TÉMOIGNAGE. Haute-Marne : il a quitté Paris pour Chaumont et ne regrette rien, "j’ai été assez surpris"

Après 10 ans passés à Paris, Rémi a pris la décision de changer de vie. C’est à Chaumont, en Haute-Marne, qu’il a posé ses valises. Un choix qu’il ne regrette pas.

A Chaumont, Rémi a trouvé le juste équilibre entre ville et nature.
A Chaumont, Rémi a trouvé le juste équilibre entre ville et nature. © Charlotte Meunier/France 3 Grand Est

Rémi, 31 ans, n’avait pas imaginé vivre un jour en Haute-Marne. A vrai dire, c’est un département dont il n'avait jamais entendu parler il y a encore deux ans. Avant la crise sanitaire, une autre époque. Originaire d’Orléans, le trentenaire quitte le Loiret après son bac pour suivre des études à Paris : "Je me suis orienté vers des études de théâtre, raconte-il. Alors comme tout le monde, je suis monté à Paris". 

Son diplôme en poche, Rémi décroche un premier poste dans le milieu de la culture. Mais rapidement, il est rattrapé par la réalité de la vie parisienne. "J’habitais dans un appartement de 12 mètres carrés, se souvient-il, et même avec un salaire décent, je ne pouvais pas me permettre d’avoir plus grand. Je passais jusqu’à trois heures dans les transports chaque jour. Et puis, étant asthmatique, j’avais des problèmes respiratoires à cause de la pollution"

Rémi, originaire d'Orléans, n'aurait jamais pensé s'installer un jour en Haute-Marne.
Rémi, originaire d'Orléans, n'aurait jamais pensé s'installer un jour en Haute-Marne. © Charlotte Meunier/France 3 Grand-Est

Rémi décide alors de quitter la capitale. "J’en avais marre du schéma métro/boulot/dodo, du stress… Je voyais mes amis quitter un à un la région parisienne. Puis il y a eu les attentats de Charlie Hebdo, et là je me suis dit qu’il fallait que je parte". Le jeune homme trouve du travail à Orléans, sa ville natale, mais le poste n’est pas à la hauteur de ses ambitions. Il tombe alors sur une offre d’emploi à la médiathèque de Chaumont : un poste de directeur adjoint. "Je n’ai pas hésité longtemps", confie Rémi. 

Pour 495 euros de loyer, j’ai emménagé dans une petite maison de ville de 55 mètres carrés.

Rémi, installé à Chaumont en Haute-Marne

En août 2019, Rémi s’installe à Chaumont. « Pour 495 euros de loyer, j’ai emménagé dans une petite maison de ville de 55 mètres carrés, avec un étage et une petite cour. A Paris, ou même dans d’autres grandes villes, c’est inimaginable ! Pour les investissements fonciers, Chaumont c’est l’idéal. ». 

La Haute-Marne est en effet le deuxième département de France où le coût du mètre carré est le moins cher : 866 euros en moyenne contre plus de 10.000 euros à Paris. Très vite, le jeune homme s’acclimate à son nouveau mode de vie. « J’avais quand même une petite appréhension, avoue Rémi. Je me suis demandé si Chaumont ne serait pas trop calme pour moi, si j’allais réussir à rencontrer d’autres personnes de mon âge… Finalement, j’ai été assez surpris. Très vite, j’ai fait de nouvelles connaissances, notamment grâce aux apéros organisés pour les nouveaux chaumontais tous les premiers jeudis du mois, ou aux différents groupes sur les réseaux sociaux". 

 

"J’avais l’image d’un territoire un peu austère, c’est totalement faux"

« Je l’avoue, la Haute-Marne ne me faisait pas rêver, s’amuse Rémi. J’avais l’image d’un territoire un peu austère, en pleine diagonale du vide, avec une qualité de vie dégradée. Très vite, je me suis rendu compte que c’était totalement faux ! Il faut dire que les Haut-Marnais ne sont pas tous de très bons ambassadeurs. Ils sont nombreux à critiquer leur département sans voir tous les atouts. C’est quand ils partent ailleurs qu’ils se rendent compte qu’on n'est pas si mal en Haute-Marne". 

La basilique Saint Jean-Baptiste est un édifice important du patrimoine de Chaumont.
La basilique Saint Jean-Baptiste est un édifice important du patrimoine de Chaumont. © Charlotte Meunier/France 3 Grand-Est

Pour Rémi, Chaumont possède un fort potentiel, que ce soit d’un point de vue géographique, culturel ou historique. « Il y énormément d’initiatives, associatives ou individuelles, pour faire vivre la ville, affirme-t-il. Bien sûr, on ne peut pas comparer une ville comme Chaumont à une capitale comme Paris, mais il y a beaucoup de choses à faire et à voir. »

Située en hauteur, Chaumont bénéficie d'une vue imprenable sur les forêts alentours.
Située en hauteur, Chaumont bénéficie d'une vue imprenable sur les forêts alentours. © Charlotte Meunier/France 3 Grand-Est

Se mettre au vert

C’est avant tout le côté nature de la Haute-Marne qui a séduit Rémi. Avec ses 250.000 hectares de forêts et son parc national, le département attire de plus en plus les amateurs de grands espaces. "La nature, c’est vraiment ce que j’aime ici. En 15 minutes, on est en forêt. Ça me ressource, je ne pourrais plus vivre en pleine ville sans un brin de verdure. "

"Je ne sais pas si je passerai le reste de ma vie à Chaumont, conclut Rémi, mais je me suis habitué à ce cadre de vie. Si je pars, c'est pour une autre ville moyenne. Retourner vivre à Paris ou dans une grande métropole, c'est impossible." Avec les différents confinements liés à la crise du Covid-19, les services en ligne qui proposent de quitter Paris pour les autres régions de France se multiplient. Parmi elles, Paris je te quitte. Un site qui propose un accompagnement pour choisir sa ville. Avec différentes rubriques pratiques, de l'emploi au déménagement. Le Conseil départemental de Haute-Marne publie de son côté régulièrement sur Facebook des témoignages de nouveaux arrivants. 

Pour Naho Collin, une humoriste, installée récemment à Joinville qui explique son choix, le cdéménagement a été rapide. S'installer en Haute-Marne, c'était pour elle une évidence, "c'est la Haute-Marne qui m'a choisi !"

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
logement société tourisme économie portrait culture