Nathalie Debaillie enlevée et tuée à La Madeleine : ce que l'on sait sur cette affaire hors-normes

Devant le parking où Nathalie Debaillie a été enlevée à Lille, des fleurs et des photos ont été déposées / © France 3
Devant le parking où Nathalie Debaillie a été enlevée à Lille, des fleurs et des photos ont été déposées / © France 3

Que s'est-il passé ? Qui est la victime ? Qui est le principal suspect ? Où en est l'enquête ? On fait le point sur l'affaire Nathalie Debaillie.

Par EM/TM

"Un dossier atypique". C'est ainsi que les enquêteurs eux-mêmes qualifient l'affaire Nathalie Debaillie. Enlèvement, meurtre, traque "frénétique", complices présumés recrutés dans un camp de la communauté  Rom... "Autant des homicides sur des ex-conjointes sont malheureusement fréquents, autant ce mode opératoire est très atypique, celui d’un criminel calculateur", explique une source proche du dossier.
 

Que s'est-il passé ? 


Lundi 27 mai, vers 8h40, Nathalie Debaillie est enlevée par quatre hommes dans le parking souterrain dans lequel elle se gare habituellement. Il est situé à Lille, près de la Société générale, la banque où elle travaille.

De là, elle est emmenée au domicile de son ex-compagnon, Jérôme T., à La Madeleine, à quelques kilomètres, à bord d'un véhicule utilitaire. Elle y sera retrouvée morte à la mi-journée. Selon les premières constatations, elle a été tuée à l'arme blanche. Un cutter, selon nos informations. 
 
 

Où en est l'enquête ? 


"C’est clairement la configuration d'un guet-apens organisé par l'ex-concubin", a indiqué dès le premier jour une source proche de l'enquête. Les investigations ont avancé rapidement. Grâce aux caméras de vidéosurveillance, il a rapidement pu être déterminé que quatre hommes ont participé à l'enlèvement. 

L'un d'entre eux est interpellé dès le mardi après-midi par la BRI rue Saint-Sébastien à Lille. Il fait partie de la communauté rom. Comme deux autres hommes personnes interpellées mercredi. Le second est arrêté dans le camp situé sur l’esplanade à Lille lors d'une vaste opération policière. Suite aux investigations menées sur place, le troisième a été localisé sur un point de mendicité dans le centre-ville.
 
Le camp rom lillois où été interpellé un des complices présumés / © S.Gurak
Le camp rom lillois où été interpellé un des complices présumés / © S.Gurak

Le principal suspect a été, lui, arrêté devant chez lui à La Madeleine, ce mercredi midi. Un habitant du quartier a prévenu la police en voyant Jérôme T. revenir chez lui.
 
Image de l'arrestation de Jérôme T. ce mercredi à La Madeleine, captée par un témoin / © CAPTURE D'ECRAN FACEBOOK
Image de l'arrestation de Jérôme T. ce mercredi à La Madeleine, captée par un témoin / © CAPTURE D'ECRAN FACEBOOK
 
L'autopsie réalisée ce mercredi a révélé plusieurs traces de coups à l'arme blanche sur le corps de Nathalie Debaillie. Pas de traces d'agression sexuelle.
 

Le parquet de Lille a ouvert lundi une information judiciaire des chefs d'enlèvement et de séquestration suivis de crime et de meurtre en bande organisée. Cette dernière qualification porte à quatre jours la durée possible des gardes à vue.


Qui est la victime ? 

 

Nathalie Debaillie avait 47 ans. Mère de deux enfants majeurs, elle travaillait comme animatrice de marché pour la Société Générale. Elle était séparée depuis plusieurs mois de Jérôme T., après une relation qui a duré plus de deux ans. La séparation a été conflictuelle. 

Son décès a suscité une forte émotion à la Société générale. Une cellule d'écoute psychologique a été mise en place. Des dizaines de roses ont été accrochées à la grille du parking où ont eu lieu les faits.
 
 

Qui est le principal suspect ? 


Jérôme T., l'ex-conjoint de Nathalie Debaillie, est un homme de 53 ans, qui a possédé plusieurs sociétés de blanchisserie dans la métropole lilloise. Il est connu de la police, de la gendarmerie et de la justice. Décrit comme "sanguin, impulsif et manipulateur" par des personnes qui l'ont fréquenté, il est aussi vu régulièrement dans le milieu de la nuit lilloise.
 
Jérôme T.
Jérôme T.


Ses nombreuses sociétés "ne prospéraient pas et tombaient en déconfiture", selon une source proche de l'enquête. Il a été notamment été accusé d'avoir commandité un incendie pour détruire un des ses pressings en 2012. L'entrepreneur a alors été condamné et a purgé une peine de prison. Il a d'ailleurs de nombreuses mentions à son casier judiciaire, notamment pour escroqueries à l'assurance, ou encore faux et usage de faux. 
 

Instable psychologiquement, Jérôme T. avait séjourné dans un service psychiatrique il y a quelques mois suite à une tentative de suicide. Selon nos informations, il était en grande difficulté financière ces derniers mois.

Il est en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire de Lille depuis la mi-journée de ce 29 mai. Pour l'instant, aucune information n'a filtré sur le ou les mobiles de ce crime. 


 

Sur le même sujet

Recette du crumble aux pommes et aux poires

Les + Lus