Affaire Kulik - La deuxième demande de remise en liberté de Willy Bardon rejetée

La chambre d’instruction de la cour d’appel de Douai dans le Nord a refusé la deuxième demande de remise en liberté de Willy Bardon condamné à 30 ans de réclusion en décembre dernier après la mort d’Elodie Kulik en 2002. Une décision conforme aux réquisitions de l'avocate générale.

La cour d'appel de Douai dans le Nord a rejeté la deuxième demande de remise en liberté de Willy Bardon, le 10 juillet 2020
La cour d'appel de Douai dans le Nord a rejeté la deuxième demande de remise en liberté de Willy Bardon, le 10 juillet 2020 © Gontran Giraudeau / FTV
La décision est tombée ce vendredi 10 juillet vers 17h30. Willy Bardon reste en détention. La chambre d’instruction de la cour d’appel de Douai dans le Nord a rejeté la deuxième demande de remise en liberté

En fin de matinée ce vendredi 10 juillet, l'avocate générale avait requis le maintien en détention de Willy Bardon. Il demandait à être remis en liberté après sa condamnation à 30 ans d’emprisonnement en décembre 2019 dans l'affaire Kulik.

Une audience sans médias


Il est 11h15 ce vendredi 10 juillet quand l’audience de la chambre d’instruction de la cour d’appel de Douai dans le Nord s’ouvre.
 
Avec le contexte covid-19, l’audience se déroule sans presse. Dans la salle Willy Bardon est entouré de l'un de ses trois avocats. Me Gabriel Dumenil est venu plaider la demande de remise en liberté de son client, qui a toujours clamé son innocence dans l'affaire Kulik.

Willy Bardon est incarcéré à Lille depuis sa condamnation à 30 ans d’emprisonnement en décembre 2019, pour l'enlèvement, le viol et la séquestration suivis de mort d’Elodie Kulik en 2002. À l’énoncé du verdict, Willy Bardon avait tenté de mettre fin à ses jours en avalant un puissant médicament. 

Dans sa plaidoirie, Gabriel Dusmenil a expliqué que son client se porte beaucoup mieux. Il est redevenu combatif.. Il compte de nouveaux soutiens, prêts à l’aider et à l’entourer. Au cours de la matinée d'audience, son client aurait longuement été interrogé par la chambre de l'instruction.
 

Une deuxième tentative 

La demande de remise en liberté des avocats de Willy Bardon intervient cinq mois après une première tentative rejetée à Amiens. En février, la chambre d'instruction de la Cour d'appel considérait que la détention provisoire de l'accusé était le seul moyen d' "empêcher une pression sur les témoins" et de "garantir le maintien de l'accusé à la disposition de la justice".   

Le père d’Elodie Kulik discret et serein

Jacky Kulik n’a pas assisté à l’audience de demande de remise en liberté de Willy Bardon. Sur Facebook le père d’Elodie Kulik s’est exprimé le 2 juillet dernier, et a tenu à mettre le groupe "que justice soit faite pour Elodie Kulik" en sommeil : "Depuis le temps, je m'y suis fait. Bardon peut déposer une demande de mise en liberté TOUS LES MOIS...La Loi est ainsi faite qu'elle lui accorde ce droit..J'ai tenu à ce que l'on ne s'enflamme pas sur ce blog, ce qui de toute évidence desservirait ma cause et, SEREIN, je laisse le soin à la Justice de travailler , elle aussi sereinement et de se prononcer", écrivait-il début juillet.


Un procès prévu en 2021…à Douai?

Le procès en appel de Willy Bardon pourrait se dérouler en 2021 à Douai. Les soutiens de Jacky Kulik étant nombreux dans les Hauts-de-France, les avocats de la défense ont déposé une demande de depaysement auprès du parquet général de la cour de Cassation à Paris. La décision est attendue dans les prochaines semaines. En attendant les avocats de Willy Bardon envisagent une troisème demande de remise en liberté.



 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire elodie kulik justice société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter