Strasbourg : née au centre-ville, la bière Tigre Bock fête ses 100 ans, voici son histoire

Elle est blonde, maltée et a 100 ans ce mois de juillet. La Tigre Bock, bière iconique des années folles, est née dans les murs de la Brasserie du Tigre, rue du Faubourg-national à Strasbourg. Dans les années 1920, elle est la bière la plus consommée en France. Retour sur son histoire.
La bière Tigre Bock fête ses 100 ans en juillet 2021.
La bière Tigre Bock fête ses 100 ans en juillet 2021. © Anne Milloux

La Tigre Bock, bière populaire, emblématique des années 1920, fête ses 100 ans le 29 juillet. Cette bière blonde a traversé l'histoire et ses années les plus sombres, de la Première Guerre mondiale à la grippe espagnole. Brassée à Strasbourg, au 5 rue du Faubourg-national, elle était à l'époque la dernière bière produite intra-muros. Pour l'occasion, la Brasserie du Tigre lance ce 22 juillet une édition anniversaire, la "Tigre Bock centenaire", brassée avec un houblon spécial. Retour sur un succès juteux.  

1875 : naissance de la Brasserie du Tigre

La brasserie-restaurant du Grand Tigre est inaugurée en 1875 et est rebaptisée Zum Tiger pendant la période allemande. 

1921 : création de la marque Tigre Bock

La famille Hatt, fondatrice des Brasseries Hatt puis des Brasseries Kronenbourg, reprend la renommée brasserie du Grand Tigre. Le 29 juillet 1921, l'un des fils Hatt s'inspire de ce nom pour créer la bière blonde "Tigre Bock." C'est la première fois qu'une bière prend le nom d'un lieu et non d'un brasseur. Elle devient alors la bière la plus consommée en France. "A l'époque, c'était une bière aussi connue que les très grandes marques actuelles, que ce soit en France ou Allemagne, et les volumes vendus sont gigantesques", souligne Geoffroy Lebold, le président de la SAS le Tigre.

Pendant deux ans, la Tiger Bock est brassée dans le caveau voûté de la brasserie familiale. A cette époque, sa consommation n'est possible que sur place. Chaque année, 8.000 hectolitres de bière sont écoulés. Sa production est ensuite délocalisée dans la brasserie Kronenbourg, anciennement située dans le quartier Cronenbourg jusqu'en1969. 

La Brasserie du Tigre, rue du Faubourg-national à Strasbourg dans les années 1930.
La Brasserie du Tigre, rue du Faubourg-national à Strasbourg dans les années 1930. © Jean-Pierre Tuil

1947 : la Tigre Bock devient la Kronenbourg

Entre temps, le bâtiment du Tigre est détruit et reconstruit en 1934 dans un style art déco. En septembre 1947, la Tigre Bock est déposée sous la marque de "Kronenbourg", en référence au quartier de Cronenbourg orthographié ainsi durant le rattachement de l'Alsace-Lorraine à l'Empire allemand de 1871 à 1919. 

1964 à 2014 : de la Brasserie au restaurant universitaire

Dans les années 1960-1970, c'est la fin du règne de la Tigre Bock. La Brasserie du Tigre est revendue en 1964 au CROUS, qui s'en sert comme restaurant universitaire, "Pasteur", jusqu'en 2014. "La consommation ne devait plus être la même 

2018 : une nouveauté venue du passé

Décembre 2018 marque le retour inespéré de la bière Tigre Bock mais aussi de la Brasserie du Tigre sur ses terres. "L'ambition était de faire revivre un lieu, le Tigre. C’est le hasard des rencontres. On a échangé avec des dirigeants de Kronenbourg, il n’y avait pas de calcul", explique Geoffroy Lebold. Au 5 rue du Faubourg-national, la brasserie n'est clairement pas dans le jus des années 1920 (voir la photo ci-dessous) mais son style lui ressemble. La coupole en verre est toujours là et des touches art déco et vintage font remonter le temps. 

L'intérieur de la Brasserie du Tigre après rénovation en 2018.
L'intérieur de la Brasserie du Tigre après rénovation en 2018. © Anne Milloux

2021 : Une bière centenaire

Au sein de leur "Fabrique", les brasseurs proposent jusqu'à la fin de l'année la "bière des 100 ans", la Tigre Bock, la vraie, avec un houblon lui aussi centenaire : le Saaz. "C'est un houblon noble. La bière est non filtrée et très rafraîchissante avec des notes florales." Cette blonde de caractère affiche 4,8 degrés et est à déguster sur place ou à emporter dans un growler consigné. Le tout, avec modération.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
bière culture gastronomie