Dans la forêt de Mormal, les prélèvements de feuilles sont effectués au fusil

À la frontière entre les départements du Nord et de l'Aisne, s'étend la forêt de Mormal et ses 10.000 hectares. Des agents de l'ONF tirent sur des feuilles situées à près de 35 mètres de haut. Le but : récupérer ces feuilles exposées au soleil et aux éventuelles pollutions pour les analyser.
Depuis 1992, grâce au Réseau national de suivi à long terme des écosystèmes forestiers (RENECOFOR), l'ONF suit l'évolution de la forêt sur le long terme.
Depuis 1992, grâce au Réseau national de suivi à long terme des écosystèmes forestiers (RENECOFOR), l'ONF suit l'évolution de la forêt sur le long terme. © Frédérik Giltay / FTV

La forêt de Mormal accueille une curieuse équipe en ce matin d’été. Parmi les trois personnes présentes, l’une est vêtue d’un gilet orange et d’une carabine. Cela n’a rien à voir avec la chasse, mais plutôt avec une démarche scientifique. En effet, ces agents de l’Office National des Forêts effectuent des tirs foliaires.

Il s’agit de tirer sur des petites branches situées à la cime des arbres afin de récupérer les feuilles tombées pour les analyser. Impossible de les récupérer autrement. Ces feuilles de chêne pédonculé sont parfois perchées à plus de 35 mètres de hauteur.

 

Les feuilles de chêne pédonculé sont parfois perchées à plus de 35 mètres de hauteur.
Les feuilles de chêne pédonculé sont parfois perchées à plus de 35 mètres de hauteur. © Frédérik Giltay / FTV

 

"Ce sont des feuilles qui captent bien le soleil et le gaz carbonique. Elles ont un rôle capital dans la photosynthèse, ce qui constitue la croissance de l’arbre, la fabrication de matière organique" explique Laurent Lelasseur, agent de l’ONF. En effet, les feuilles situées en hauteur sont malgré elles des témoins de l’évolution de la forêt, mais aussi de la qualité de l’air. Ainsi, des traces de pollution peuvent parfois être observées sur ces feuilles. "Parfois, il s’agit de rejets chimiques pouvant provenir du continent américain !" explique-t-il.

Ces feuilles vont prendre ensuite la direction d’un laboratoire de la région bordelaise pour être analysée.

Les prélèvements de feuilles sont ensuite analysés dans un laboratoire de la région bordelaise.
Les prélèvements de feuilles sont ensuite analysés dans un laboratoire de la région bordelaise. © Frédérik Giltay / FTV

 

Les tirs font partie d’un dispositif de recherche au long cours menée par le réseau RENECOFOR. Une large étude est lancée depuis près de trente ans sur une centaine de sites partout en France. Le but est de collecter des informations pour voir comment évoluent les forêts françaises. Cela fait suite à des pluies acides observées notamment dans le Nord-Est de la France à cette période.

Mais au-delà de ces évolutions sur le long terme, le tir foliaire réalisé ces derniers jours permet de repérer la présence de maladies sur les arbres ou encore la présence de chenilles qui s’attaquent aux feuilles.

Les chenilles se développent dans les arbres des forêts et des parcs.
Les chenilles se développent dans les arbres des forêts et des parcs. © Frédérik Giltay / FTV

 

La forêt de Mormal, avec près de 10.000 hectares est la plus grande étendue boisée du département du Nord. Elle incarne pour les scientifiques un exemple représentatif de l’évolution des écosystèmes forestiers.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
forêt nature