Le champignon de Paris pousse aussi sur la Côte d'Opale

Le champignon de Paris pousse aussi sur notre littoral. À Brunembert, la ferme du Wint qui produit déjà des pommes et du fromage bio s'est lancée depuis cet automne dans la production de champignons de Paris bio.

la champignonnière de Brunembert
la champignonnière de Brunembert © V. Dermersédian

La ferme du Wint à Brunembert ne cesse d'innover. Elle s'est fait connaitre il y a quelques années avec ses vergers et ses pommes bio, entretemps elle a créé une fromagerie et désormais elle produit des champignons de Paris bruns. 

Le champignon de Paris pousse aussi sur la Côte d'Opale

C'est grâce à Bénédicte Chochois, la salariée de l'exploitation, que la ferme s'est lancée dans la production de ces champignons de Paris bio. L'ancienne élève en agriculture avait cette idée dans la tête, ses patrons lui ont accordé toute leur confiance. Ainsi a démarré la nouvelle aventure.

"Je lui ai appris son métier au niveau de la fromagerie et maintenant c'est elle qui m'apprend" sourit Isabelle Leduc, la responsable de la fromagerie.

Production dans des caves chaudes

Les champignons sont cultivés dans des caves chaudes. Au départ, il y a des blocs recouverts de filaments blancs : le mycélium. C'est là-dessus que se développent les champignons.
"Les blocs nous arrivent congelés, on les met à température et on aère le mycélium afin de faire un bloc homogène" explique Bénédicte Chochois.

Là-dessus, il faut rajouter un mélange de tourbe et de fumier et faire monter la température jusqu'à 24°C. "Il ne faut pas que cette température dépasse les 30°C sinon le mycélium meurt" précise la champignonniste, "après une semaine, on fait descendre la température d'un degré par jour pour que le champignon se développe."

Les premiers chapeaux apparaissent au bout d'une semaine.
Les premiers chapeaux apparaissent au bout d'une semaine. © V. Dermersédian

"Une culture addictive"

Au bout de 10 jours, les premiers chapeaux appararaissent. C'est comme si un village de Schtroumpfs avait colonisé le terrain !

"C'est une culture addictive" s'exclame Isabelle Deléglise qui cueille délicatement ces champignons tout rebondis "on les trouve tous à la taille idéale, il y en a toujours un qui nous plait plus que les autres, alors on continue à cueillir".

Bénédicte et Isabelle produisent 50 à 60kg de champignons par semaine qu'elles vendent dans la boutique de la ferme ou dans les magasins bio.

 

Quels sont les visages de l’agriculture d’aujourd’hui ? Pour les découvrir, cliquez sur un point, zoomez sur le territoire qui vous intéresse ou chercher la commune de votre choix avec la petite loupe. Bonnes balades au cœur du monde paysan.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture bio agriculture économie agro-alimentaire côte d'opale nature parcs et régions naturelles alimentation société