• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Soir de Coupe du monde : vous êtes formidables !

Avec perruques, sans chemise, en bleu, blanc et rouge, écharpe et lunettes, les supporters des Bleus ont rivalisé d'ingéniosité et de clichés dans le Grand Est. / © MM
Avec perruques, sans chemise, en bleu, blanc et rouge, écharpe et lunettes, les supporters des Bleus ont rivalisé d'ingéniosité et de clichés dans le Grand Est. / © MM

Ce 15 juillet 2018 restera aussi dans les mémoires...numériques. C'est LA différence avec le 12 juillet 1998, les réseaux sociaux laissent une trace visuelle de la joie des supporters après la victoire de l'équipe de France. Sélection de clichés publiés sur Instagram dans le Grand Est. 

Par Matthieu Mercier

Ce soir de finale, on l'a fêté portable en main et les plus prévoyants n'avaient pas oublié leur batterie de secours. Cette victoire de l'équipe de France, on l'a partagé à son réseau d'amis. De Colmar à Troyes, de Mulhouse à Verdun, sans oublier Nancy, Strasbourg et Metz...Voici une sélection des clichés qui nous ont surpris et amusés. 

Nancy, le roi Stanislas pris d'assaut


Les supporters des Bleus l'avaient déjà approché lors de la demi finale, bravant l'interdiction place Stan, ce soir de victoire, les bras du Roi de Pologne et duc de Lorraine ont supporté la joie des nancéiens ! 
 

Place Stanislas NANCY

Une publication partagée par Steve Bernardini (@vintageindus) le

 
 

Metz, le regard du philosophe


Que dit ce cliché pris le 15 juillet à Metz, où l'ambiance était bon enfant mais chaude ? 
Cet homme barbu fait la manche dans une artère commerçante et participe à l'ambiance collective. Chacun en tirera sa propre leçon. 
  
Epinal, génération 2018 

Fumigènes, drapeaux tricolore, ceux qui n'ont pas connu 1998 étaient nombreux à célébrer leur 2e étoile, celle de leur époque. 
 
Verdun, vive la France ! 

Le boulevard de la Rochelle a été noyé par la foule dès l'issue du match. D'habitude les drapeaux français sont de sortie pour commémorer l'Histoire tragique de la France celle de la bataille et de la guerre 1914-1918, cette fois, c'est une autre page qui s'écrit. 
 

Coupe du Monde 2018 A star is Born #Verdun

Une publication partagée par Photography | Selfie (@debxraaah) le

 

Bar-le-Duc, la Meuse amoureuse

La force d'un cliché. Comment cette voiture bleu blanc rouge sortie de l'histoire peut elle encore rouler ? Combien sont-ils dedans ? Peu importe elle sert de piédestal à des Barrois aux anges.  

Reims, la place d'Erlon crie victoire 


A Reims, elle est le lieu de toutes les joies, et de toutes les peines.  La place Drouet d'Erlon rassemble aussi le plus de bars et donc d'écrans géants. C'est donc logique qu'elle ait rassemblé des milliers de Champenois pétillants. 
  

Troyes, foule des grands jours devant l'Hôtel de Ville


Sur cette photo on la croit immense, pourtant la place de l'Hôtel de Ville de Troyes est de taille mesurée. Agoraphobes, il vous était vivement conseillé de rester à la maison, mais pour les amoureux du foot, si nombreux dans l'Aube, c'était the place to be
 

& #France #worldcup2018 #lesbleus #Troyes #championsdumonde

Une publication partagée par Virgil Hennequin (@virgil.hnqn) le

 

Chalons donne sa bénédiction 


Devant la basilique Notre Dame de l'Epine, les supporters ont accouru, transporté par la victoire.  

Champagne à Epernay (Marne) 


Tout autour du monument aux morts de la guerre 39-45, la foule des champenois s'est massée. Sous un soleil radieux, avant de fêter la victoire des Bleus de 2018 avec la boisson locale, le champagne pardi !  
  

Strasbourg au firmament


Place Kléber, la folie des grands jours. La statue du commandant suprême de l’armée d’Égypte sert de tremplin aux supporters en délire.  

Mulhouse, faites du bruit !! 


La capitale du Haut-Rhin a fait hurler les klaxons, pour célébrer comme il se doit la 2e étoile des Bleus. La bière a coulé longtemps dans la soirée. 
  

Colmar, l'internationale


Cette touriste américaine n'en croit pas ses oreilles, les vuvuzellas devant le café des sports hurlent, la joie des habitants déborde. Elle a vu le "jour de gloire" arriver en France par le foot et elle s'en souviendra. 
 

Sur le même sujet

Interview du doyen de la faculté des sciences de Nancy

Les + Lus