j'y crois pas. Et vous ?

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Julie Victoire Daubié, première femme bachelière de France, en 1861

Près de chez vous

Les + Lus